Suivez-nous

Cinéma

SPIDER-MAN Far From Home : critique sans spoiler

Avis critique sans spoiler sur Spider-Man Far From Home qui fait suite à Homecoming et surtout Avengers Endgame

Il y a

le

© Sony

Peut-on proposer une critique sans spoiler intéressante ? Je vais tenter de vous prouver que oui avec ce Spider-Man Far From Home sorti mercredi 3 juillet. La seule alerte spoiler concernera Avengers Endgame. Si vous ne l’avez pas encore vu, je ne peux plus rien pour vous.

S’abonner à Captain Popcorn

D’autres articles et vidéos seront consacrés à Spider-Man par la suite, mais puisque le film sort ce 3 juillet, préservons un peu le suspense !

Un Spider-Man qui gagne en maturité, mais pas trop non plus !

Après Homecoming, on retrouve Jon Watts à la réalisation de ce Far From Home et de ce côté comme de celui des personnages, on peut dire que tout le monde a gagné un peu en maturité, mais pas au point de perdre le charme d’un Peter Parker en fin de lycée.

Même si ce n’est pas l’unanimité, une majorité de critiques semble estimer ce film supérieur à Homecoming. De mon côté, même s’il y a quelques faiblesses sur certaines tentatives d’humour et sur la plausibilité de quelques éléments du scénario, on a en effet, dans l’ensemble, un meilleur film.

Tom Holland, un Spider-Man encore jeune

Ceci dit, si vous n’avez jamais aimé Tom Holland en Peter Parker, je pense qu’il serait de tout façon difficile de vous faire changer d’avis.
A mes yeux, Tom Holland apporte une maladresse juvénile et un charme désuet au personnage, des qualités qui sont parfaitement en phase avec ce que j’aime de Spider-Man dans une période qui reste très proche de ses débuts.

Homecoming avait su trouver le ton juste pour évoquer un lycéen blindé de pouvoirs, en galère pour gérer tout ça et guidé par une figure de sagesse improbable et imparfaite en la personne de Tony Stark.

Far From Home dans la continuité d’Avengers Endgame

De ce point de vue, Far From Home se positionne parfaitement dans la continuité de ce premier film ainsi que des Avengers 3 et 4.

Même si le sujet est clairement présent, certains regretteront peut-être l’absence apparente de conséquences lourdes et durables du premier claquement de doigt sur la Terre, mais bon, après tout, Hulk a fait le boulot dans Endgame pour rafistoler tout ça et la mission du film consiste surtout à traiter des conséquences personnelles pour Peter, une mission réussie.

Ce qui est frappant, c’est cette impression de voir un film du MCU sans qu’à aucun moment ne se ressente la particularité de Spider-Man en termes de droits, puisqu’il s’agit d’un film Sony et non pas Disney.

Voilà qui en dit long sur la qualité de collaboration des deux studios, notamment au niveau scénaristique sur un sujet aussi sensible que la fin d’Endgame.

Spider-Man, pièce maîtresse pour Sony

Il faut dire que Spider-Man est devenu la pièce maîtresse de la rentabilité de Sony Pictures avec l’espoir d’atteindre un milliard de dollars au box-office et bientôt un univers étendu incluant potentiellement Venom.

Venom et Spider-man, voilà un sujet tout autre, et je ne veux pas vous hyper pour rien, pas de gros indice de ce potentiel crossover dans Far From Home, même si certains reconnaîtront un clin d’œil assez net au personnage et à un moment iconique des comics et même des films précédents.

Revenons à la question de Tony Stark dont l’absence douloureuse marque le film dès ses premières minutes alors que l’effet des différents claquements de doigts a directement impacté l’humanité entière.

Spidey, toujours entre vie privée et devoirs du héros

La notion de relève à prendre alors que les figures centrales des Avengers ont disparu est l’une des thématiques au cœur de Far From Home, avec tout ce que cela implique de questionnement sur la responsabilité, un sujet presque indissociable de Peter Parker.

Et oui, tous les fans de Spidey le savent, l’équilibre entre sa vie privée et ses devoirs de superhéros sont consubstantiels du personnage et ce point le film le traite de manière aussi dynamique qu’attendrissante.

On peut clairement dire de ce film qu’il est une comédie romantico-héroïque et on pourrait presque forcer le trait en distinguant trois actes correspondant aux aspects comiques, puis romantiques, puis héroïques, mais, rassurez-vous, le cocktail est un peu plus secoué que ça, heureusement.

MJ, de Mary Jane à Michelle Jones

Quoi qu’il en soit, la notion de comédie romantique nous amène directement à Zendaya et la version de MJ qu’on nous propose ici. Comme Stan Lee l’avait dit lui-même, peu importe la couleur ou la religion, tout ce qui compte, c’est qu’elle soit une bonne actrice pour le personnage.

Je vous le dis très nettement, j’adhère totalement au personnage, à la dynamique de la relation et à la réinvention de MJ par rapport aux comics. Grosse réussite pour moi à ce niveau.

Le propre d’une adaptation, c’est d’adapter et de le faire bien. Certains estiment que le personnage de Mary Jane a été dénaturé avec Michelle Jones, mais a-t-on vraiment envie de voir Peter Parker en couple avec une top model qui se morfond dans leur appartement ?

N’y a-t-il pas moyen de proposer une version un peu plus funky de MJ ? Si carrément, et le film y parvient très bien, avec un réel développement par rapport au début d’esquisse qu’on avait dans Homecoming.

Humour, quand tu nous tiens !

Tom Holland et Zendaya sont bons tout simplement et leurs scènes fonctionnent très bien. Le personnage qui en pâtit un peu, c’est certainement Ned qui reste relativement en retrait, même s’il conserve quelques scènes et répliques assez marrantes, notamment quand il imagine un surnom à la volée à Prague, enfin vous verrez.

Puisque je parle d’humour, continuons dans cette direction. Le film est bien rythmé, très divertissant et souvent drôle, que ce soit un peu, beaucoup ou passionnément peut-être pas, mais bon vous voyez l’idée.

Quelques gags de trop qui tombent à plat

Petit problème, c’est parfois trop. Je ne sais pas pourquoi, mais l’équipe a voulu remettre une couche d’humour par-dessus l’humour et certains gags tombent vraiment à plat, au risque d’entacher les autres moments vraiment drôles.

Ce ne sera pas un spoiler de « guedin » que de vous révéler que ce sont les professeurs accompagnateurs qui sont à côté de la plaque, avec des scènes et répliques susceptibles de vous mettre un peu mal à l’aise, le pire étant qu’on joue sur du comique de répétition qui devient limite crispant. Un défaut relativement mineur, mais bon, c’est dommage.

Un Spider-Man spectaculaire et héroïque

Concernant l’aspect héroïque maintenant, je peux dire qu’on a là, de mon point de vue toujours, un grand cru de Spider-Man.
Si j’avais lu certaines scènes d’action sur le script, j’aurais eu très peur, mais la réalisation transfigure des concepts casse-gueule pour en faire du spectacle de haut-niveau.

C’est rythmé, lisible, avec de bons plans larges, de l’ingéniosité dans les déplacements, tout le potentiel de Spidey bien utilisé et aussi des impacts qu’on ressent presque physiquement aux bons moments.

Les enjeux m’ont semblé très bien dosés, on est évidemment loin en deçà de ceux d’Avengers, mais aussi nettement au-dessus de ceux d’Homecoming.

Ennemis et décors : un visuel bien maîtrisé

Je vais supposer que vous avez au moins vu un bout de bande-annonce et donc que vous savez que des menaces de type élémentaires pèsent sur le monde, notamment des créatures d’eau et de feu. Les scènes en question sont impressionnantes et bien chorégraphiées et on souffre pour les jolies villes qui prennent cher niveau destruction face à de telles manifestations.

Je suppose également que vous savez que le titre du film, Far From Home, implique que Peter est en voyage loin de chez lui, à savoir dans différents pays européens.

Le traitement réservé aux différents pays est variable, on oscille entre les belles mises en valeur et les clichés énormes et plus ou moins amusants.

Les merveilles comme celles de Venise ou de Prague, que j’ai eu la chance de visiter, mériteraient sans doute plus, mais d’un autre côté, mieux valait éviter le risque de tomber dans le prospectus touristique géant, dont on n’est pas si loin pour Prague justement.

Que vaut Mysterio dans ce Spider-Man Far From Home ?

Dire que je vous ai raconté tout ça et que je n’ai même pas encore abordé Mysterio ! Finalement, le sans spoiler a du bon, même si, évidemment, j’irai bien plus dans certains détails du scénario dans les prochaines vidéos consacrées au film car oui, il y a beaucoup à dire sur plusieurs décisions scénaristiques importantes.

Mystério donc, un personnage emblématique des comics et souvent adorés par ceux qui le connaissent pour l’originalité de son histoire et de ses capacités. Dans l’ensemble, ce Mystério interprété par Jake Gyllenhall est une réussite. Pour le costume déjà, de mon point de vue la question ne se pose même pas, c’est une transposition très fidèle à l’écran d’un design pourtant sacrément difficile.

Charisme de Gyllenhall et réalisation au niveau

Il fallait bien un acteur avec un certain charisme pour émerger d’un casque en forme de bocal tout en conservant une certaine prestance.
Pour le reste, disons que certains points auraient mérité plus d’explication et de cohérence, mais si on ferme les yeux on est vraiment enchanté par le personnage.

Visuellement encore une fois, certaines scènes très spécifiques, qui pourraient vaguement rappeler Matrix dans le principe, sont tout bonnement exceptionnelles et m’ont vraiment donné envie de revoir le film, mais cette fois en IMAX ou encore en Dolby Cinéma 3D.

Gyllenhall est solide dans le rôle, même si j’ai toujours tendance à en vouloir plus avec ce type d’acteur à très fort potentiel, il faut se rappeler qu’on est dans un film affilié MCU et pas dans Apocalypse Now. Quoique.

Avis en résumé !

Pour en venir à un condensé de mon avis sur ce Spider-Man Far From Home, toujours sans spoiler, je dirais que dans l’ensemble c’est une réussite.

C’est dynamique, c’est visuellement très maîtrisé, le scénario réserve des surprises de même que les deux scènes post crédit qu’il ne faut absolument pas rater.

Les acteurs sont convaincants, Tom Holland et Zendaya en tête avec un petit côté touchant si vous avez encore un cœur un peu adolescent.
L’action est au rendez-vous, même si j’imagine que certains en voudront toujours plus.

Les défauts principaux viennent de quelques gags pas drôles en trop et de quelques éléments de scénario un peu fragiles ou insuffisamment développés si on commence à trop y réfléchir.

Certaines attentes pourraient être déçues alors que d’autres seront pleinement satisfaites. Pour moi aucun doute, c’est un film très divertissant, une réussite qui mérite votre temps et qui s’inscrit avec intelligence dans la continuité de l’épopée du MCU.

Je vous donne rendez-vous dans les jours prochains, vendredi a priori, pour une vidéo et un article qui plongeront dans les spoilers et les implications des scènes post-crédit…

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publication recommandée

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests