Recharger son baladeur ou son mobile avec ses vêtements, bientôt une réalité ?

On connaissait depuis longtemps la montre qui se remonte avec les mouvements du poignet. Voilà maintenant le baladeur qui se recharge avec votre pantalon (ou votre caleçon). Les chercheurs de l’Université de Berkeley en Californie travaillent sur des fibres microscopiques qui sont capables de produire de l’électricité par simples mouvements de torsion ou d’étirement. Ces

On connaissait depuis longtemps la montre qui se remonte avec les mouvements du poignet. Voilà maintenant le baladeur qui se recharge avec votre pantalon (ou votre caleçon). Les chercheurs de l’Université de Berkeley en Californie travaillent sur des fibres microscopiques qui sont capables de produire de l’électricité par simples mouvements de torsion ou d’étirement.

nanofibres

Ces nanofibres, qui ressemblent à des fils de pêche invisibles à l’œil nu peuvent être associés entre elles et intégrées dans le tissu d’un vêtement pour accumuler l’énergie nécessaire au fonctionnement ou à la recharge d’appareils mobiles.

Selon le L.A. Times, Des tests concluants ont déjà été menés dans un laboratoire de L’UC de Berkeley, permettant de produire de l’énergie avec les doigts grâce à l’intégration des fibres magiques dans un simple gant. Le diamètre de chacune de ces nanofibres est inférieur au centième de celui d’un cheveu, et un million d’entre elles suffisent pour produire assez d’électricité pour alimenter un iPod. Selon l’équipe de chercheurs qui travaillent sur ce projet, un million de fibres représente la circonférence d’un grain de sable.

Outre les loisirs numériques, cette nouvelle technologie, qui devrait être opérationnelle d’ici trois ans, intéresse les industriels et l’industrie militaire, qui y voit un bon moyen d’alléger l’équipement des troupes en les dispensant de porter des batteries pour recharger leur arsenal technologique ambulant. Une découverte géniale qui pourrait également avoir un impact important en termes de sauvegarde de l’environnement, si chacun est capable de produire sa propre énergie lui permettant de devenir auto-suffisant dans la gestion de ses objets nomades.

Selon le responsable du projet, le corps humain serait alors une vraie centrale électrique, produisant de l’énergie notamment avec des points stratégiques comme les genoux ou les coudes. Vous équipez tous les danseurs d’une boîte de nuit avec ça et vous pouvez dire au revoir à EDF pour éclairer la boule à facettes.

On avait l’huile de coude, maintenant on aura aussi les électrons.


Nos dernières vidéos

11 commentaires

  1. Joli !
    Reste à voir le cout du million de fibres. Et il va falloir qu’elles passent à la machine.

    Clairement ca aura de l’avenir… s’il n’y a pas un énorme défaut non-précisé.

  2. Joli !

    Il faudrait en savoir davantage sur le prix, sur la possibilité de laver en machine ces fibres high-tech, ou encore sur leur souplesse/résistance.

    Mais il est clair que ça a beaucoup d’avenir si aucun défaut ne vient gâcher l’idée.

  3. Enfin un vrai avancement et pour les hommes et pour l’environnement!
    Le temps ou la musique nous lâchait dans les transports est bien révolu!

    J’ai même lu quelque part que beaucoup de test sont effectués sur les fibres comme par exemple des fibres qui réguleraient la chaleur. Et en ce moment, ce serait pas de refus!

  4. Pingback: La presse jeux vidéo en France, un nouveau podcast « music business », Block Party 2, pertes de MySpace, clones d’iPad, partage sur AdSense, | zdar.net

  5. C’est une formidable invention ! Imaginez combien de kilo watts on pourrait économiser si tout le monde était équipé d’un dispositif de ce genre !!!
    A quand la commercialisation ?

  6. Une invention qui ne peut que se populariser. Les énergies renouvelables sont de plus en plus poluaire et pour cause. Moins de batterie, moins de pollution 😉

  7. C’est vrai que nous sommes de fabuleux moteurs, il nous manque simplement de quoi convertir et stocker l’énergie que nous produisons. En parallèle, c’est sur l’économie d’énergie qu’il faut faire des efforts!

Répondre