Suivez-nous

Réseaux sociaux

Un quart des tweets postés sur le changement climatique sont rédigés par des bots

Ces messages viennent souvent remettre en cause les fondements scientifiques du changement climatique.

Il y a

  

le

 
pollution
© Unsplash / Patrick Hendry

En juin 2017, Donald Trump a annoncé qu’il souhaitait retirer les États-Unis de l’Accord de Paris sur le climat. La nouvelle a été énormément discutée sur Twitter et pas uniquement par des humains. C’est la conclusion d’une étude menée par des chercheurs de l’Université Brown située dans le Rhode Island.

Pour mener à bien leur travail, les scientifiques ont analysé un échantillon de 6,5 millions de tweets postés peu après la déclaration du président américain. Ils se sont servis d’un outil dénommé Botometer qui permet de déterminer si une publication est postée par des robots ou des humains. Leur verdict est sans appel puisqu’il s’avère que 25 % des tweets ont été rédigés par des bots.

Manipulation des bots vs Usines à trolls

La plupart tentaient de démontrer que le changement climatique n’est pas réel et que la climatologie n’est pas une science fiable. C’est d’autant plus dommageable qu’ils renforcent l’impact des climatosceptiques de manière non négligeable sur les réseaux sociaux. Cela peut donc permettre de légitimer ce point de vue auprès des personnes peu informées sur le sujet.

Les chercheurs ont aussi cherché à déterminer qui avait configuré les bots mais ne sont pas parvenu à remonter jusqu’à leurs créateurs.

Dans le détail, les publications reposant sur de fausses vérités scientifiques étaient à 38 % le fait de robots. Les tweets concernant la compagnie pétrolière Exon étaient rédigés par des bots dans 28 % des cas. Enfin, 5 % des tweets de défenseurs de l’environnement étaient également des publications automatisées.

L’effet multiplicateur des bots est assez redoutable mais on ne peut ignorer la menace émanant de comptes gérés par des humains. Certaines entreprises se sont en effet spécialisées dans la manipulation de masse. Ces usines à trolls semblent de nature à générer un engagement autrement plus qualitatif que les bots qui reproduisent en masse le même type de messages.

Twitter
Par : Twitter, Inc.
4.5 / 5
16,7 M avis
3 Commentaires

3 Commentaires

  1. Jimmy Cram

    1 mars 2020 at 12 h 54 min

    Que ce soit des bots qui diffuse je ne sais quel message ou des humains, le changement climatique existe réellement, et ça, personne ne peut le nier…………..

    • Jimmy Cram

      1 mars 2020 at 12 h 55 min

      Rectification faute de français: Que ce soit des bots qui diffuse => Que ce soit des bots qui diffusent

  2. Fredus

    2 mars 2020 at 11 h 15 min

    On serait à 30% de manipulation, si on considère les défenseurs qui utilisent à un petit niveau les mêmes méthodes.
    25% des climatosceptique, comme on les nomment et 5% des défenseurs de l’environnement.
    Même si les défenseurs de l’environnement vont user de bots pour améliorer leur visibilité, la manipulation n’est pas forcément la meilleure méthode pour être crédible, surtout si cela est divulgué

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests