Présidentielle américaine : les applications font débat

A l’approche du scrutin, Barack Obama et Mitt Romney rivalisent sur le terrain des smartphones avec leurs applications. Des applications qui ne sont pas du goût de tous, experts et associations de défense des internautes y voient un danger pour la vie privée. Difficile de passer à côté d’un des événements majeurs de cette année 2012

A l’approche du scrutin, Barack Obama et Mitt Romney rivalisent sur le terrain des smartphones avec leurs applications. Des applications qui ne sont pas du goût de tous, experts et associations de défense des internautes y voient un danger pour la vie privée.

Difficile de passer à côté d’un des événements majeurs de cette année 2012 : l’élection américaine. Le web est d’ailleurs au cœur de la campagne du côté des deux favoris, Barack Obama, président sortant et démocrate et son rival républicain Mitt Romney; Le nouvel Observateur relevait d’ailleurs les différents moyens de suivre les deux candidats sur internet et une chose sur, il y a en pour tout le monde !

En effet, en plus des traditionnels sites web de chaque candidat, les réseaux sociaux sont évidemment très présents : Facebook, Twitter, Google +, Instagram, Pinterest, Foursquare et même MySpace sont de la partis. Concernant Twitter, le site de microblogage mesure la cote de popularité des candidats à la présidentielle américaine. Bref, difficile de passer à côté d’un des candidats, Barack Obama est même présent sur Spotify, ce qui n’est pas le cas de son adversaire. A noter que le président sortant figure assez largement en tête sur de nombreux réseaux sociaux, ce qui ne surprendra personne puisqu’il peut s’appuyer sur une communauté crée pour l’élection précédente et de la médiatisation que confère son rôle de président.

La bataille fait rage sur les réseaux sociaux

Mais ce n’est pas tout, le duel s’exporte également sur les smartphones, chacun ayant sa propre application sur les deux principaux systèmes d’exploitations : Android et iOS. Des applications qui font parler d’elles pour un même problème, à savoir celui de la vie privée. En effet, les experts de GFI Software et plusieurs associations de défense des internautes s’inquiètent de la curiosité de ces applications.

Si l’on se rend sur le Play Store, on peut constater que les deux applications demandent l’autorisation d’accéder aux services de localisation ainsi que l’accès à la carte mémoire. Rien de bien surprenant mais les experts de GFI Software ont constaté des permissions plus inquiétantes.

Du côté de Barack Obama, l’application récupère la liste des contacts, les messages mais aussi les appels enregistrés. La géolocalisation se justifie par le fait qu’elle permet de retrouver les électeurs qui avaient déclaré avoir voté pour Obama en 2008 (Adresse mais aussi le nom, prénom et l’âge sont accessibles).

Pour Mitt Romney, c’est la permission d’accéder à l’appareil photo du smartphone et l’enregistrement vidéo qui surprend puisqu’ils ne sont pas utilisés par l’application. En plus de ça, la création d’un compte « MyMitt » via Facebook donne également accès à ses infos personnelles et sa liste d’amis.

Vous l’aurez compris, les associations et experts craignent surtout un fichage des utilisateurs.

Sous Android, les limitations géographiques du Play Store ne permettent pas d’avoir accès à ces applications. Les plus curieux (et qui ont un mobile rooté) peuvent se les procurer en utilisant une application comme MarketEnabler qui permet d’accèder aux applications qui ne sont pas disponible en France. Du côté de l’iPhone, l’application de Mitt Romney est disponible sur le Store français, ce qui n’est pas le cas de celle de Barack Obama.

Obama for America : iPhone / Android

Romney-Ryan : iPhone / Android

(Source)


Nos dernières vidéos

Répondre