Quelques réflexions sur les publi-rédactionnels et les billets sponsorisés

Quand on évoque la monétisation des blogs, le sujet des publi-rédactionnels et des billets sponsorisés revient fréquemment sur le devant de la scène, suscitant souvent des débats passionnés.
Ayant moi-même goûté aux joies du billet sponsorisé puisque j’en ai publié (à quatre reprises) sur Presse-citron, j’ai eu tout le loisir de réfléchir un peu à la question, et je livre mes réflexions en vrac sur le sujet car plusieurs indices me laissent à penser qu’il sera d’une actualité brûlante dans les mois, voire les années à venir.

Quand on évoque la monétisation des blogs, le sujet des publi-rédactionnels et des billets sponsorisés revient fréquemment sur le devant de la scène, suscitant souvent des débats passionnés.
Ayant moi-même goûté aux joies du billet sponsorisé puisque j’en ai publié (à quatre reprises) sur Presse-citron, j’ai eu tout le loisir de réfléchir un peu à la question, et je livre mes réflexions en vrac sur le sujet car plusieurs indices me laissent à penser qu’il sera d’une actualité brûlante dans les mois, voire les années à venir.

Billet sponsorisé ou publi-rédactionnel ? Définition et distinction.
Puisque – concernant les blogs – nous parlons d’une démarche publicitaire récente, nous avons eu tendance à confondre et amalgamer les messages, moi le premier. Il y a pourtant une différence fondamentale entre publi-rédactionnel et billet sponsorisé.
Un publi-rédactionnel est un article (avec ou sans illustration) rédigé par une agence de publicité ou un annonceur, et publié tel quel sur le support ou le média diffuseur. Dans le cas d’un publi-rédactionnel, le texte et sa mise en forme sont livrés par l’agence de publicité au blogueur, qui n’a plus qu’à le copier-coller à l’emplacement défini dans le contrat (en général dans le flux des billets). Le blogueur n’a donc pratiquement rien à faire si ce n’est ouvrir son espace à une "publicité déguisée" (notez les guillemets).
Un billet sponsorisé est un article rédigé par le blogueur lui-même, à partir d’un brief produit (ou service). L’article est écrit normalement en toute liberté et indépendance par le blogueur. Contrairement au publi-rédactionnel, le post sponsorisé demande un travail de rédaction classique. Le billet sponsorisé rémunère donc non seulement un espace publicitaire mais le travail du blogueur. Qui peut représenter plusieurs heures dans le cas d’un test produit.  Avec bien sûr les limites de l’exercice : il est évident que le blogueur s’impose un devoir de réserve ou au moins de "neutralité bienveillante", car il ne va pas s’amuser à démolir un service pour lequel il est rétribué. Ou il ne le fera qu’une fois.

