Suivez-nous

Réseaux sociaux

Sous la pression de ses employés, Mark Zuckerberg accepte de revoir la politique de Facebook

Facebook n’a pas censuré une publication de Donald Trump que Twitter a, de son côté, censuré pour apologie de la violence.

Il y a

  

le

 

Par

Facebook reconnaissance faciale
© Glen Carrie (via Unsplash)

Alors que les manifestations continuent aux États-Unis après le décès de George Floyd, la polémique s’enflamme également sur la façon dont les réseaux sociaux doivent modérer (ou pas) les publications de Donal Trump. Pour rappel, Twitter a décidé de censurer des publications du président américain qui sont en violation de son règlement, dont une publication accusée de faire l’apologie de la violence, car elle incluait la phrase controversée « quand les pillages commencent, les tirs commencent ». De son côté, Facebook a décidé de ne rien faire, ce qui a provoqué le mécontentement de beaucoup d’Américains, dont des employés de Facebook.

Dans une publication datant du 30 mai, Mark Zuckerberg indiquait qu’il était en désaccord avec les propos du président. « Personnellement, j’ai une réaction viscérale négative à ce genre de rhétorique conflictuelle et inflammatoire. Ce moment appelle à l’unité et au calme, et nous avons besoin d’empathie pour les personnes et les communautés qui souffrent. Nous devons nous unir en tant que pays pour rechercher la justice et briser ce cycle », avait écrit le patron de Facebook. Néanmoins, celui-ci explique que selon le règlement de la plateforme, cette publication ne devrait pas être censurée : « Bien que la publication ait une référence historique troublante, nous avons décidé de la laisser parce que les références à la Garde nationale signifiaient que nous le lisions comme un avertissement sur l’action de l’État, et nous pensons que les gens doivent savoir si le gouvernement prévoit de déployer la force. »

Facebook pourrait modifier le règlement qui autorisait la publication controversée de Donald Trump

Cette semaine, sous pression, Mark Zuckerberg annonce des changements à venir sur Facebook en ce qui concerne sa politique, « sur la base des commentaires des employés, des experts des droits civiques et des experts en la matière ». Facebook va revoir ses politiques qui permettent des menaces de recours à la force par l’État et étudier les amendements qui pourraient être adoptés. Facebook va également revoir son raisonnement « binaire » qui consiste à soit censurer une publication, soit retirer celle-ci. « Je sais que beaucoup d’entre vous pensent que nous aurions dû étiqueter les publications du président d’une manière ou d’une autre la semaine dernière », indique Mark Zuckerberg.

En d’autres termes, pour le moment, il n’est pas certain que dans le futur, des publications de Donald Trump pourront être censurées ou étiquetées comme l’a fait Twitter. Néanmoins, Mark Zuckerberg a décidé d’ouvrir la voie à une modification de sa politique à ce sujet. Dans son annonce, le patron de Facebook a également exprimé son soutien au mouvement « Black Lives Matter ».  « Aux membres de notre communauté noire : je suis avec vous. Vos vies comptent. Black lives matter », a-t-il écrit.

Dans sa publication, le patron de Facebook a également évoqué la possibilité de modifier la politique du réseau social concernant les élections. Récemment, Twitter a épinglé des tweets de Donald Trump au sujet du vote par correspondance.

Facebook
Par : Facebook, Inc.
3.7 / 5
101,0 M avis
1 commentaire

1 Commentaire

  1. O.S.

    8 juin 2020 at 16 h 01 min

    Connaissant Mark Z. et son appétit pour l’argent, je doute qu’il change réellement quoi que ce soit. Le Parti Républicain a dépensé de l’ordre de 60 Millions de dollars en pub sur FB depuis l’élection de Donald…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests