Suivez-nous

Tech

Voici le tout premier distributeur de billets… sans banque !

Locmaria-Plouzané est la première ville en France métropolitaine à s’équiper d’un point de retrait indépendant.

Il y a

le

Distributeur de billets
© Pxhere

Face à l’essor des services et de la banque en ligne, les établissements bancaires traditionnels ont été dans l’obligation de repenser leur organisation en profondeur. Cette restructuration de l’industrie s’est matérialisée par des fermetures d’agences en masse (300 chez Société Générale, 200 chez BNP Paribas…), ce qui a parallèlement entrainé la disparition de milliers de distributeurs automatiques de billets.

Palier à la disparition des agences bancaires

Pour maintenir un dynamisme économique, les petites villes essayent par tous les moyens de retenir les agences – ou de trouver des alternatives. C’est le cas de Locmaria-Plouzané, une petite ville de 5 000 habitants dans le Finistère, qui a réussi à trouver une solution pour pallier la disparition d’une agence Crédit Mutuel de Bretagne.

Viviane Godebert, le maire de Locmaria-Plouzané, explique à nos confrères du Parisien : « nous jouissions auparavant de la permanence d’une banque locale. Mais elle a récemment fait retirer son distributeur… Imaginez qu’il faut quand même faire 6 km pour retirer de l’espèce ! C’est la mort des bourgs si on retire ce genre de service… ».

Face à cette situation délicate, elle a mis en place un partenariat inédit avec la Brink’s, une société qui accompagne historiquement les groupes bancaires dans la collecte d’espèces, pour installer le tout premier distributeur automatique de billets indépendant et gratuit en France métropolitaine.

Si aucune banque n’est affiliée à ce point de retrait, c’est la commune de Locmaria-Plouzané qui prendra en charge le coût du loyer ainsi que de la maintenance technique de la solution. La maire affirme toutefois que plus le nombre d’utilisateurs sera élevé, plus le coût engendré par ce partenariat avec la Brink’s sera réduit.

distributeur de billets

Le distributeur de Locmaria-Plouzané © Ouest France

 1 000 à 2 000 DAB en zones blanches ?

De son côté, le PDG de la Brink’s France, Patrick Lagarde, se félicite déjà de ce premier partenariat. Il souhaite étendre ce projet à d’autres communes, affirmant que « nos premières études d’évaluation de zones dites « blanches » – c’est-à-dire rurales ou périurbaines, à l’instar de Locmaria – ont montré qu’il y aurait de la place pour 1000 à 2000 DAB de ce type dans les prochaines années, en France ».

Locmaria-Plouzané aurait déjà inspiré de nombreuses bourgades en mal de distributeurs. Patrick Lagarde explique que « nous avons déjà reçu une cinquantaine de dossiers depuis le lancement à Locmaria-Plouzané ».

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

6 Commentaires

6 Commentaires

  1. Thomas

    26 août 2019 at 20 h 13 min

    « palier à » n’existe pas en français, merci de corriger cette faute de collégien.
    => « Palier la disparition des agences bancaires »

    • Zoncou

      27 août 2019 at 9 h 15 min

      @Thomas « Palier la disparition des agences bancaires » n’existe pas en français, merci de corriger cette faute de collégien.
      => « Pallier la disparition des agences bancaires »

  2. Loic

    26 août 2019 at 21 h 11 min

    comme quoi, un distributeur de biller n’appartient pas a la banque qui l’installe…

    Enfin une bonne idée pour tous nos maires de France

    a reproduire partout 🙂

  3. Bob (MC Melun)

    27 août 2019 at 10 h 02 min

    Et pendant ce temps, les banques et les états, bien poussé par les grands commerces (réels ou virtuels) ne rêvent que de supprimer l’argent liquide. Contrairement aux commerces de proximités et de leurs clients (souvent âgés, chez nous, « juste » une agence communale maintenant, merci l’interco de m…e qui nous a été imposée, de la poste pour retirer du liquide)

    J’espère que les ruraux auront beaucoup de guichets du genre (j’en veux bien un chez nous) et qu’ils seront fortement utilisés pour faire la nique à tout ces bien pensants à carte Gold et plus…

  4. Pépin Pascal

    27 août 2019 at 14 h 34 min

    Bonjour.
    Je m’étonne que l’article précise que ce point de retrait est « gratuit ». En effet il coutera la somme de 18 000€ annuel à la commune donc au contribuables de la dite commune.Sur quels postes de dépenses de la commune les arbitrages vont-être fait?
    De plus le billet est censé être le seul moyen de paiement gratuit et accessible à tous.
    Enfin ne serait-il pas plus constructif de créer un partenariat avec l’agence postale présente sur la commune et son service Banque Postale comme cela se fait pour les services proposé par La Poste.
    Cordialement.

  5. Bob (MC Melun)

    27 août 2019 at 14 h 51 min

    Gratuit pour celui qui retire de l’argent quelque soit sa banque ? M’étonnerais qu’elles ne pique pas de frais au delà d’un certain nombre de retraits hors circuit…

    Sinon, pour avoir vécu de l’intérieur les partenariats avec la poste (demande répétées de DAB, jamais obtenu, changement de local de l’agence postale, lutte pour la conservation de l’agence postale, perte de l’agence postale et passage en agence intercommunale – avec perte des services banque postale, même pas un coup de tampon pour dire qu’on dépose un chèque et impossibilité d’accéder aux comptes par l’agent – puis avec le changement imposé d’interco, merci NOTRe qui est un leurre, passage en agence communale) ce n’est pas évident du tout, il faut assurer un rendement au DAB, comme un *** chiffre d’affaire *** vente et services bancaires pour conserver son agence postale, et ça, bizarrement, ça change tout le temps et pas dans le sens de la comune.

    Au moins avec un vrai partenaire privé… On fait du service public !!!! Pauvre monde…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À la une

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Advertisement RED

Les tests