Mais, et la sacro-sainte indépendance du blogueur, alors ?
Vous penserez – légitimement – que l’indépendance de point de vue du rédacteur n’est pas totale et que le spectre hideux de l’auto-censure plane lourdement au-dessus de l’auteur d’un article sponsorisé. Ce à quoi je répondrai que ce n’est pas si certain, et je m’en vais tenter de vous le démontrer en prenant mon exemple : si vous lisez ce blog vous aurez dû remarquer que je n’ai pas pour habitude de rédiger un article pour descendre un produit ou un service. Cela m’arrive bien sûr parfois, mais il s’agit de coups de gueule face à des situations ou des pratiques commerciales que je juge inacceptables ou révoltantes. Quand un service ou un produit ne m’intéresse pas, je ne le flingue pas, je n’en parle tout simplement pas.
Vous l’aurez compris : je ne traite que de services qui ont suscité mon intérêt, ou dont je pense qu’ils peuvent intéresser les lecteurs de Presse-citron. Le ton est parfois enflammé, souvent neutre.
Si vous me suivez toujours, il en va de même pour les rares publi-rédactionnels que j’ai publiés : ne le dites pas aux annonceurs, mais il s’agissait de services ou de produits dont j’aurais probablement parlé spontanément si j’en avais reçu l’information par un communiqué de presse standard, parce-que je les trouvais intéressants, et qu’ils s’inscrivaient parfaitement dans la ligne éditoriale de ce blog. Autrement dit j’ai été payé pour parler de services que j’aurais peut-être évoqués de toute façon. Cool, non ?
Vous avez compris ma démonstration : qu’il s’agisse d’articles naturels ou d’articles sponsorisés, je garde ma liberté de choix, et je choisis les sujets qui représentent un intérêt informatif pour les lecteurs. Par conséquent, le fait d’être rémunéré pour cela n’altère en rien mon jugement ni mes  habitudes rédactionnelles. Et quand en plus l’annonceur est intelligent, il laisse sa liberté totale au rédacteur, y compris si celui-ci envoie quelques piques sur son produit, car l’annonceur intelligent sait qu’il n’est de bonne critique qu’objective. L’annonceur intelligent sait aussi pourquoi il a choisi le format du billet sponsorisé : faire parler de son produit en lui donnant ce petit supplément de crédibilité que n’apporte pas un encart publicitaire traditionnel.
Sachez pour conclure sur cette parenthèse personnelle, que j’ai reçu beaucoup plus de sollicitations et de propositions pour des articles sponsorisés que je n’en ai finalement publiés, et croyez-moi ils étaient très bien rémunérés (le dernier en date que j’ai refusé était rémunéré 800 Euros HT, mais ils s’agissait d’un test de produit nécessitant une logistique assez lourde). Je les ai refusés pour deux raisons : je ne souhaitais pas publier plus d’un article sponsorisé par mois (voir la charte en bas de cet article), mais surtout ils ne représentaient aucun intérêt et étaient complètement en dehors de la ligne de Presse-citron.
Je sentais en effet assez mal le fait de vous parler de rasoirs ou de dentifrices…

Et si le billet sponsorisé était… la voie royale pour la monétisation des blogs ?
Ok, le titre est un peu provocateur.
Et pourtant.
Il ne vous aura pas échappé que l’écriture publicitaire est protéïforme et que la réclame s’est toujours adaptée au support ou au média sur lequel elle est diffusée, en tirant le meilleur profit possible des spécificités de son format.
Or, concernant les blogs, quelles en sont les caractéristiques marquantes ? La liberté éditoriale, d’accord. mais encore ? Et oui : les discussions, les commentaires, bref ce que d’aucuns appelleront le buzz.
Par conséquent, si les annonceurs et les publicitaires veulent adapter leur message à cette nouvelle forme de communication que sont les blogs, quoi de plus pertinent que de présenter un produit ou un service comme une information à forte valeur ajoutée, sous la forme d’un rédactionnel écrit par le blogueur, et de susciter des commentaires au sujet dudit service ? Allons un tantinet plus loin et poussons la logique jusqu’au bout du bout : le succès d’une campagne de post sponsorisés pourrrait bien se mesurer… au nombre de commentaires suscités par le service en question.
Bon, les annonceurs et les régies publicitaires avaient compris ça avant nous, je vous rassure. Mais c’est leur métier en même temps.
Pour résumer, le billet sponsorisé est au blog ce que le panneau publicitaire 4×6 est aux murs de nos villes : un format adapté. Non ? Bon.

Un marché immature qui cherche encore ses repères
Le marché du billet sponsorisé est en pleine ébullition, et se structure peu à peu, à tâtons. J’en veux pour preuve les nombreuses discussions que j’ai avec différents annonceurs ou régies (spécialisées ou non) : j’ai la plupart du temps affaire à des gens qui connaissent leur métier mais n’ont aucune certitude affirmée sur le sujet. Ils avancent prudemment et sont très ouverts aux suggestions qui peuvent venir des éditeurs (les blogueurs), sur la pertinence de telle ou telle opération, ou encore sur des éventuelles propositions de nouveaux formats. Le marché a du potentiel, il faut juste que les acteurs trouvent les bons réglages pour le faire réellement décoller, sans se mettre les blogs et leurs lecteurs à dos.

