Suivez-nous

Moteurs de recherche

Une candidate à la primaire démocrate poursuit Google en justice

Tulsi Gabbard, député du deuxième district d’Hawaï à la chambre des Représentants et candidate à la primaire du Parti Démocrate, a lancé des poursuites judiciaires contre Google. Elle affirme que l’entreprise a fermé provisoirement son compte publicitaire pour tenter de léser sa candidature.

Il y a

  

le

 
logo de Google
© Unsplash / Paweł Czerwiński

Le 27 juin dernier se tenait le premier débat de la primaire démocrate. C’est un moment important pour tous les candidats et d’autant plus pour les moins connus d’entre eux qui tentent de se faire un nom. Or ce même jour, Tulsi Gabbard a constaté la suspension de son compte Google Ads. Un acte de censure et de sabotage selon la représentante d’Hawaï à la chambre des Représentants qui réclame 50 millions d’euros au géant de la Tech et l’assurance qu’il s’abstiendra à l’avenir de « restreindre » son compte.

La démocrate affirme que cette suspension est intervenue autour au 21h30 avant un retour à la normale autour de 3h30 du matin le lendemain. Le préjudice serait d’autant plus important que la candidate était parmi les plus recherchées dans Google, les internautes souhaitant en savoir plus sur elle. Le lien sponsorisé menant vers son site de sa campagne n’est donc donc pas apparu dans ce moment clé.

Plusieurs candidats démocrates en guerre contre les Gafam

Si tout le monde s’accorde sur les faits, les raisons avancées par les protagonistes sont loin d’être unanimes. Pour Tulsi Gabbard, les choses sont claires, la suspension du compte est liée à ses critiques des grandes entreprises de la Tech et notamment de Google. On cherche donc à léser sa candidature. C’est ce que contient la plainte déposée par la député : « Google soutient les points de vue, les causes politiques et les candidats qui privilégient ses positions politiques par rapport à ceux qui ne le font pas ».

La version de Google est bien différente. Il s’agirait d’une procédure automatique selon Riva Sciuto, son porte-parole, et clairement pas d’une volonté de nuire : « Nous avons des systèmes automatisés qui signalent une activité inhabituelle sur tous les comptes des annonceurs, y compris des modifications importantes des dépenses, afin de prévenir la fraude et de protéger nos clients. Dans le cas présent, notre système a déclenché une suspension et le compte a été rétabli peu de temps après. Nous sommes fiers d’offrir des produits publicitaires permettant aux campagnes de contacter directement les électeurs, et ce, sans parti pris pour aucun parti ni aucune idéologie politique. »

Cette affaire s’inscrit en tout cas dans un climat de tension entre les démocrates et les Gafam. La sénatrice Elizabeth Warren, qui figure parmi les mieux placés selon les sondages, ferraille notamment contre ces grandes entreprises et réclame dans certains cas leur dissolution. Elle propose par ailleurs de désigner comme « plateforme de service public », celles dont le chiffre d’affaires mondial dépasse les 25 milliards de dollars.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

1 commentaire

1 Commentaire

  1. Jimmy Cram

    26 juillet 2019 at 16 h 59 min

    Que le blocage d’un compte Ads soit automatique peut-être mais cet automatisme a bien été créé par un humain travaillant chez Google, de surcroit mal fait, donc Google doit payer le préjudice subi par cette candidate.
    Les automatismes qui se créent à gogo vont bientôt nous rendre la vie encore plus compliquée pour certains, améliorée pour d’autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests