Suivez-nous

Ordinateurs

Test Microsoft Surface Pro 7 : le PC hybride presque parfait

Mi-tablette mi-ordinateur, le Surface Pro de Microsoft a su s’imposer comme une référence sur ce segment depuis le lancement du premier modèle en 2012. Avec sa septième version, l’américain ne révolutionne pas le genre mais apporte quelques améliorations bienvenues. Voici mon test du Surface Pro 7 de Microsoft.

Il y a

  

le

 
test microsoft surface pro 7
© Presse-citron.net

Sur un marché des tablettes en déclin, Apple domine ses rivaux de la tête et des épaules avec son iPad Pro. Néanmoins, certains acteurs continuent de se battre armés de modèles séduisants. On pense par exemple à la Galaxy Tab S6 de Samsung (Android) ou au Surface Pro de Microsoft. Ci-dessous, nous avons fait un test du Surface Pro 7 de Microsoft.

Si toutes ces tablettes ont en commun leur positionnement plus professionnel, la gamme Surface Pro est sans doute celle qui se rapproche le plus d’un ordinateur portable. Cela tombe bien, c’est Microsoft qui a lancé ce format hybride en 2012 – n’en déplaise à Apple. D’ailleurs, sur son site officiel, Microsoft la présente dans sa section « ordinateurs ». Nous parlerons donc « du » Surface et non « de la » Surface Pro 7.

Depuis 2012, l’entreprise propose chaque année une nouvelle version de sa tablette son ordinateur hybride. Fin 2019, le Surface Pro 7 était présenté aux côtés du Surface Pro X (une version « Xtraordinaire » pour reprendre les mots de la marque) et du Surface Laptop 3 aux allures de PC portable plus classique. Entre les deux, la version n°7 succède donc au Surface Pro 6 qui, rappelons-le, avait recueilli les éloges de tous les spécialistes. Voilà pour les présentations, place désormais à mon test du Surface Pro 7.

Microsoft Surface Pro 7 (Core i3, RAM 4 Go, SSD 128 Go) au meilleur prix Prix de base : 919 €
Voir plus d'offres

Un PC clairement haut de gamme

La septième merveille de Microsoft ressemble comme deux gouttes d’eau à la sixième au niveau de l’esthétique. À vrai dire, difficile de les distinguer lorsqu’elles sont côte à côte. Le constructeur américain reprend le châssis en magnésium (noir mat sur notre version de test) toujours aussi élégant. Le Surface Pro 7 respire le haut de gamme et rivalise allègrement avec l’iPad Pro d’Apple. Personnellement, je le trouve même bien plus sexy.

test microsoft surface pro 7 design

© Presse-citron.net

Au dos, Microsoft joue la carte du minimalisme. Le minuscule appareil photo (qui peut filmer en Full HD) est positionné en haut au centre, le logo de la marque (brillant) sur la partie inférieure. Au milieu, on distingue à peine la charnière permettant d’ajuster l’inclinaison du PC (jusqu’à 160°). Bref, autant d’atouts au niveau du design qui sont des arguments très positifs dans mon test du Surface Pro 7.

test microsoft surface pro 7 logo

© Presse-citron.net

Les haut-parleurs placés en façade délivrent un son puissant et équilibré malgré leur petite taille. Les dimensions (292 x 201 x 8,5 mm) révèlent un appareil extrêmement fin et léger (780 g). Dans le cadre de mon test du Microsoft Surface Pro 7, c’est parfait pour la mobilité mais un peu plus contraignant pour les connectiques.

Microsoft intègre tout de même six ports : un jack 3,5 mm sur la bordure gauche, un USB 3.1 Type-C, un Surface Connect (port aimanté pour recharger la machine), un USB 3.0 Type-A (quelle bonne idée !) et un microSDXC sur la bordure droite et un port pour la connectique clavier Surface Type Cover (sur la bordure inférieure). Enfin, le constructeur limite à trois le nombre de boutons physiques sur le Surface Pro 7 : deux pour le volume et un autre pour l’alimentation.