D’accord d’accord, mais et le publi-rédactionnel dans tout ça ?
N’ayant jamais publié de publi-rédactionnel ni reçu de proposition (pour le moment) sur ce format, je serai assez court sur le sujet.
J’ai cependant eu l’occasion d’en parler récemment avec une régie publicitaire, et c’est aussi une piste qui prend forme progressivement, mais qui reste à explorer pour en définir les contours et les règles.
Certains blogs ont déjà publié de vrais publi-rédactionnels, c’est le cas de 2803.com par exemple, et c’est également une voir intéressante pour le blogueur, car contrairement au post sponsorisé, qui nécessite un travail classique de rédaction, le publi-rédac vous est livré tout cuit.

Des pistes à explorer ?
Autant vous le dire franchement : bien que n’ayant rien contre les posts sponsorisés ou les publi-rédacs dans les blogs, bien qu’ayant développé les arguments exposés précédemment, je garde malgré tout même une certaine réticence à les pratiquer moi-même. Pour tout vous dire j’ai même signifié il y a déjà quelques mois à mes partenaires que je n’en ferais plus, en tout cas plus sous cette forme, et que les quatre déjà publiés sur Presse-citron resteraient des cas exceptionnels et isolés. Pourquoi ? Malgré tout le bien que j’en pense, je ne peux m’empêcher de croire qu’une lente érosion de l’image ou de la crédibilité du blogueur sont à craindre sur le moyen et le long terme. Bien sûr il est tentant de prendre facilement quelques centaines d’Euros pour chaque post, mais n’est-ce pas une vision à court terme ? Je n’ai pas la réponse, et j’avoue être en pleine interrogation. L’avenir est ouvert et apportera la réponse.
Imaginons maintenant quelques pistes à explorer pour faire du post sponsorisé ou du publi-rédac qui soit profitable pour les trois parties en présence, à savoir le lecteur, l’annonceur, et l’éditeur.
Voilà celles que j’ai identifiées :

  • au lieu de publier un publi-rédactionnel dans le flux des billets, qui disparaîtra rapidement dans les archives du blog une fois qu’il ne sera plus en page d’accueil (sur un blog comme Presse-citron, compte-tenu du rythme de publication et du nombre par défaut d’articles en une, la rotation fait qu’un billet passe en archives en deux jours maximum), pourquoi ne pas proposer de l’afficher sur un emplacement fixe, dans la sidebar, comme un encart publicitaire classique, pour une durée définie, puis de le réintégrer dans le flux de billets en archive ?
  • concernant le post sponsorisé, pensons à la vidéo : une vidéo courte, montée de façon professionnelle, mettant en scène le blogueur en train de tester le service ou le produit, pourrait compléter un article ou le remplacer, et apporter une information de façon ludique au lecteur.
  • afin que le lecteur y trouve son compte, en dehors du fait que l’article doive impérativement fournir une information pertinente à valeur ajoutée, prévoir un concours ou tout système qui lui permette de tirer un bénéfice du post sponsorisé

Je terminerai en soumettant à votre appréciation un principe rarement évoqué quand on parle de la publicité : à sa façon, la pub est aussi une forme d’information.
Enfin, pour aller plus loin dans la réflexion, je vous suggère de lire ou relire ces articles :


Nos dernières vidéos

43 commentaires

  1. Je ne sais pas pourquoi mais je sens que cela va commenter sur ce billet! Pour apporter moi aussi ma pierre à la réflexion je pense que le publi-rédac tel qu’il a été présenté par Eric est la bonne solution car il n’existe aucune ambigüité sur le fait qu’il puisse y avoir une entente entre le blogueur et l’annonceur, enfin c’est de cette façon que je le vois sur 2803.com.
    Autant publier un post sponsorisé m’a toujours un peu dérangé, autant publier un publi rédac ne me pose aucun problème à partir du moment où le nombre est limité, que cela est fait en bonne intelligence et que l’article est bien identifié comme publi redac.

  2. Je pense tout de même que t’as situation est assez exceptionnel, tu as un grand nombre de lecteurs, et les annonceurs te laisse la liberté certainement aussi pour cela.

    Les annonceurs prennent soin de toi, peut-être plus que la plupart des blogueurs.

    Ce ne sont que des suppositions, qu’en penses-tu ?

