Suivez-nous

Internet

Surprise, trop utiliser Internet peut nuire gravement à votre santé

Une récente étude démontre que l’utilisation d’Internet peut provoquer plusieurs altérations du cerveau, impactant négativement la mémoire et la concentration des utilisateurs.

Il y a

le

Internet mémoire
© Unsplash / Robina Weermeijer

Si l’on pouvait se douter qu’utiliser Internet n’avait pas que des bénéfices, une étude réalisée par des chercheurs issus des universités Western Sydney, Harvard, Kings College, Oxford et Manchester a démontré son impact sur le cerveau humain. Si l’on en croit les résultats de ce rapport, naviguer sur Internet pourrait bel et bien modifier la façon dont ce dernier fonctionne.

Quand Internet trouble la concentration et la mémoire

Plus concrètement, l’étude s’intéresse à la façon dont Internet peut impacter les processus cognitifs ainsi que les potentielles altérations sur le cerveau. Celle-ci a été publiée dans World Psychiatry, une des revues de recherche psychiatrique les plus importantes au monde dans son domaine.

Pour réaliser l’étude en question, des participants ont accepté de réaliser plusieurs exercices cognitifs en lien avec l’attention et la mémoire. Ils ont également passé des scintigraphies cérébrales, un examen qui permet d’observer plusieurs éléments du cerveau.

Si l’on en croit les conclusions de cette étude, « les niveaux élevés d’utilisation d’Internet pourraient en effet avoir un impact sur de nombreuses fonctions du cerveau ». Le Dr Joseph Firth, chercheur principal au NICM Health Research Institute de l’Université Western Sydney, ajoute à titre d’exemple : « Par exemple, le flux illimité de messages et de notifications provenant d’Internet nous encourage à maintenir constamment une attention divisée – ce qui, à son tour, peut réduire notre capacité à rester concentrés sur une seule tâche ».

Ce manque d’attention provoquée par une forte utilisation d’Internet n’est pas sans conséquence pour la mémoire, indique l’étude. Pour Joseph Firth, « Étant donné que nous avons maintenant la plupart des informations factuelles du monde à portée de main, cela semble avoir le potentiel de commencer à changer la façon dont nous stockons, et même valorisons, les faits et les connaissances dans la société, et dans le cerveau ». C’est justement ce phénomène qui impacte la mémoire des grands consommateurs d’Internet.

Pour le Dr Firth, il faut donc se pencher sur la question et, surtout, limiter partiellement l’accès à Internet des plus jeunes. Il indique donc que ce dernier devrait passer moins de temps en ligne au profit d’activités physiques et de réelles interactions sociales. Quant aux adultes, ils peuvent également limiter ces potentiels impacts en réduisant les activités multitâches en ligne, les notifications ainsi que l’usage d’Internet le soir.

Depuis quelques années, plusieurs plateformes en ligne indiquent qu’elles s’intéressent à l’hygiène en ligne des utilisateurs, proposant par exemple des outils pour suivre ou limiter le temps passé en ligne. Google, Apple, Facebook et autres se sont déjà prononcés sur la question, une prise de position qui peut sembler paradoxale puisque bon nombre d’entre eux ont contribué à créer ces potentielles addictions.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

2 Commentaires

2 Commentaires

  1. Bastien

    10 juin 2019 at 15 h 11 min

    Ne serait-ce pas plutôt l’utilisation excessive d’écrans tant de PC que de Smartphone qui serait à l’origine des troubles de l’attention et de la mémorisation, particulièrement par un zapping constant.L’utilisation d’Internet n’étant qu’un sous-condition.

  2. Eric

    10 juin 2019 at 18 h 50 min

    Très intéressant. Pour plus de pertinence, on peut avoir la source de cette étude ? Ou la trouver ?
    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Advertisement RED

Les tests