Le selfie tue désormais plus que les requins

Depuis 2011, plus de 250 personnes sont décédées en prenant un selfie, là où les requins sont à l’origine de moins d’une cinquantaine d’attaques mortelles.

Comme le montre une récente étude de Journal of Family Medicine & Primary Care publiée en juillet 2018, le selfie cause désormais plus de décès que les requins dans le monde. En effet, l’étude rapporte que 259 personnes ont perdu la vie à cause d’un selfie entre octobre 2011 et novembre 2017, c’est-à-dire un peu plus d’une cinquantaine de décès par an. Concernant les attaques mortelles provoquées par des requins, elles auraient provoqué la mort d’une cinquante de personnes sur la même période soit un cinquième des accidents mortels dus au selfie et près de six décès par an.

Si la comparaison entre les morts par selfie et par requins peut sembler étrange, force est de constater que l’accident mortel dû au selfie représente une nouvelle cause de décès. En effet, cette dernière n’existait pas il y a quelques années puisque la photo et la technologie des smartphones n’étaient pas encore tournées vers cette pratique.

selfie morts

© Journal of Family Medicine & Primary Care

Les hommes de moins de 30 ans, principales victimes de l’accident de selfie

Selon l’étude, ce chiffre serait en hausse exponentielle depuis l’année 2013, date à laquelle il est né pour augmenter avant de baisser légèrement en 2016. De plus, la moyenne d’âge des personnes les plus touchées par ce type de décès serait de 22,94 ans, tandis que le risque de mourir de cette façon réduirait largement après 30 ans. Les hommes seraient également les principaux concernés, puisqu’ils représentent près de trois quarts (72%) des victimes. Enfin, les causes du décès seraient principalement dues aux chutes, aux noyades, ou encore à l’accident des transports.

Les zones géographiques les plus touchées seraient principalement l’Inde, puis la Russie, la Chine, les États-Unis et le Pakistan.

Pour pallier à cette nouvelle cause de décès, l’étude recommande l’installation de « no-selfies zones », soit des zones où les selfies seraient interdits. De fait, il est indiqué : « Les selfies en eux-mêmes ne sont pas dangereux, mais le comportement humain qui accompagne les selfies l’est ».

Pour rappel, la perche à selfie est déjà interdite dans certains lieux comme les manèges à sensation, mais il s’agirait là d’étendre l’interdiction beaucoup plus largement.


3 commentaires

  1. Le selfie représente un symptôme de la maladie dégénérative qu’est la modernité. Il traduit « l’hyperindividualisme » anxieux où l’individu, malgré de nombreux échanges compulsifs ne pense qu’à soi et ne s’intéresse pas au monde qui l’entoure. L’abus du selfie est ainsi utilisé pour se rassurer, se dire qu’on est aimé et qu’on est, d’une certaine manière, digne d’exister. Au final, dans le ces présent, il s’avère un excellent allié dans le processus de la sélection naturelle. Les requins apprécieront.

  2. On a eu un mort l’été dernier sur les falaises de belle île en mer !! L’arme du crime est un selfistick
    On est mal, moi j vous l dit :X
    Et ces pauvres requins qui en prennent pleins la tronche 😉
    Si vous passez par la Thaïlande, allez voir les petits requins de récifs qui sont absolument inoffensifs et partagez la bonne parole

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.