  3. Tu as oublié de préciser que ce billet était sponsorisé par Blogrider + eBuzzing :).
    Trève de blabla, je suis plutôt de ton avis.
    Les billets sponsos ne sont encore qu’à leur balbutiement et c’est plus l’incohérence entre les demandes de rédactions de billets sponsos et le traitement par certains bloggeurs qui peuvent être néfastes.
    Si un bloggeur choisit pertinemment ses billets sponsos et les traite avec "neutralité bienveillante", alors je ne vois pas de problème particulier.
    Ca ou 5 encarts Adsense, le choix est vite vu je trouve.

  4. "La pub c’est aussi l’information" ?
    Non, la pub c’est la pub, une façon de te vendre un bien ou un service, pas une information, car une information se doit d’être objective. Et on ne peut que douter de l’objectivité d’une publicité, puisque son but premier est bien d’aider à la vente. L’information peut même être totalement viciée.

  5. Je trouve ça triste de dire que "la pub c’est aussi de l’information".

    La télé est déjà entre les mains des puissants: "faudrait pas froisser les annonceurs".

    Alors si les blogs se mettent à être de moins en moins libre de dire ce qu’ils veulent pour pas déplaire à ceux qui jettent les euros. C’est triste et montre encore une fois que le web est de moins en moins un espace de liberté et tend à devenir un lieu de chasse aux "cons-sot-matteurs"…

  6. Un blog est un espace personnel. Chacun a le droit de faire ce que bon lui semble sur cet espace. Si une marque veut une partie de cet espace et que la personne est d’accord, je ne vois pas le problème.
    Moi je préfère lire un billet sponsorié ou un publi rédac que pleins de abniières qui clignotent de partout ou des liens cachés Adsense pour inciter à cliquer !

  7. @shamanphenix @Vincent Rémond bien sûr que si la pub est aussi de l’info, même si ma formule est volontairement réductrice. C’est une FORME d’info, la pub est un média à part entière qui participe à sa façon à l’information. Elle est biaisée et partisane par essence, c’est évident, mais elle peut pousser vers toi une info que tu ignorais. Quand SFR fait la pub pour l’EeePC à la radio et dans la presse, il délivre d’abord une information à destination d’une cible de personnes qui sont potentiellement intéressées mais qui ignoraient l’existence de ce produit. SFR leur a donc d’abord délivré une information sur l’existence du produit en question.

  8. J’avoue que je me pose aussi sérieusement ces questions, car bien sur je parle de produits naturellement, mais quid de l’ethique si on me propose de me payer pour parler d’un produit dont j’aurais parlé naturellement ?
    Certes monetiser son blog est interessant, mais est-ce moralement correct ?
    Et la la question reste en suspend… J’avoue que ca serait très agréable de pouvoir vivre de son blog, mais ou serait la passion d’ecrire si ca devenait mon métier ?
    Alors, je me cherche, chercher une ligne editoriale qui me corresponde, c’est enfin fait. Chercher des collaborations, c’est le plus complexe a mon sens. Monetiser le blog, n’est pas le plus compliqué je pense, mais c’est la plus tabou des étapes de la vie d’un blog.

  9. On ne m’enlevera pas l’idée que à partir du moment ou il y a de l’argent, le jugement peut-être influencé.

    Je lis des blogs parce que leurs auteurs ne sont pas de journaliste, mais de simple citoyen comme moi et qui livre leur propre opnion sur un sujet.

  10. Si "la pub c’est aussi de l’information", alors le mot "information" ne veut plus rien dire.

    Il me semble que qu’une information digne de ce nom peut être évaluée par le récepteur grâce à sa connaissance du "canal". Or la pub déploie des trésors d’ingéniosité pour tordre la réalité sans nous donner le moyen de détordre le signal. On ne peut même pas parier que ce qu’elle dit est toujours faux.
    Plus grave, la pub parle à notre inconscient et tout le monde n’est pas équipé pour résister à ces attaques sournoises.

  11. @Anthony : "…ou serait la passion d’ecrire si ca devenait mon métier ?"
    Et si tu posais la question différemment: "écrire est ma passion, si j’arrivais à en faire mon métier, donc vivre de ma passion ?"

  12. A partir du moment ou le bloggueur peux dire ce qu’il veux je ne vois pas de soucis en ce qui me concerne. Je préfère faire un post-sponso qui soit bien annoncé comme tel, qu’un copié-collé d’une firme ou je n’aurai pas eu mon mot à dire sur mon propre blog.

    Après comme le dit Wynfo à chacun de faire selon ce qu’il veux chez lui, publier tout et n’importe quoi, à un rythme ponctuel ou régulier, seul le lecteur décidera au final.

  13. pas vraiment d’accord avec la vidéo, la vidéo doit être la plus complete et la plus pro possible compte tenu du prix pour un publi-redac, on le doit à nos lecteurs et à l’annonceur… et elle doit etre longue avec une partie courte pour présenter le produit à ceux qui s’en fichent et très longue pour les puristes… c’est ce qu’on fait sur Intruders tv par exemple… car la video ne trompe pas, si tu bosses ton produit ça se voit 😉

  14. Ben si on te paie pour parler d’un truc dont tu aurai parlé de toutes façons, moi je dis : GO !

    C’est pas plus compliqué que ça.
    J’aimerai bien qu’on me paie pour bloguer, j’arriverai peut etre enfin à me dégager du temps comme ça…

  15. @shamanphenix : parce-que tu penses que dans l’information "officielle" (non publicitaire, donc) fournie par de "vrais journalistes indépendants" on ne te raconte jamais de mensonges ?

  16. Moi je ne reviendrais que sur une seule chose, l’origine même du mot Blog… Je vous rappelle que ça vient de Web LOG, Log: journal. Journal sur internet donc.

    Si vous prenez un journal écrit quelconque de nos jours. Dans le meilleur des cas il est gratuit et il a un peu de pub (20′ par exemple), dans le pire des cas il est payant et il a *BEAUCOUP* de pub (madame figaro et toutes ces bêtises).
    Mais pourquoi personne ne s’en offusque? Tout simplement parce que dans Mme Figaro les annonceurs ne mettent pas de la pub pour le nouveau canard WC, ce n’est pas l’objet ni l’esprit.

    La pub est quelque chose de commun et d’accepté par tous et toutes, à partir du moment où elle correspond à l’esprit du flux d’information dans lequel elle est insérée. Pourquoi tolères-t-on les adwords beaucoup plus facilement qu’une vidéo qui va venir prendre la moitié de la page *AU DESSUS* du contenu? Tout simplement parce que ce n’est pas intrusif et que les adwords, par leurs natures, ont un contenu qui correspond à ton flux d’info.

    Deux derniers points sur lesquels je souhaiterais revenir,
    -Les gens ont beaucoup trop l’habitude d’avoir de l’info gratuite. Ils veulent le journal, l’argent du journal, l’écran du journaliste et sa chemise.
    -La publicité est pour les visiteurs qui ne paieraient pas pour l’information un moyen de rémunérer l’auteur et, par là même, de l’encourager à continuer et les publi rédacs ou les billets sponso, tant qu’ils sont fait *intelligemment*, ne gènent en rien à la bonne marche du journal qu’est un blog.

    C’est un point de vue, peut-être que certains m’allumeront, mais je n’espère pas 😉
    En tous cas, continuez à utiliser ce genre de moyens, personnellement ça ne me dérange pas, je les lit comme des billets sponso, avec une lecture différente, mais en sachant que c’est la même personne derrière 😉

  17. @ Eric : non, je ne suis pas naïf, mais là en l’occurence, leur métier est de tendre vers l’objectivité.
    A contrario, le métier du publicitaire est de faire vendre.
    Le but n’est pas le même, bien que les medias puissent être identiques.
    Après, je ne doute pas que certains journalistes soient vendus ; ou que certains publicitaires puissent être honnête vis-à vis de leur produit (bien que dans ce dernier cas, je n’ai pas d’exemple d’une publicité ou j’ai vu un "Notre produit est bien mais il a un défaut…")
    Il est hypocrite de comparer les deux.

  18. @shamanphenix on est d’accord, mais encore faut-il s’entendre sur la notion d’honnêteté dans la pub. La frontière entre pub "honnête" et pub mensongère est par exemple très très floue. Vaste débat…

  19. Ouch, quelques centaines d’euros par post, ca arrangerait mes fins de mois cette histoire ^^. on m’a proposé sur ebuzzing l’autre jour…15 euros pour un article…pas gagné cette histoire.
    Bon week end

  20. Le problème du publi-rédactionnel dans ton cas n’est pas sujet à polémique si on se fie à ce que tu dis : tu comptais en parler, c’est l’occasion qui fait le laron.

    Mais regarde bon nombre de billets sponsorisés : la moitié des rédacteurs ne connaissent pas le service, en parlent en bien avec zéro recul et au final ça ressemble à une rédaction chloroformée qui pue le subjectif sans avis forgé.

    C’est ça qui est regrettable dans cette pratique. Le fait de dire "blogue dessus" influe forcément, inconsiemment ou pas.

  21. Moi aussi ça me froisse de dire que la pub est de l’information… de l’info certes, mais de l’info commerciale… biaisée, vendeuse.

    La pub est présente un peu partout car elle est génératrice de revenus pour les supports qui la propose, mais outre cela je pense qu’on s’en passerait bien, non ?

  22. Les billets monétisés me rappellent, pour ceux qui ont vu le film, the Truman Show. Quand la fausse femme de Truman débite une pub pour le dernier modèle de tondeuse à gazon au beau milieu d’une conversation normale…

    Il y a ce même sentiment d’incompréhension, d’hypocrisie et un peu de dégoût mêlés que sur certains blogs passionnants qui se mettent à pondre du jour au lendemain des articles sur les cotons-tiges pour se faire du brouzoufe.

    Heureusement Presse-citron garde une certaine éthique, et c’est tout à son honneur :-).

  23. Amusant finalement de toujours parler d’éthique, de sournoiseries, de putes de luxe, etc. Au bout du compte, la blogosphere frenchy polémique sur quelques dizaines d’euros quand un John Chow se fait plus de 4000 dollars par mois uniquement avec ces posts sponsorisés; et tant mieux pour lui: cela ne m’empêche pas d’apprécier (et aussi de ne pas aimer) ses articles.

  24. Le blogueur doit trouver le juste équilibre lui meme, entre ses billets "normaux" qui passionnent les foules, et ses billets monétisé qui lui permettrait de gagner de l’argent grace à sa passion.

    Voyons les choses objectivement : La stratégie qu’adoptera un blogueur vis à vis de la pub pourra influencer son audience, tout autant que les sujets qu’il a l’habitude d’aborder ! Si je parle de football sur mon blog et que je fais des pubs tous les jours pour des dentifrices ou des parapluies, évidemment, mes lecteurs risquent d’être petit à petit blasés, et vont commencer à déserter mon blog… ce qui rendra mon blog moins attrayant au public, les annonceurs seront alors moins intéresses par mon blog.. etc..

    Il faut donc bien définir sa stratégie : Gagner de l’argent mais pas à n’importe quel prix.

    Un encart publicitaire pour y déposer un court-billet ou une vidéo pendant quelques jours, voilà une idée que je trouve interessante ! Ainsi, d’un coté, tu publies tes billets normalement, et de l’autre, tes billets sponsorisés sont bien plus visibles…

    Enfin bref, je ne pense pas qu’il y ai à ce jour une solution parfaite vis à vis de tout ça… la monétisation des blogs n’en ai qu’à son balbutiement !

  25. Pour être honnête, les publiredactionnel dans la presse me faisaient déjà mauvaise impression et je les zappais comme de la pub classique.
    Chez Henry de 2803 (et inversement chez 2803 de Henry) , les publiredactionnels aussi m’embêtent un peu (m’embête franchement en fait) dans le flux des billets. Je ne suis pas contre la publicite classique, mieux identifier, bien sortie du flux rédactionnel, je comprends tout à fait ca présence et parfois j’en apprécie l’originalité.

  26. L’idée de mettre à part les billets valorisés est très bien, s’entendre avec l’annonceur sur le temps de présence vs la monétisation, tout ça.

    Franchement, si c’est bien écrit, un billet sponsorisé (2T en temps (c) Pascal) ne me gène pas, un publi machin, même dans les journaux je les zappe.

    Je sais, parfois faut adapter à la maquette, Coco, ce qui représente un coût. Mais hop, poubelle quand même 🙂

    Le mieux est évidemment comme dans ton cas se faire payer pour quelques chose dont on allait parler "de toute façon". J’en suis encore très loin, j’ai juste des contacts pour ajouter des adresses dans le carnet de mesmotos.fr (qui n’est pas un blog).

    Pourtant ce serait simple (si j’avais une visibilité suffisante pour intéresser hein, à 300 visiteurs jours sur le site ce doit encore être trop faible alors avec les 20-30 du blog) : tiens, deux exemples. Se faire prêter une moto pour quelques jour, comme les journalistes. Au hasard, la 850 Aprilia à boîte automatique, pour voir ce que cela donnerais avec ma cheville en vrac. On dira qu’il y a une légitimité à ce que je l’essaye puisqu’elle peut m’apporter un vrai plus – je ne roule plus depuis décembre car je n’arrive plus à passer les vitesses, à cause du froid qui engourdi mon pied, saloperie d’accident).

    L’autre truc, c’est ma volonté de faire le Touquet ou un enduro classique (en vieille moto "de mon bon vieux temps" donc), un article sur une course vue de l’intérieur… Bon, faut aussi me faire prêter la moto et me payer l’engagement, enfin non pour le Touquet c’est ma femme qui m’en fait cadeau pour mon anniversaire d’il y a quatre ans 🙂

    Donc oui, y a moyen de moyenner (ouh, ouh, les agences, les "corrupteurs", je suis là, y a quelqu’un ?) car j’y trouverais un vrai intérêt pour l’écriture qui en découlerait, donc mes lecteurs aussi…

    Mais bon, là aussi c’est tributaire de la remise en état de ma cheville.

    Et puis au final, on a toujours le droit de ne pas le publier si on ne le sent pas, non ?

    🙂

  27. @Henry: Oui j’avais volontairement et en toute mauvaise foi 🙂 occulté cette possibilité dans mon commentaire (j’avais lu l’article et ciblé son utilisation comme anti-publirédactionnel) car:
    Un, ca foutais en l’air mon argumentaire pour faire en sorte de conforter Eric dans la voie publi-free qu’il suit. Mon plan machiavélique étant de le rendre pauvre à n’en plus pouvoir payer son nom de domaine, me l’approprier et de là conquérir le monde (« On va conquir le monde. Monstueux »)
    Deux, j’aime franchement bien lire vos blogs respectifs en dehors des flux RSS pour profiter du design. En fait 80% du temps le flux RSS ne me sert que de point de départ dans ma navigation et du coup et bien je tombe sur le publirédac.

  28. Post intéressant, Eric !
    Pour ma part, il me semble qu’à partir du moment où il y a une totale transparence (entre l’annonceur et le blogueur/ entre le blogueur et ses lecteurs) il ne peut y avoir d’ambiguïté.

    Ceci dit, je suis davantage favorable au billet sponsorisé plutôt qu’au publi-rédactionnel qui tend à utiliser un espace historiquement réservé à l’expression du blogueur avec un contenu qui n’est pas le sien. Ca n’est, ni plus ni moins que l’équivalent d’une bannière. Et je n’aime pas les bannières – ni les liens sponsorisés – qui viennent s’immiscer dans les posts !

    Je suis conquis par ta vision sur les billets sponsorisés, Eric, et il n’est pas impossible que je te prenne au mot !
    Suite au prochain numéro.

    Musa
    http://www.musaraign.com

  29. Je suis d’accord avec Bibox, je ne suis pas fan du mélange des genres.
    Cela me fait penser à la principale raison de l’abandon du moteur de recherche altavista à l’époque, qui avait eu la mauvaise idée de changer l’ordre des résultat en fonction de ce que payaient les annonceurs, la réponse de la recherche n’était plus objective car cachée.
    Certes aujourd’hui, la plupart des blogs font état du billet sponsorisé ou du publi rédac, mais qu’en sera t-il demain ?
    Perso je lis les blogs, dont celui d’Eric principalement parceque les auteurs apportent un point de vue personnel, et c’est l’affinité avec ce point de vue et la personne qui me fait continuer à lire ou pas un blog.
    Mélanger avec de la pub moyennement explicite ne me parait donc pas une bonne idée.
    Par contre, la pub en général ne me gène pas du tout. Combien d’entre nous, dans les années pré-commerce en ligne achetaient les pc-expert ou pc-direct juste pour avoir les pubs et les tarifs des différents revendeurs ?
    Tout ce débat me fait d’ailleurs pensé au business model des magasines spécialisés. La problématique d’éthique est la même.

  30. Effectivement Eric, j’avoue ne pas m’être posé la question dans l’autre sens et la réponse me semble evidente finalement.

    Cela me laisse donc dans "l’obligation" de prendre plus de temps a poster des choses utiles et interessantes sur mon blog afin qu’il me permette lever le pieds sur le boulot et de me consacrer un peu plus au blog, mais les risques me font relativement peur pour le moment :$

  31. Je trouve cette analyse très pertinente et je la partage en tant que blogueur. Et pour une fois, c’est l’avis de quelqu’un qui s’y connait sur le sujet, ça fait du bien.

  32. Pas facile de se positionner dans tout cela et de prendre les bonnes décisions en son âme et conscience. Il est donc tout à fait passionnant de lire ce qu’en pensent les autres.

  33. Et pourquoi les publicitaires ne viendraient pas présenter leurs produits dans les commentaires à la suite de la présentation d’un produit concurrent ?

    Je m’explique.

    Je fais partie du Mouvement Démocrate et je suis un peu le spécialiste des widgets pour les e-militants démocrates. Sur mon blog est présenté régulièrement de nouveaux widgets servant le réseau démocrate.
    Une petite startup toute neuve proposant des widgets est venue, le plus naturellement du monde, commenter un de mes billets en me disant qu’eux aussi faisaient des widgets et que je devrais peut-être les essayer. Ce que j’ai fais. J’en ai ensuite produit un billet et fait sa critique en relevant points forts et points faibles. D’ailleurs, mes remarques ont servie, leur widget s’est bonifié ! Mais pas suffisamment pour me pousser à inciter plus de 110 blogs à en changer…

    Certes, pour le publicitaire, c’est prendre le risque de se faire dégommer par le blogueur. Mais bon, tous les blogueurs ne sont pas cruels et je sais que lorsqu’on me présente les choses honnêtement, je suis plutôt bon joueur… Alors, amis publicitaires, n’y a t-il pas quelque chose à jour à ce niveau ? Bon évidemment, pour les rasoirs, ça risque d’être un peu compliqué…

  34. Exactement les questions et les réponses que j’attendais sur le sujet avec plus ou moins les mêmes avis. Donc, rien à rajouter maintenant faut attendre que ça avance de l’autre côté.

  35. il y a un côté très sain je trouve dans ce post, c’est déjà de poser comme une évidence qu’un bloggeur peut (et doit) gagner de l’argent avec son blog… cela attire les annonceurs, pourquoi ne pas en profiter alors.
    Après sur le contenu rédactionnel, je pense qu’il y a un vrai problème de crédibilité surtout si le billet est signé de ta main et ouvert aux commentaires. Mais ton opé avec Ofindo ne m’a pas dérangé, j’ai même trouvé le billet intéressant, j’ai visité leur site tout en sachant que c’était de la pub. Pareil avec codeur.com que je connaissais avant de voir la pub sur presse-citron, c’est de l’info pertinente et y a pas de mal à se faire connaître. Dans tous les cas cela m’attire plus que les liens adwords.

  36. Pingback: Natacha Artbook » Blog Archive » Le buzz…et les billets monétisés

  37. Pingback: Communiqué de presse gratuit, publi-rédactionnel gratuit, billets sponsorisés…

Répondre