Tesla Model S, ou comment une berline électrique enfume la plus puissante des BMW

Vous voulez humilier une BMW M5 de 560 chevaux au feu rouge ou à la sortie du proverbial péage ? Oubliez votre Porsche 997 Turbo GTS, et investissez dans une voiture électrique !

Vous voulez humilier une Béhème M5 de 560 chevaux au feu rouge (ou plutôt au feu vert en fait) ou à la sortie du proverbial péage ? Oubliez votre Porsche 997 Turbo GTS, et investissez dans l’électricité. Vous aurez peut-être moins de sensations mais ce sera largement aussi efficace.

Amateurs de belles mécaniques thermiques à explosion hurlantes et fumantes, il faudra vous y faire : la voiture électrique ne sera pas seulement utilitaire et écologique (ou prétendue telle), elle sera aussi performante et capable de mettre une pilule à peu près à tout ce qui bouge sur quatre roues.

Le constructeur californien Tesla l’a bien compris : si tous les autres, généralistes, ont généralement pris le parti bizarre de faire des voitures électriques moches et bas de gamme, lui a tout de suite ciblé le haut de gamme et le sport, d’abord avec son coupé déjà mythique, puis maintenant en s’apprêtant à commercialiser des berlines premium qui visent directement Audi, BM et autres (la Tesla S ressemble d’ailleurs plutôt furieusement à une Jaguar, non ?).

tesla model s vs bmw m5

Dans la vidéo ci-après, réalisée par Automobile Magazine US, le verdict est sans appel, même si aucun chiffre n’est fourni sur les temps réalisés : sur ce qui ressemble à un 1000 mètres départ arrêté, la Tesla devance la BMW. Bon il manque quand même quelques indications pour que le match soit parfaitement équitable : le launch control était-il actionné sur la BM, est-ce une boîte mécanique (on dirait bien) alors qu’une boîte robotisée permet de gagner pas mal de temps sur ce genre d’exercice, etc.

Cela étant, quand bien même la différence entre les deux serait réduite voire minime, la performance de l’électrique est étonnante et fait voler certains préjugés que l’ont peut nourrir à l’égard de ce type de véhicule (moi le premier).

Donnez-nous des voitures électriques aussi belles et performantes (et si possible moins chères) que les meilleures allemandes, et on regardera peut-être à deux fois lors de la signature d’un prochain bon de commande. A moins que ce soient justement les allemands qui s’y collent (cf la nouvelle Porsche 918 hybride).

(source)


18 commentaires

  1. La c’est le prix qui fait mal.

    Car niveau autonomie c’est bien (presque 500km a 90km stabilité, 350km en moyenne sur du mixte) soit moins que le trajet journalier de 95% de la population.

    5h pour recharger avec le chargeur max, ça permet d’être assez autonome.

    Et on à une « vrai » voiture, pas un kart genre twizy.

    Le seul vrai soucis (mis à part le prix d’achat), c’est la batterie, dont Tesla ne donne pas la durée de vie, mais qui a été estimé par plusieur expert a 4 ans avant de commencer à perdre serieusement en autonomie (50% en moins au bout de 6 ans inutilisable ou presque au bout de 8 ans).

    Sachant que contrairement à beaucoup d’electrique qui « remplacent » le reservoir de carburant + une partie du coffre avant ou arriere, et permettent donc « facilement de la changer », la batterie de la Tesla est quasiment partie intégrante du bas chassis. Il fait donc quasiment démonter intégralement la voiture quand on veut la changer. (entre 40.000€ et 50.000 la batterie).

    Ce produit reste donc, à l’instar des ferrari, une bijou de luxe pour quelques fortunés.

  2. Mam'selle Scarlett le

    Oui amapi, vous avec peut-être raison, mais vos objections reposent sur des suppositions. Personne n’en tiendra donc compte car personne pour le moment ne connait l’architecture de la Tesla. Quant à la quasi totalité des « informations » que l’on trouve sur le Web à propos de l’électrique, le « lobbying thermique », appelons-le comme ça, se charge de faire prendre des vessies pour des lanternes pour que le pigeons continuent d’acheter à prix d’or, des véhicules qui ne devraient déjà plus hanter nos routes.