Écran toujours aussi séduisant

Le Microsoft Surface Pro 7 de notre test arbore un écran IPS LCD de 12,3 pouces au ratio 3:2 liant ultramobilité et confort ainsi qu’une définition de 2736 x 1824 pixels. Microsoft ne participe pas à la course aux bordures plus fines, loin de là. Le ratio taille-écran de 77% fait pâle figure face aux optimisations des concurrents. Et alors ? À l’utilisation, ces contours un peu larges facilitent la prise à une seule main.

test microsoft surface pro 7 ecran

© Presse-citron.net

Si la taille des bordures peut faire débat, la qualité d’affichage, elle, mettra tout le monde d’accord. Microsoft nous a habitués à des écrans parfaitement équilibrés, celui du Microsoft Surface Pro 7 ne fait pas exception. Aux bons contrastes s’ajoutent aussi une excellente colorimétrie et une luminosité élevée. Les plus tatillons lui reprocheront son appétence pour les reflets, mais la luminosité rattrape le coup. Disons que j’ai eu du mal à travailler en plein soleil lors du test du Surface Pro 7, mais ce scénario ne se présente pas tous les jours (surtout dans le nord de la France…).

Notons enfin que la bordure supérieure de l’écran camoufle une série de capteurs permettant de déverrouiller le PC par reconnaissance faciale via Windows Hello. Si le système se révèle efficace dans la plupart des situations, les contre-jours le prennent en défaut. Venons-en maintenant dans mon test du Microsoft Surface Pro 7 au clavier Signature.

Le clavier : l’exemple à suivre

Notre modèle de test s’accompagne d’un clavier Signature en alcantara (tissus doux). Précision importante : Microsoft ne fournit toujours pas cet accessoire (pourtant indispensable) lors de l’achat du Surface Pro 7. Vous devrez donc remettre la main au portefeuille et en sortir jusqu’à 180 euros pour vous l’offrir. Le constructeur propose également un clavier plus classique, facturé 150 euros.

Quitte à débourser quelques euros en plus, je vous recommande fortement le modèle Signature aux finitions résolument haut de gamme, après avoir acheté la Surface Pro 7. Très souvent, Microsoft propose des bundles qui permettent d’inclure par défaut le Surface Pro 7, le clavier et la souris.

Comme sur les modèles précédents, le clavier se fixe au Surface Pro 7 grâce à une attache magnétique aussi efficace que pratique. En effet, le Signature peut aussi jouer le rôle de protection d’écran. Vous pouvez également le retourner à 180° lorsque vous prenez la tablette (debout par exemple) sans craindre une frappe involontaire. Microsoft a eu l’excellente idée de désactiver le clavier dès qu’il se contorsionne. Habile. Posé sur un bureau (ou n’importe quelle surface plane), deux possibilités s’offrent à vous : soit utiliser le clavier à plat, soit légèrement incliné. J’ai personnellement préféré cette position, bien plus confortable pour travailler.

test microsoft surface pro 7 clavier

© Presse-citron.net

Le géant Microsoft a réalisé un véritable travail d’orfèvre. Le Signature figure parmi les meilleurs claviers qu’il m’ait été donné d’utiliser. Sur ce format hybride, il surclasse littéralement la concurrence. La course est parfaite, souple et solide à la fois. J’ai utilisé ce clavier pendant mes longues heures de rédaction, toujours avec le même plaisir (j’ai d’ailleurs écrit ce test avec le Surface Pro 7). Cerise sur le gâteau, le rétro-éclairage sur 3 niveaux vous accompagnera dans les environnements sombres (pendant l’écriture de votre roman par exemple).

Microsoft Surface Pro 7 (Core i5, RAM 8 Go, SSD 128 Go) au meilleur prix Prix de base : 1 069 €
Voir plus d'offres

Trackpad confortable

Le trackpad n’a rien à envier au clavier. Le fabricant a réussi à trouver suffisamment de place pour proposer une surface confortable dans un format aussi petit. La résistance du clic est suffisante mais pas trop, le défilement des pages rapide mais pas trop, la navigation à deux doigts aisée mais… ah si trop. En résumé nous n’avons rien à reprocher à ce clavier Signature – si ce n’est que Microsoft ne l’inclut pas par défaut avec le Surface Pro 7.

Performances : ce qu’il faut

Notre modèle en test du Surface Pro 7 possède d’un processeur Intel Core i7-1065G7 de 10ème génération, 16 Go de RAM LPDDR4x et 256 Go de stockage. La partie graphique est gérée par une carte iGP Iris Plus G4. Prix de cette configuration haut de gamme : 1415 euros. À ce tarif, on est en droit de s’attendre à de bonnes performances. Mission accomplie, le Surface Pro 7 ne déçoit pas.

J’ai utilisé le PC hybride comme machine principale durant une quinzaine de jours pour mon métier de journaliste. Mon utilisation se base essentiellement sur de la rédaction, du web (beaucoup d’onglets ouverts en simultané), de la retouche photo, de la gestion d’e-mail, de réseaux sociaux et ponctuellement de montage vidéo.

Dans toutes les situations, le Surface Pro 7 a répondu présent. Silencieux, il a montré ses limites sur le montage vidéo (logique) et le jeu. Dans le premier cas, oubliez la 4K (encore logique) et cantonnez vous à de petits montages. Pour les amateurs de jeu (si toutefois nous pouvons utiliser ce terme), le Surface Pro 7 n’est clairement pas la machine à privilégier. Rien d’étonnant là non plus : comme son nom et son format l’indiquent, le Surface Pro 7 s’adresse aux professionnels en mobilité. En tenant compte de cet état de fait, il se montre donc très performant (dans cette configuration). La suite de notre test du Surface Pro 7 concerne l’autonomie du produit.

test microsoft surface pro 7 autonomie

© Presse-citron.net

Autonomie : c’est propre

Conçu pour la mobilité (je l’ai déjà dit ?), le Surface Pro 7 promet 10h30 d’autonomie. Un score que j’ai pu vérifier pour une utilisation polyvalente. Les amateurs de films et séries verront l’autonomie baisser à un peu plus de 8 heures ce qui reste plus que correct, les meilleurs dans le domaine restant les Macbook Pro d’Apple. Retenez que vous pouvez partir tôt le matin pour une journée de travail en oubliant votre chargeur.

Je souligne la très bonne gestion du mode Always-on Display qui maintient l’écran allumé tant que l’utilisateur n’a pas appuyé lui-même sur le bouton on/off. J’ai constaté une perte de l’ordre 5 à 8% en une nuit complète. Excellent.

Microsoft fournit un chargeur compatible avec la recharge rapide (Surface Connect). Là encore, le Surface Pro 7 ne déçoit pas puisque deux heures lui suffisent pour se recharger à 100%.

Mon avis après le test du Surface Pro 7

Le Surface Pro 7 s’impose comme le digne successeur du Pro 6 et il est déjà très réussi. Le PC hybride à la sauce Microsoft se révèle à la fois élégant, efficace et endurant pour une utilisation professionnelle. Ces qualités sont d’autant plus intéressantes que le Surface Pro 7 remplit parfaitement son rôle de machine mobile. Les configurations les plus musclées permettront même de dépasser les usages courants et s’adonner à quelques retouches photo et petits montages. Bref, mon test du Surface Pro 7 a été vraiment très concluant.

En réalité, je ne vois pas vraiment ce que l’on pourrait reprocher à ce PC hybride de Microsoft. Ah si ! Microsoft le décrit comme un PC mais, en ne fournissant pas de clavier, le vend comme une tablette. Cet accessoire indispensable (pour ne pas dire obligatoire) vous coûtera entre 150 et 180 euros, ce qui alourdit la facture initiale de 919 euros (pour le modèle de base) à 929 euros ou 959 euros (selon le modèle de clavier choisi). Ajoutez-y un Surface Pen à 110 euros et vous franchirez la barre symbolique des 1 000 euros pour le kit complet.

Microsoft Surface Pro 7 (Core i7, RAM 16 Go, SSD 256 Go) au meilleur prix Prix de base : 1 669 €
Voir plus d'offres

Et vous, convaincu par le test du Microsoft Surface Pro 7 ?

Microsoft Surface Pro 7

919 €
9

Design

9.5/10

Ecran

9.5/10

Performances

8.0/10

Autonomie

9.0/10

Rapport qualité/prix

9.0/10

On aime

  • Design résolument haut de gamme
  • Ecran équilibré et lumineux
  • Bonnes performances
  • Excellente autonomie
  • Ultramobile

On aime moins

  • Clavier vendu séparément
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *