Vie privée : disparaître du web, c’est possible avec Deseat.me

Toutes les personnes qui ont un jour rêvé de disparaître du web vont être ravies d’apprendre, que c’est désormais possible grâce à un service baptisé Deseat.me, qui a pour tâche de supprimer toutes traces de vous sur internet. Prêt pour le grand nettoyage ?

effacer les traces de sa vie privée sur internet, c'est possible avec Deseat.me

Deseat.me est un site dont le slogan résume en quelques mots son unique fonction « nettoyer instantanément toute votre existence ». Il permet en renseignant quelques informations, de réaliser un scan complet de votre existence sur internet, afin de pouvoir ensuite tout supprimer une bonne fois pour toutes.

Envie d’effacer toutes traces de vous sur internet ?

Combien sommes-nous à nous être inscrits sur des services, des sites ou à avoir rempli des formulaires et à ne jamais avoir fait la démarche de tout supprimer une fois que l’on ne s’en sert plus ? Tout le monde en fait…

Deseat.me répond donc à un besoin important pour tous ceux qui cherchent à récupérer une parcelle de vie privée et à ne plus exister sur internet. Pour utiliser ce service, il faut disposer d’un compte Google car dans un premier temps il faudra renseigner ce compte pour que l’outil puisse passer aux cribles tout ce qui vous concerne, mais également tous vos mails afin de détecter des traces d’inscriptions, de formulaires, d’abonnements, etc.

Très souvent ces données sont précieusement stockées par les sites car elles tombent dans l’oubli des utilisateurs, mais pas des serveurs, qui disposent de bases de données « éternelles » pour proposer des offres promotionnelles. Deseat.me devrait faire un gros nettoyage de tout cela, afin que l’on vous oublie pour toujours. On se souvient d’un homme dont l’objectif depuis les débuts du web était de tout faire pour ne pas exister sur Google image, dont nous avions parlé dans cet article, vous pourrez désormais rivaliser avec lui !

Gagnez en confidentialité, mais aussi au niveau de la sécurité

L’outil va proposer une liste complète des services que vous avez utilisés un jour, avec un lien vers les formulaires de suppression, de façon à ce que vous ayez un contrôle sur ce qui doit disparaître ou pas. Le service explique de son côté, qu’il n’en profitera pas pour conserver des données sur les internautes après avoir fouillé leur passé, car le respect de la confidentialité est sa pierre angulaire. La tâche qui paraissait insurmontable auparavant est désormais nettement moins fastidieuse avec Deseat.me. Cela devrait vous rendre un peu de votre vie privée et garantir une plus grande sécurité pour vos données, car en supprimant des comptes sur des services que vous n’utilisiez de toute façon plus, vous effacez aussi des données qui pourraient servir à des pirates, en cas de piratage du service en question. D’autant plus lorsqu’il s’agit de vieux services sur internet, dont les systèmes de chiffrement ont pu ne pas évoluer et sont aujourd’hui facilement hackables.

Source


Nos dernières vidéos

7 commentaires

  1. Pas bête comme idée de boite, récupérer plein de précieuses données personnelles de ses utilisateurs à savoir quels services ils utilisent, avec quel identifiants, à quelle fréquence (et oui, ils se servent de cookies pour ça, et c’est écrit dans leur privacy policy: https://www.deseat.me/privacy-policy) en analysant le contenu de leur boite gmail (merci google de s’être donné tant de mal à inciter tes utilisateurs à tout centralier).
    Le tout sous couvert de « reprendre le contrôle de sa vie privée », ils sont très fort en marketing.
    Je sais que la majorité des gens est au courant que « quand c’est gratuit, c’est vous le produit », mais l’article aurai pu apporter un peu de nuance sur le côté génial de ce service.

    • Emmanuel Ghesquier
      Emmanuel Ghesquier on

      Récupérer quelles données ? si le but est justement que l’utilisateur qui se servira de ce service souhaitera supprimer les comptes… Grosso modo, le service vous dit que vous avez un compte sur copains d’avant que vous ne visitez plus depuis 10 ans, il vous propose un lien vers la page de suppression du service et vous faite le reste, donc au mieux le service saura que vous aviez un compte sur copains d’avant, que votre identifiant était cracotte51 et votre mot de passe : 123456 et que tout cela n’existe plus… Même en collectant ces infos si c’était le cas, ils ne risquent pas de faire fortune avec ce genre de données caduques. Pour le reste vu que vous ne rentrerez aucun identifiant, le service saura que vous utilisez Facebook et Twitter, loin d’être un scoop qui intéressera les pros de la pub…

      Tout ce qui est gratuit ne transforme pas forcément l’utilisateur en produit, Tor, Wikipédia, certains adblock, la constellation de produits Open source, la liste est longue… L’article ne fait que relater l’existence de ce service de suppression, sans aller chercher plus loin, libre à chacun de creuser de son côté pour en savoir plus.

      • Désolé mais je partage l’avis de step29.
        Je sais comment est financé Tor, Wikipedia ou LibreOffice et les sites annoncent eux même la couleur.

        Dans le cas présent, point de rubriques « qui sommes nous? » ou « comment est financé le service ? »

        Comment est financé deseat.me ?
        Qui est « Writement AB » qui édite ce site ?

        Cela revient quand même à donner beaucoup d’informations à un inconnu.
        Car ne seront obsolète QUE les informations qu’on supprimera effectivement.

        « L’article ne fait que relater l’existence de ce service de suppression, sans aller chercher plus loin » : c’est bien le reproche qui est fait (amicalement, soyez en certain).

        Quand on en sais si peu, un peu de distance avec l’information présentée (je ne dis pas qu’elle est inintéressante), ne vous parait pas une bonne idée ?

  2. Est-ce le comble ?
    Pour supprimer ses données du web, il propose sur la page d’accueil de s’identifier avec son compte Google… Damned, c’est bien parti !!!

  3. L’idée et très bonne mais… C’est beau et ça brille beaucoup… trop!
    Dommage que ça commence par « Sign in with Google » 🙂
    Un pas de plus vers le « non-anonymat »

Répondre