[rédacteur invité] Ubuntu Netbook Edition 10.10 : Linux pour les Nuls ?

Article rédigé par Pierre G., webmaster du site holdempoker.fr Mark Shuttleworth, le fondateur de Canonical Ltd (la société éditrice d’Ubuntu), a, dans ses récentes déclarations, fait d’Unity son nouveau fer de lance : une interface de bureau novatrice qui va peu à peu s’installer dans toutes les distributions Ubuntu à venir. Ubuntu Netbook Edition 10.10,

Article rédigé par Pierre G., webmaster du site holdempoker.fr

Mark Shuttleworth, le fondateur de Canonical Ltd (la société éditrice d’Ubuntu), a, dans ses récentes déclarations, fait d’Unity son nouveau fer de lance : une interface de bureau novatrice qui va peu à peu s’installer dans toutes les distributions Ubuntu à venir.

Ubuntu Netbook Edition 10.10, la version d’Ubuntu dédiée aux netbooks à la lisibilité plus réduite intègre par défaut l’interface Unity et ainsi, nous donne déjà un aperçu pertinent de l’évolution future d’une des distributions Linux les plus reconnues.

L’art délicat de simplifier les choses

Quels sont les changements principaux que propose Ubuntu Netbook Edition par rapport à la version Desktop ? La plus flagrante des révolutions dans la douceur est ce deuxième panel vertical qui s’affiche maintenant à gauche de l’écran, occupant environ 70 pixels d’un écran par définition réduit. Ce lanceur d’applications remplace la classique barre des tâches et affiche par défaut Evolution, Empathy, Firefox, entre autres applications.

On note également la disparition des menus déroulants Applications, Raccourcis et Systèmes qui laissent place à un menu unique, agrémenté de 8 icônes aux tons plutôt criards.

Vous avez dit Playskool ?

Ses beaux efforts en matière d’ergonomie se révèlent à l’usage assez peu judicieux : les netbooks offrant déjà une résolution limitée, pourquoi ajouter de plus une barre verticale empêchant la lecture aisée de nombreuses pages web et obligeant si souvent à scroller horizontalement ? Ceci ne serait pas réellement dommageable si la possibilité de customiser ces panels était offerte aux utilisateurs d’UNE 10.10. Ce n’est malheureusement pas le cas : l’ajout d’icônes dans le panel est interdit et le bureau n’a de bureau que de nom.

De plus, le lanceur de programme s’avère assez lent à charger (environ une demi-douzaine de secondes), et ce même sur un netbook des plus récents (Asus 1015PE) et génère nombre de clics superflus. Ce lanceur dégageant furieusement une impression de « jouet » avec huit gros boutons Playmobil, on se dit que simplifier est une chose, mais déprécier la navigabilité et l’ergonomie en est une autre.

Mais ne soyons pas trop critique : malgré ces quelques défauts inhérents à son orientation Netbook, cette distribution reste d’excellente facture puisque elle reprend les qualités de sa grande sœur Ubuntu Desktop Edition (à laquelle est d’ailleurs vite revenu l’auteur de cet article.)

Au final, Ubuntu Netbook Edition est avant tout destiné aux utilisateurs novices, qui d’une part souhaitent profiter d’une plateforme légère et utilisable « out of the box » et d’autre part à ceux qui rechignent à mettre les mains dans le cambouis. Mais n’est-ce justement pas là où réside tout l’intérêt de Linux et des OS tiers ? L’intégration généralisée d’Unity dans les prochaines distributions Ubuntu présage-t-elle d’une tendance de plus en plus grand public ? Natty Narwhal 11.04 nous donnera très vite la réponse.

Télécharger Ubuntu Netbook Edition


Nos dernières vidéos

18 commentaires

  1. Au final, n’est-ce pas l’intérêt de rendre l’interface la plus simpliste/simplissime possible?

    le débutant s’y retrouvera

    l’expert zappera unity pour mettre son propre bureau sous gnome/kde/fluxbox/…

    ce serait donc étonnant qu’Ubuntu ne parte pas dans ce sens

  2. Tout simplement, en tant qu’utilisatrice, je n’ai pas du tout accroché à Unity : au mieux on aurait dit une bêta, au pire que j’avais réinstallé Windows sur mon Netbook. Lent, peu fonctionnel, plus de clic droit dans un navigateur de fichiers presque absent (obligée de lancer nautilus par une commande !?)… Peut-être beaucoup trop « grand public » pour moi – pourtant je n’estime pas être une pointure, loin de là.

    Pour moi, Unity n’est pas fait pour les netbooks finalement : comme dit dans l’article, on perd en largeur de l’écran, mais est aussi beaucoup trop lourd. Ou trop peu réactif.

    Personnellement, je me suis tournée vers Lubuntu, après avoir envisagé de retourner à la version 10.04 (ce que j’ai fait quelques heures, finalement) ; plus léger, un peu plus configurable, mais moins « eyecandy » il est vrai. Tant pis, de toutes façons je ne les aimais pas ces gros boutons en pâte à modeler.

  3. J’ai vraiment été très déçu par cette version. Je suis adepte des ntbook et adepte d’ubuntu, mais la, ça me fait beaucoup de mal de travailler sous UNR.
    C’est vrai que la barre latérale n’est pas du tout fonctionnelle ( mais alors pas du tout … ). Le pire c’est qu’elle n’est pas vraiment fluide, et avec cette version on perds vraiment la liberté qu’on peut peut avoir avec une distrib complète Ubuntu.

