Connect with us

Actualités

Twitter entre en guerre contre les spams, souvent utilisés comme outils de propagande

Twitter met à jour les règles de son API et Tweetdeck afin d’empêcher de nouvelles ingérences lors d’élections.

Il y a

le

Les spambots sur Twitter ne sont pas une nouveauté. Mais après les révélations de l’enquête sur les suspicions d’ingérence russe lors de la dernière élection américaine, ce problème sur Twitter est revenu au cœur des discussions sur les réseaux sociaux. Au mois de janvier, Twitter avait alors annoncé des mises à jour concernant son API et son application TweetDeck afin de lutter contre les opérations de spamming sur son réseau social. « Ces changements sont une importante étape pour s’assurer que nous tenons tête aux activités malicieuses qui ciblent les conversations importantes – incluant les élections aux Etats-Unis et dans le monde », lit-on dans un billet de blog.

De nouvelles règles contre les spams

Mercredi, Twitter a annoncé les détails sur les mises à jour de la Twitter API et de Tweetdeck. Désormais, les développeurs n’ont plus le droit de permettre, via leurs applications, la publication du même contenu ou de contenus similaires sur plusieurs comptes. Pareillement, les applications qui utilisent l’API de Twitter ne doivent pas permettre à leurs utilisateurs de faire des actions comme liker, retweeter ou suivre quelqu’un simultanément avec plusieurs comptes. Une autre règle interdit la manipulation des tendances de Twitter (pour en savoir plus, c’est par ici).

> Lire aussi :  Twitter a une nouvelle technique contre les trolls

Si officiellement, Twitter a toujours interdit l’utilisation de l’automatisation sur sa plateforme dans le but de diffuser des spams, les nouvelles règles précisent ce que les utilisateurs de Twitter API ne doivent pas autoriser. Et les applications qui ne respectent pas ces règles pourront être pénalisées. Par ailleurs, l’application Tweetdeck, proposée par Twitter aux utilisateurs avancés de sa plateforme, est également mise à jour pour refléter ces nouvelles règles.

Au mois de janvier, Twitter avait révélé que les bots suspectés d’être pilotés depuis Moscou auraient retweeté Donald Trump 470 000 fois (et Hilary Clinton 50 000 fois) lors de la période de campagne présidentielle en 2016.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À la une

Dernières news

Les bons plans

Les tests