Test de la trottinette électrique Xiaomi EUNI ES808 : pour citadin pas pressé

Xiaomi propose une alternative à sa fameuse M365, la EUNI ES808. Une trottinette électrique qui mise avant tout sur la sécurité. Notre test complet.

Photo : Xiaomi

Nous l’avons vu dans notre test de la trottinette électrique Xiaomi M365 : si l’engin est agréable à utiliser et relativement performant, la sécurité n’est pas son fort, notamment au niveau du freinage, à mon sens insuffisant voire dangereux, et inégale selon les modèles. Une question qui devient encore plus préoccupante depuis qu’un hack permet de la débrider afin d’en augmenter la puissance et donc la vitesse de pointe.

Avec la Xiaomi EUNI ES808, le constructeur chinois a pris le sujet par l’autre bout : la sécurité d’abord. Avec un moteur d’une mollesse aussi rassurante qu’ennuyeuse, une vitesse de pointe limitée à 20 km/h (quand elle est en forme) et un freinage très mordant, Xiaomi œuvre pour la sécurité de ses utilisateurs et une meilleure harmonie entre piétons et trottinettistes. Évidemment, tout ceci se fait au détriment de l’agrément car au guidon de cette machine il faudrait presque lutter pour ne pas s’endormir.

Concernant le branding de cette trottinette, il faut savoir la trottinette Xiaomi Qi EUNI ES808 est également référencée sous la marque QiCycle, en vertu de certains accords de Xiaomi avec d’autres distributeurs.

Acheter la Xiaomi Euni 808

Présentation et design

La Xiaomi EUNI ES808 (on dirait que ses concepteurs ont bien pris soin de trouver un nom aussi compliqué à écrire qu’à retenir) est arrivée chez nous en direct de chez Gearbest, pliée dans un grand carton. La mise en service est ultra-simple : il suffit de la déplier et de fixer le guidon et c’est fait.

Photos : Xiaomi

Côté design, je trouve l’ensemble plutôt réussi, avec ce mélange de plastique vernis blanc et de noir mat, et ses gardes-boues très enveloppants qui lui confèrent un petit côté rétro. Étant donné ses roues de diamètre réduit installées aux extrémités (8 pouces), elle parait très longue, mais avec sa longueur hors tout une fois dépliée de 106 cm, elle reste dans les dimensions de la M365, avec un plateau légèrement plus long et bas que cette dernière.

La finition est correcte, mais l’abondance de plastiques nuit quelque peu à l’impression de qualité puisque lorsque l’on manipule la bête, quelques grincements et couinements inquiétants émanent de ses entrailles (en chinois probablement car je n’ai pas tout compris).

Sur le guidon on a droit à un petit compteur à écran LCD rétroéclairé qui fournit quelques informations de base comme la vitesse, la distance parcourue et le temps de parcours, par trajet et au total. Sur le compteur figurent trois boutons. De haut en bas, mise en route et arrêt, klaxon (un bip très symbolique qui ne vous sauvera pas face à un 40 tonnes) et navigation dans les fonctions énoncées précédemment.

La trottinette est également équipée de d’un phare avant (au niveau de la roue, ce qui est moins visible qu’au niveau du guidon) et d’un feu arrière. Les deux s’allument quand on freine.

Photo : Xiaomi

La trottinette est pliable et peut être transportée aisément pour être rangée dans un placard ou un coffre de voiture, même si elle pèse quand même 13,2 kg. Quand on la plie, deux roulettes sortent automatiquement de l’avant de la carrosserie du plateau, permettant de la tirer comme une valisette.

Enfin elle peut être connectée via l’application Smart App, qui peut synchroniser les données de conduite et détecter l’état du scooter en temps réel, en scannant le code QR dans le manuel d’utilisation. Je n’ai pas eu l’occasion de l’activer car généralement ce genre d’app n’apporte pas grand chose, a fortiori quand il y a déjà un ordinateur de bord embarqué.

Photo : Xiaomi

Motorisation et batteries : 20 km/h et 20 km d’autonomie (annoncés)

La Xiaomi EUNI ES808 est dotée d’une batterie de 5200 mAh / 187,2 WH constituée d’un ensemble de modules 18650, qui fournit en énergie le petit moteur de 250 W logé dans la roue arrière. Le tout permet selon le constructeur de transporter une personne pesant jusqu’à 100 kg à une vitesse maxi de 20 km/h.

La recharge se fait via une prise située sur la tranche avant-gauche de plateau, plus facilement accessible que celle de la M365. Il faut compter environ deux heures pour une recharge complète, à l’issue de laquelle l’autonomie annoncée est de vingt kilomètres.

Concernant l’autonomie, je ne prendrai pas de détours : elle est nulle. j’y reviens plus loin.

L’accélérateur se trouve sur la poignée droite du guidon et s’active par rotation comme celui d’une moto. Comme avec la plupart des trottinettes électriques, il faut lancer la machine d’un coup de rein en actionnant l’accélérateur, et c’est parti.

Enfin, ça essaye de partir…

La trottinette La Xiaomi EUNI ES808 à l’usage

Ça essaye car le moins que l’on puisse dire est que l’accélération (ou plutôt la mise en mouvement) est d’une mollesse tellement épouvantable que l’on se demande au début si on a bien allumé le bazar. Je n’ose pas calculer précisément la performance en départ arrêté, mais il faut probablement au moins quinze secondes pour passer de 0 à 20 km/h, quand on y arrive. Le reste est à l’avenant : dès que vous devez ralentir, les reprises sont atroces, l’accélération inexistante, et il vous faut de nouveau entre dix et quinze secondes pour retrouver une allure à peu près acceptable.

Même punition dès la moindre déclivité. Étonnamment, malgré sa faiblesse d’oisillon asthmatique, le moteur montre une certaine bonne volonté et j’ai été surpris de gravir des pentes sur lesquelles la M365 avait déclaré forfait, mais il ne faut vraiment pas être pressé. La Xiaomi EUNI ES808 est vendue pour pouvoir grimper jusqu’à 12% de déclivité, mais au moindre faux plat la vitesse s’effondre et vous tombez aisément entre 12 et 16 km/h. C’est tout juste si vous ne descendez pas pour vérifier que vous avancez encore. Ou pour pousser… L’humiliation suprême venant quand vous n’arrivez pas à dépasser un joggeur, ou quand un chien vous double (en se marrant). Sale bête.

Le freinage, actionné à l’aide de la manette située à gauche du guidon et agissant mécaniquement (tambour sur la roue arrière et en frein moteur) est en revanche excellent. Puissant et mordant, il confère aux déplacements un très rassurant sentiment de sécurité. Avec un peu d’habitude, on fait même de très jolis trainards stylés sur le bitume, déposant une belle trace de gomme de plusieurs mètres. C’est con mais ça rassure sur la capacité à s’arrêter rapidement en cas de danger imminent (le fameux 40 tonnes, ou le chien).

Autre caractéristique : la vitesse de pointe est également plafonnée… en descente. Même dans les pentes les plus fortes de notre bon quartier de la Croix-Rousse à Lyon, accélérateur à fond, la trottinette ne dépasse jamais la vitesse de 21,7 km/h précisément. En fait, quand on atteint cette allure, la machine « freine ». C’est surprenant au début mais on s’y fait, et c’est finalement assez agréable, et encore une fois rassurant.

Vous l’avez compris, tout cela confirme ce que je disais en introduction de cet article : plateau bas et large + accélération molle + vitesse max bridée + gros freins, il ne fait aucun doute que la trottinette Xiaomi EUNI ES808 est taillée pour la sécurité. D’ailleurs les 20 km/h correspondent à une réglementation en vigueur en Chine.

De fait, le côté positif de ces restrictions se fait vite apprécier une fois que l’on a bien compris et accepté la philosophie de cette machine. Les petits déplacements en ville sont sereins et vous pouvez vous inscrire dans un flux de piétons sans aucun problème puisque la progressivité de l’accélérateur permet de rouler tranquille à 2,3 ou 4 km/h de façon très précise. Il est ainsi très agréable de passer d’une piste cyclable au trottoir puis à la chaussée en modulant sa vitesse au km/h près.

Côté confort et stabilité, nous sommes en revanche très loin d’une M365, la faute aux petites roues mais également au pneu arrière plein (alors que le pneu avant est bien gonflable). Sur les revêtements irréguliers à gros grain, les vibrations remontent dans votre dos jusqu’à transformer vos cervicales et votre mâchoire en bouillie osseuse, et je ne parle pas des pavés et des bosses, sur lesquelles vous avez plutôt intérêt à bien tenir votre guidon. Rien à voir avec l’impression de survoler la chaussée sur un coussin d’air que procure la M365 (même si avec cette dernière cela se paie au prix fort avec des crevaisons multiples).

Un fonctionnement erratique… voire énigmatique

Pour utiliser cette Xiaomi EUNI ES808 quotidiennement dans mes trajets domicile-travail (2×5 km) et pour quelques déplacements urbains de très courts distance, j’ai constaté un fonctionnement totalement erratique et incohérent. En voici le détail.

D’une part, sur revêtement irrégulier, comme tout simplement un goudron à gros grain, il est impossible d’atteindre 20 km/h. Comptez plutôt sur 16/17 km/h. C’est aussi frustrant qu’énervant. En fait je pense que le système a du mal à encaisser les micro-vibrations et se met en sécurité comme le moteur d’un hors bord dans la houle. Du coup la trottinette fonctionne par à-coups selon la configuration. Si vous passez par exemple dans un nid de poule, même peu prononcé, elle met pratiquement un coup de frein. Oui c’est insupportable.

D’autre part – et c’est certainement le plus incohérent et exaspérant – elle n’offre pas les mêmes performances d’un jour à l’autre. Sur le même trajet, avec la même charge de batterie et les mêmes conditions atmosphériques (notamment température identique), elle atteindra 20 km/h et grimpera les côtes le mardi, et plafonnera à 17 km/h le mercredi, et déclarera forfait en bas de la montée qu’elle a gravie la veille. C’est inexplicable et j’ai renoncé à comprendre les raisons et la logique de ce comportement.

Enfin, quand vous arrivez en bas d’une descente que vous avez parcourue en roue libre, quand vous remettez les watts une fois arrivé sur le plat, il n’y a plus de jus, la trottinette s’arrête purement et simplement comme si vous aviez débranché la batterie, même si le tableau de bord reste allumé. Il faut alors descendre, pousser et redémarrer. De quoi réellement péter les plombs. La solution ? Elle n’est pas naturelle du tout mais il faut le savoir : maintenir l’accélération dans la descente…

Je conclurai le chapitre des (gros) défauts en précisant que cette trottinette n’a pas de béquille (quelle erreur !) et que son système de pliage est merdique à souhait. En gros, chaque fois que vous la plierez-déplierez vous y laisserez une vertèbre et deux doigts. Quant à l’autonomie, je pense qu’on est loin des 20 km annoncés puisque sur mon trajet quotidien de 5 kilomètres, quand je pars avec une charge pleine soit 5 barres au compteur, il reste 4 barres à l’arrivée dans le sens de la descente et 2 barres dans le sens de la montée. J’en déduis qu’on est plutôt sur 10/15 km grand maximum, en fonction de la nature du parcours.

Dans cette galerie de photos vous verrez que la trottinette est un peu sale, rançon d’un usage quotidien par tout temps (et question temps pourri nous avons été servis ces derniers mois).

(cliquer sur les photos pour les agrandir)

En conclusion

La trottinette électrique Xiaomi EUNI ES808 est clairement destinée à un public épris de tranquillité et de sécurité. Douce, progressive (les mots polis pour molle et anémique) et dotée d’un centre de gravité bas, elle peut être mise entre toutes les mains et tous les pieds, y compris ceux des moins à l’aise avec ce type d’engin. Elle permet de s’intégrer sans problème dans différents flux urbains de circulation même si son terrain de prédilection reste les pistes cyclables (en prenant garde de ne pas faire obstacle aux plus rapides) et les trottoirs. En revanche, même sans être un warrior de la mobilité urbaine, si vous cherchez un peu de vivacité et de rapidité, passez vite votre chemin, cette machine serait clairement une punition pour vous.

J’aime bien

  • Le look
  • Le freinage
  • La sensation de sécurité et de tranquillité
  • La facilité d’utilisation et de contrôle en milieu peuplé

J’aime (beaucoup) moins

  • Les performances ridicules
  • La faiblesse du moteur et des reprises
  • L’autonomie
  • Pas de béquille
  • Le système de pliage énervant
  • Le comportement erratique

Acheter la Xiaomi Euni 808


8 commentaires

  1. Une trottinette pour les enfants en gros
    Ou un retour en arrière face a la concurrence
    Et un retour au moyenne âge à côté des dualtron
    Ok vous visez la sécu avec vos 20kmh
    Mais en plus l’autoNomie pire que ridicule sans compter sur le comportement
    En gros une trottinette à 100€ Max et neuve
    Je n’y mais pas 1 peni en plus

  2. Hello,
    sinon pour arrêter d’être déçu par des trottinettes électrise achetées direct sur des sites chinois , sans TVA certe, mais aussi sans garantie, ni SAV, il peut être intéressant de venir tester et acheter dans les commerce de proximité. Ce n’est pas trop la tendance dans le high tech, mais c’est peut être un tort de scier la branche sur laquelle on est assis.

    L’avantage d’un mag c’est d’y trouver du conseil pour choisir une trottinette adapter à votre situation ( eh oui, on a pas tous besoin du même Vleu). Il y a ceux qui veulent de l’ultraléger, ceux qui préfère la puissance, ceux qui veulent un petit prix mais du service tout de même, ceux qui veulent grimper aux arbres….,
    Cerise sur le gâteaux, on y trouve du choix, des produits conformes aux normes européenne de sécurité, le SAV fait en local, la garantie deux ans … un aperçu? voila déjà un guide d’achat qui peut aider https://www.mobilityurban.fr/comment-choisir-sa-trottinette-ou-patinette-electrique-pour-adulte-mobility-urban.html
    D’ailleurs, Eric, vous seriez le bienvenu!

      • Oh là… Lorsque l’on touche un sujet c’est pas mal aussi de se renseigner sur les acteurs locaux
        Il y en a pas mal en France des revendeurs spécialisés dans ce domaine mais ne nous sortez pas la liste des grandes surfaces s’il vous plait.
        Sur Paris et en Province même 🙂
        Par exemple un forum spécialisé comme espritroue.fr vous donne de bons conseils et de bonnes adresses et vous permet de voir que ce genre de trottinettes n’est pas utile au quotidien
        Bonne journée

        • Eric

          « Il y en a pas mal en France des revendeurs spécialisés dans ce domaine mais ne nous sortez pas la liste des grandes surfaces s’il vous plait. »
          Vous pouvez expliquer ou développer ? Je n’ai pas compris.
          Et puis « acteurs locaux » cela signifie quoi exactement pour un site internet qui couvre l’ensemble de la population francophone ?

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Presse-Citron 2005 - 2018 | A propos | Contact | Site hébergé par Cognix Systems | Informations sur les cookies