Snapchat aurait un problème avec les pays « pauvres »

Snapchat est accusé de gonfler ses statistiques et de ne pas aimer les pays pauvres.

Snap (le propriétaire de l’appli Snapchat) est en train de passer un sale quart d’heure. Alors qu’Instagram annonce que sa fonctionnalité Stories (copiée sur celle Snapchat) compte désormais 200 millions d’utilisateurs, la société d’Evan Spiegel fait également face à colère d’internautes en Inde, où une campagne #UninstallSnapchat a été lancée la semaine dernière.

La raison de cette colère : des propos qui auraient été tenus par le PDG de l’entreprise en 2015 concernant les pays comme l’Inde et l’Espagne.

Selon un ancien employé qui a été licencié par Snap et qui poursuit aujourd’hui la société en justice aux USA, Evan Spiegel aurait indiqué que son application est « uniquement pour les riches » et qu’il n’a pas envie de se développer dans les « pays pauvres comme l’Inde et l’Espagne ».

Ces accusations sont portées par Anthony Pompaliano, un ancien employé de Facebook qui a été recruté par Snapchat en 2015. Mais il a été licencié après seulement trois semaines, à cause de mésententes avec les dirigeants concernant la manière de compter les utilisateurs.

D’après Re/Code, Pompaliano porte plainte contre son ancien employeur qui, selon lui, essaie de détruire sa carrière et sa crédibilité.

Il veut prouver qu’il avait raison

Les procédures ont été lancées au mois de janvier, mais le contenu de la poursuite n’a été rendu public que très récemment. C’est dans ces documents que Pompaliano évoque les commentaires présumés d’Evan Spiegel sur les pays pauvres.

L’ancien employé devait se charger de la croissance de l’application. Lors d’une réunion avec Evan Spiegel, il aurait évoqué les pays comme l’Inde et l’Espagne, où les taux de pénétration d’internet sont élevés. Mais le PDG aurait indiqué que Snapchat est fait pour les pays riches.

En Inde, cette affaire a fait beaucoup de bruit et comme #DeleteUber, le hashtag #UninstallSnapchat pourrait gravement affecter le réseau social si son créateur ne réagit pas de manière appropriée.

Sinon, Pompaliano affirme également dans les documents de sa poursuite contre Snap que la société commet des erreurs dans la manière dont elle calcule le nombre d’utilisateurs. Des erreurs qui gonfleraient les statistiques.

(Sources :  1 / 2 / 3 )

 


Nos dernières vidéos

Un commentaire

Répondre