  3. Mais si tt le monde passe à l’électrique demain, quelle sera la puissance électrique à produire pour supporter la charge de millions de voitures qui se rechargent tous les jours ? N’est ce pas un problème écologique qui se déplace ?

  4. @Mam’selle Scarlett

    Heu … La seule chose qui soit « moyennement » fiable, c’est la durée de vie de la batterie. Pour le reste, ce sont les valeurs officielles, et les schémas officiels en direct de chez Tesla ….

    Donc, mes « suppositions » ne sont pas aussi « aléatoires » que votre commentaire sous-entend.

    Concernant la durée de vie de la batterie, qui est la supposition la « moins » fiable, les avis (et pas QUE le mien) se basent sur les essais et le retour d’expérience du Tesla Roadster (déjà commercialisé depuis un moment). On est donc pas totalement de le monde de l’inconnu.

    Il suffit d’ailleurs d’aller sur le site de Tesla et de regarder les specs et les limites d’utilisation de cette batterie (on peut d’ailleurs constater les progrès, puisque la durée de vie, dixit les bruits qui courent, serait donc revu à la hausse).

    concernant le prix de la batterie, la encore, on se base sur le prix EFFECTIF du Tesla Roadster. La encore, il suffit de regarder sur le site de Tesla, pour constater les specs (batterie plus petites, pour un prix officiel de remplacement de 40.000$). Ce ne sont donc pas QUE des supposition dans le vent.

    Concernant le changement de batterie, la encore, il suffit d’aller regarder les schéma technique d’implantation de la batterie, fournis sur le site de Tesla, la encore point de rumeur. Des faits.

    « Personne », signifie donc certainement « vous », car vous n’avez pas pris la peine de faire une recherche un tant soit peu sérieuse (et semblez rester sur des idées collectives et des ouïes dire).

    Contrairement à vous, j’ai pris le temps de préciser mes propos sans rester dans de vagues idées généralistes.

    Mes remarques, sur la clientèle potentielle de ce genre de produit reste donc parfaitement d’actualité. Compte tenu du prix d’achat (pratiquement 50.000€ avec aide de l’état et la batterie la plus petite) et de l’autonomie (une famille qui désire partir en vacance a plus de 400km sera bloquée), ce véhicule sera forcement un second véhicule.

    Les personnes capable de claquer 50.000€ pour une durée max de 8 ans (avant renouvellement de la batterie a 40.000$ mini) en « simple » second véhicule sont forcement TRES aisé.

    Ca reste donc un gadget Hype.

  5. Pour ma part, pas très surpris : l’électrique a toujours été très efficace, tout comme les boîtes auto… Nous avons des préjugés formés par nos habitudes, et le peu de de développement de certaines technologies, mais il y a beaucoup d’autres voies (ah ah) que celles que nous empruntons.
    D’ailleurs c’est souvent en se re-penchant sur les découvertes (ou tentatives) faites autour du début du XXe siècle que l’on se dit « Ah mince, on pourrait aussi essayer ça… » ; un exemple parmi d’autres, les recherches actuelles sur le vol de la libellule (aéronautique évidemment).

  6. Ce qui fera basculer le monde de l’automobile ‘moyenne’ dans l’électrique n’est pas la puissance, mais le coût et l’autonomie.

    La puissance n’est déjà plus un problème pour le grand public avec plus d’une centaine de chevaux dispo sans forcer.

    Les contraintes d’autonomies sont déjà parfaitement dépassables puisque plusieurs initiatives travaillent dans le sens d’avoir des batteries en location, standardisées, placées en dessous de la voiture et qu’on échange quand on passe à la ‘station service’ en moins de 5 minutes. Cela adresse également (en partie) le problème des besoins en fabrication de l’énergie: la station service, en rechargeant le stock de batteries pendant la nuit, rend la consommation globale d’un territoire plus homogène et l’utilisation des source d’énergies plus efficiente.

    Restent les contraintes de coût. Le coût de l’énergie au km est admis comme environ sept fois moins cher en électrique qu’en version ‘énergie fossile’, mais cela ne compense pas encore le surcoût à l’achat du véhicule et surtout celui de la location (ou de l’entretien/remplacement) de la batterie (Renault ZE, c’est 150€ PAR MOIS juste pour la location de batterie pour quelqu’un qui fait 25000 km/an).

    Le déclic interviendra quand ces coûts ‘induits’ auront suffisamment baissé pour rendre l’ensemble plus économe que la version essence.

    Reste qu’à titre tout à fait personnel (et non représentatif), même à coût égal, je garde ma 330d. Question de plaisir irrationnel que je n’ai jamais retrouvé en testant différentes électriques, même puissantes.

  7. Oui, ça accélère plus fort, mais les voitures électriques, une fois le démarrage effectué, se font larguer sur circuit: entre le poids des batteries qui les pénalise en courbe et la chauffe de celles ci, qui limite très rapidement leur puissance pour éviter le risque de détérioration, une tesla ou une fisker n’ont aucune chance face à une M5 passées les 20 premières secondes…

    Voir le reportage de Top Gear sur Youtube ou ils testent la Tesla sur circuit… elle casse deux fois en un essai… ce n’est pas 10 ingénieurs dans un garage qui vont apprendre à BMW à faire des sportives!

  8. L’exercice du départ arrêté n’est pas vraiment représentatif. Vous trouverez sur la toile des videos de banale Coccinelles qui enfument des Ferrari à 400 m. DA ! Assez logiquement Tesla ne communique également que sur les chiffres qui l’arrangent. Par exemple, la vitesse max n’est que de 200 km/h soit les perfs de la première berline DCi. C’est de bonne guerre, mais trompeur.

    L’autonomie « estimée » c’est 480 km à 88 km/h. Dans les conditions les plus favorables qui n’existent pas en conduite réelle (comme les conditions normalisées de nos moteurs thermiques).
    Un voyage sur autoroute à vitesse rapide (140 compteur, comme tout le monde) … on ignore si l’on peut espérer faire 150, 200, 250 km… mais on sait déjà qu’on ne ralliera pas Bordeaux à Marseille en quelques heures, ce que sait remarquablement faire la BMW. Et si avec une ford Mustang Shelby on doit aussi s’arrêter tous les 250 km en conduite rapide, faire le plein ne prend pas 5h mais 10 mn.

    De plus, c’est bien de cibler le luxe. Mais luxe dit clim, sono, sièges chauffants, sièges électriques, Bluetooth, vidéo …. et là ça peut conduire à changer fondamentalement la donne de l’autonomie. Enfin, c’est beau la Californie, mais sur le périf parisien un jour de pluie au petit matin avec phares allumés, désembuage, chauffage, essuie-glaces… ça donne quoi ?

    je me souviens du test de la Mini E dans de telles conditions, l’autonomie annoncée de 300 km s’effondrait à 40 km à peine !!!
    Soyons objectifs et ne nous cachons pas derrière notre petit doigt : aujourd’hui, la voiture 100% électrique n’est pas viable sauf à faire des sauts de puce de 50-60 km en zone urbaine ou péri-urbaine, au risque d’être immobilisé 5h pour recharger. Seules les hybrides que l’on connait ou les péri-hybrides telles l’Ampera ou la Volt permettent d’envisager sereinement de prendre la route sans être contraint de s’arrêter plus tôt que prévu.

  9. C’est vite dit, tout cela !
    Alors que la Tesla modèle S est la plus lente de toutes les voitures de même puissance. Sa vitesse de pointe n’est en effet que de 209 km/h, quand une M5 peut monter à 305 km/h. Avec une forte démultiplication, elle accélère fort, mais mieux vaut mettre en avant qu’elle ne pollue pas.

  10. Bon ok, ils parlent juste de l’accélération et encore sans préciser les conditions, comme il est dit dans l’article, et pas de de tout le reste.
    @McFly : je vois bien le même test en plein embouteillage sur le périph’. Ca ferait 2 belles brochettes… mais sauce ketchup me semble-t-il 😉

  11. Pour moi ce qu’il manque encore aux voitures électriques, c’est une âme, et ça passe avant tout par un son ! Il faudrait que les véhicules électriques puissent disposer d’une vraie identité sonores !
    Imaginez une Mustang électrique ? 😉

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.