  4. Juste une précision : il est possible d’ajouter des icônes au lanceur. Une fois une application lancé, il suffit de faire un clic droit sur son icône et de choisir « conserver dans le lanceur ».

    Sinon je suis assez d’accord sur le reste de cet article, et reste déçue de l’arrivée d’Unity sur Netbook.

    On peut noter un gros manque également : dans les gros « boutons » du lanceur d’application, on ne trouve pas de bouton « Système », il faut cliquer sur un autre pour avoir accès à la liste des catégories disponibles en haut de la fenêtre. Dommage pour quelqu’un comme moi qui passe son temps à aller traîner dedans pour tester des trucs ! L’interface de Ubuntu Netbook 10.04 était finalement plus pratique pour l’utilisation que j’en fait.

    On notera un bug génant également : le lanceur accessible par le raccourci Alt+F2 ne fonctionne plus ! Si ça ce n’est pas un bug crispant, surtout compte tenu de la lenteur de l’accès à la liste des applications…

  5. Pour avoir testé un tas de solution pour une ergonomie « idéale » (tout dépend des préférences de chacun évidemment) :

    – la barre sur le côté : ok sur un desktop avec un écran de grande taille (parfait d’ailleurs en double écran avec la barre placée « entre » les 2 écrans), mais bien d’accord pour le problème de scrolling horizontal sur les netbooks…
    – les gros icônes au milieu du bureau : j’ai adopté cette solution pour un netbook (tactile qui plus est), étant utilisateur de Jolicloud. Intérêt plus limité à mon sens sur desktop, mais pourquoi pas.

    Enfin peu importe l’interface par défaut (si elle peut permettre de convaincre de nouveaux utilisateurs), du moment que l’on puisse customiser à l’extrême son produit, tout l’intérêt du monde Linux en terme d’interface…

  6. winniemiel05 on

    Une autre précision. Les dévellopeurs sont concients des problèmes notamment de largeur d’écran et de lenteur d’Unity. Ainsi, la version prochaine d’Unity(en cours de devellopement), qui sera disponible pour Natty Narwhal en avril, permet d’ores et déjà de cacher le dock ( ou qu’il se cache automatiquement), et est beaucoup, beaucoup, beaucoup plus réactive(est compatible avec beaucoup plus de cartes, en théorie toutes celles supportant les effets dans les ubuntu classique). le dévellopement en est extremement rapide, vous pouvez tester, en live USB par exemple (vous pouvez vous rendre ici http://www.ubuntu.com/testing pour tester l’alpha 1). ATTENTION, Unity est toujours en dévéllopement, toutes les fonctionnalités sont loin d’être implentées.

  7. Pingback: [rédacteur invité] Ubuntu Netbook Edition 10.10 : Linux pour les Nuls ? | Gadgetorama: Le Blog

  8. J’ai installé avec beaucoup de plaisir cette version qui – enfin – télécharge d’emblée les codec que l’on ne retrouve jamais et qui simplifie la question des accès. Mais là encore il y aurait de gros progrès à faire. Je n’ai jamais rien compris à tous leurs trousseaux de clé (par pitié, que par défaut, ils laissent les portes ouvertes).
    Quant à cette barre verticale elle est effectivement irritante, surtout quand on veut surfer avec un 7 pouces

  9. De mon côté, j’ai, contrairement à la plupart des autres commentaires, bien apprécié cette nouvelle approche de l’interface, bien qu’ayant subi quelques manques dont la possibilité d’avoir simplement un explorateur de fichiers.
    Le fait d’intégrer la barre de titre dans la barre principale fait gagner quelques pixels verticaux ce qui est un bon point.
    La réactivité m’a semblé particulièrement bonne sur un Samsung NC10 avec 1Go de RAM, mais ce point est très subjectif, qui plus est en testant depuis un liveUSB.

  10. @ Leneurone « Juste une précision : il est possible d’ajouter des icônes au lanceur. Une fois une application lancé, il suffit de faire un clic droit sur son icône et de choisir « conserver dans le lanceur ».

    -> Je me suis peut-être mal exprimé dans l’article, je voulais simplement dire que, si l’on peut ajouter des raccourcis au lanceur, le panel du haut, à ma connaissance, n’est pas paramétrable sur Netbook Edition contrairement à Desktop Edition.

  11. Pingback: PLAYMOBIL PAS CHER » Blog Archive » Peut-on faire confiance aux moteurs “idées cadeaux de Noël”

  12. J’aurais aime tester cette version et j’aurais du, devrais-je dire. Mais quand après l’upgrade. On se retrouve face a un ecran noir, on dechante un peu. Bon en tant qu’utilisateur assez debrouillard, j’ai reussi a rependre la main mais j’ai des doutes quant a la reaction de quelqu’un un peu moins aguerri. J’etais plutot séduit par la solution car elle etait parfaitement en phase par rapport à mon usage. Du fait de cette erreur de migration dans laquelle j’ai perdu quelques heures, je me suis tourné vers une solution approchante mais pas forcément comparable: jolicloud. Vu qu’il y a une nouvelle release qui approche, je verrai si je tombe dans le même écueil. Ceci dit, je ne doute pas que ubuntu netbook puisse evoluer et ne pas planter son utilisateur

Répondre