Connect with us

Auto-Moto

Tesla réclame 167 millions de dollars à son ex-employé accusé de sabotage

Des documents juridiques révèlent que Tesla réclame le montant de 167 millions de dollars à Martin Tripp, un ancien employé du groupe qu’Elon Musk avait qualifié de « saboteur ».

Il y a

le

Tesla Model X

Au début de l’été, Elon Musk a envoyé un email à ses employés afin de les avertir qu’un employé de Tesla avait mis en place une « opération de sabotage massive et destructrice ». Si les détails de ces actes n’ont pas été communiqués, Martin Tripp aurait été surpris en train de modifié plusieurs extraits du code du système d’exploitation de fabrication de l’entreprise. L’employé ne se serait pas contenté de ces modifications, car il aurait également envoyé ces informations à des tiers, mais Musk n’a pas indiqué à qui.

Tesla et Martin Tripp engagés dans un combat de longue haleine

Jusqu’ici, Tesla n’avait pas donné beaucoup de nouvelles de l’employé, qui ne travaille plus au sein de l’entreprise depuis l’incident. Néanmoins, CNBC évoque des documents internes indiquant que le constructeur réclame plus de 167 millions de dollars à l’ancien ingénieur, jugeant que celui-ci a exporté des données illégalement et qu’il a fait de fausses déclarations à la presse.

Robert D. Mitchell, l’avocat de Martin Tripp a déclaré dans un email envoyé à CNBC : « Le prétendu montant des dommages réclamés par Tesla se rapporte à la baisse supposée du cours de l’action Tesla en vertu des informations que M. Tripp a fournies à la presse l’été dernier ». Il a ajouté que la demande de dommages et intérêts était « absurde ».

Initialement, l’entreprise d’Elon Musk ne réclamait qu’un million de dollars à Martin Tripp. Pour sa part, ce dernier a déposé un avis officiel à la SEC au mois de juillet afin d’obtenir le statut de lanceur d’alerte. Dans le document, il allègue que Tesla a mis ses clients en danger tout en trompant ses investisseurs. La procédure est toujours en cours, si bien que l’on ne sait pas si l’ancien ingénieur obtiendra le fameux statut.

Quelques jours après avoir envoyé cet email évoquant le « saboteur », Musk a réitéré en évoquant un « étrange » incendie survenu dans la nuit du 17 juin (mais qui ne serait pas le fait de Tripp). Il a ajouté que les employés se devaient d’observer « tout ce qui n’est pas dans le meilleur intérêt de notre société », car plusieurs entités différentes ne voulaient pas voir l’entreprise réussir.

Tesla n’a pas souhaité commenter ces informations.

Source

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests