Selon cette start-up, les Français s’intéressent de plus en plus au paiement mobile

On dit souvent que les Français ne sont pas trop intéressés par le paiement mobile. Pourtant, Lydia a vu son nombre d’utilisateurs quadrupler en 2015.

Paiement mobile

Au mois d’octobre, un sondage mené par Tilder-LCI-OpinionWay sur « 1.004 personnes représentatives de la population française » avait révélé que 81 % des Français n’ont pas l’intention d’utiliser des solutions de paiement par mobile.

Ces résultats suggéraient ainsi que la population de l’Hexagone ne s’intéresse pas trop aux applications de paiement par téléphone. Cependant, la start-up Lydia n’est pas tout à fait d’accord. Ou du moins, elle fait figure d’exception.

Pour rappel, celle-ci a lancé sa solution de paiement par mobile en 2013. A l’époque, après avoir été testée, l’application comptait déjà 4 000 comptes particuliers et 400 comptes professionnels au lancement.

Et aujourd’hui, Lydia est utilisée par plus 200 000 personnes dans l’Hexagone. Mais le plus intéressant, c’est que l’usage de cette application a connu une explosion en 2015.

En effet, alors qu’en janvier, Lydia n’avait que 50 000 utilisateurs, le nombre a doublé au mois de juillet. Et actuellement, c’est-à-dire 4 mois plus tard, il est passé à 200 000 utilisateurs.

Le rythme des nouvelles inscriptions serait aujourd’hui de 1 000 nouveaux comptes par jour. Et pour la start-up parisiennes, ces signaux montrent « l’intérêt croissant des Français pour le paiement mobile ».

On est en droit de se dire que Lydia a probablement profité du buzz que le lancement d’Apple Pay (puis Samsung Pay, puis Anroid Pay) a créé et qui aurait par exemple eu quelques effets positifs sur l’utilisation de Google Wallet.

Cependant, il faut noter que contrairement à ces systèmes, Lydia n’utilise pas le NFC, mais un système de paiement par QR Code ou par texto (sur iPhone et Android), et que le service ne permet pas uniquement de payer les commerçants en utilisant ces systèmes, mais aussi de s’envoyer de l’argent entre amis.

Dans un communiqué, Lydia explique également que l’application est surtout utilisée par les jeunes et plus précisément ceux qui vivent dans les campus. Mais la start-up aurait également remarqué que de plus en plus « d’ainés » sont séduits par son service. Et à ce jour, 15 % de ses utilisateurs sont âgés de plus de 40 ans.


Nos dernières vidéos

Comments are closed.