Des chercheurs développent un robot méduse imprimé en 3D pour sauver les coraux

Des chercheurs ont mis au point un robot imprimé en 3D ressemblant à une méduse et se déplaçant avec des tentacules hydrauliques. Son objectif, surveiller les fonds marins et notamment protéger les récifs coralliens.

Un robot méduse imprimé en 3D mis au point par des chercheurs

Encore des robots, me direz-vous. Et oui, une fois de plus, une équipe de chercheurs planche sur un robot pour venir en aide à l’humanité. Ou pour être plus exact, à l’environnement. Cette fois-ci, c’est une équipe de scientifiques de la Florida Atlantic University et du U.S. Office of Naval Research qui ont collaboré pour mettre un point un « robot-méduse » sous-marin pour surveiller les récifs coralliens.

Un robot méduse avec des tentacules gonflables

Il s’agit d’un « robot méduse » réalisé en silicone mou dont la texture rappelle celle de l’animal. L’analogie ne s’arrête pas là puisque le robot imite également le mouvement de « propulsion » propre à la méduse pour se déplacer. L’objectif ? Se fondre le plus possible dans le décor aquatique pour ne pas déranger la nature.

« Les méduses sont des nageuses très efficaces« , explique Erik Engeberg, l’un des chercheurs du projet de la Florida Atlantic University, à Digital Trends. « Nous nous en sommes donc inspirés pour la conception de nos missions d’exploration de longue durée avec des batteries faibles. »

> Lire aussi :  Ce robot pose puis visse des cloisons (et remplacera les travailleurs du bâtiment)

Les méduses sont très efficaces pour se déplacer dans l’eau. Leur capacité propulsive est due à leur forme corporelle qui produit une combinaison de propulsion par réaction, de vortex, et d’aspiration. Pour imiter cette mécanique de déplacement, les ingénieurs ont eu recours à deux pompes à turbine qui aspirent et rejettent l’eau pour diriger hydrauliquement le robot.

Une conception simple et efficace inspirée de la nature

« Nous avons rendu [les tentacules de la méduse robotique]mous pour qu’ils ne causent pas de dommages aux écosystèmes fragiles comme les récifs coralliens », poursuit Engeberg. « Nous avons utilisé de l’eau pour gonfler les tentacules afin qu’ils ondulent de manière réaliste. Les robots sous-marins conventionnels sont rigides et utilisent souvent une hélice pour la locomotion, ce qui signifie qu’ils peuvent accidentellement couper les récifs coralliens. »

Autre gros avantage de la méduse robotique, c’est sa conception d’une extrême simplicité qui la rend rapide et peu couteuse à fabriquer. En effet, la majeure partie du robot est imprimée en 3D avec du silicone. Le reste des composants étant facile à fabriquer, l’équipe en a d’ores et déjà imprimé pas moins de cinq.

> Lire aussi :  Moxi, le robot assistant médical qui soulage le personnel hospitalier

Un bon début plein de promesses

Le projet n’en n’est qu’à ses balbutiements. A terme, l’objectif est de rendre le robot fonctionnel en l’équipant de divers capteurs tels qu’un sonar, ainsi qu’un algorithme de navigation pour lui permettre de naviguer de manière autonome.

« Les robots méduse seraient efficaces bien dans les courants marins, où ils seraient insérés dans l’eau à un moment donné pour suivre le courant, avec une maniabilité suffisante pour le récupérer si d’importantes données étaient relevées », explique M. Engeberg. « Nous ferions attention à surveiller leur emplacement pour qu’ils puissent être récupérés en toute sécurité après la mission. »


2 commentaires

  1. je ne vois pas en quoi ces robots méduse vont permettre de protéger les massifs coralliens ? tout au plus il permettrons de faire une analyse de leur état de santé et de leur environnement mais ce n’est pas ça qui les protégera.

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.