Voici les pays où Internet est le plus rapide (et la France n’en fait pas partie)

Akamai a dévoilé les pays où Internet est le plus rapide et la France n’en fait pas partie.

pays-internet-rapide2

L’Asie et les pays de l’Europe du Nord dominent le classement

Il n’y a pas plus frustrant que de devoir patienter devant une page ou vidéo qui prend son temps à s’afficher et si la fibre optique avance lentement mais sûrement en France, on est encore loin de pouvoir tous profiter d’une connexion très haut débit. C’est le constat que dresse Akamai via Statista en publiant ses statistiques concernant la vitesse moyenne de connexion à Internet au 3ème trimestre.

On y apprend que la France se retrouve au 49ème rang mondial avec une vitesse moyenne de connexion estimée à 9,7 Mbps, un résultat décevant qui confirme également que les connexions Internet en France sont parmi les pires d’Europe. En effet, selon les statistiques fournies par Akamai, seuls quatre pays en Europe font pire que la France (l’Italie avec 8,2 Mbps, la Croatie avec 7,8Mbps, la Grèce avec 6,9 Mbps et Chypre avec seulement 6,7 Mbps). Pour trouver les meilleures connexions Internet en Europe, il faut aller au Nord du côté de la Norvège qui domine le classement avec 20 Mbps, de la Suède (19,7 Mbps) ou chez nos voisins Suisse (18,4 Mbps).

De très belles performances pour ces pays mais c’est toujours l’Asie qui domine le classement mondial avec la Corée du Sud (26,3 Mbps) et Hong-Kong (20,1 Mbps).

pays-internet-rapide

La France en détails

Plus inquiétant pour la France, les chiffres d’Akamai (PDF) dévoilent que 25% des internautes français ont un débit inférieur à 4 Mbps, c’est le pire pourcentage européen. Plus réjouissant, 27% des foyers bénéficient d’un débit supérieur à 10 Mbps mais là encore, nos voisins font largement mieux avec 64% pour la Belgique et la Suisse, 52% pour l’Espagne, 47% pour l’Allemagne et 31% pour le Luxembourg.

25% des foyers français ont un débit inférieur à 4 Mbps. Source : Akamai

Enfin, le nombre de foyers dont le débit moyen dépasse les 15 Mbps a progressé de près de 70% en un an (+67%) mais il y a encore du chemin à parcourir avant de rattraper les pays les mieux classés. En effet, 14% des foyers français dépassent désormais les 15 Mbps mais plusieurs pays européens (Suède, Suisse, Pays-bas) dépassent les 40% et près de la moitié des foyers finlandais (48%) bénéficient d’une connexion supérieure à 15 Mbps.

24% des foyers français possèdent un débit supérieur à 15 Mbps. Source : Akamai

24% des foyers français possèdent un débit supérieur à 15 Mbps. Source : Akamai

« Je ne suis pas une statistique »

Si ces données sont intéressantes à plus d’un titre, elles nous permettent d’en savoir plus sur la situation de la France et de nombreux pays concernant la vitesse moyenne de connexion à Internet, elles ont aussi leurs limites. Il faut en effet tenir compte des différences historiques et géographiques qui subsistent entre les pays (superficie, densité de la population, qualité des infrastructures…) au moment d’analyser ces chiffres.

Les résultats décevants de la France concernant les vitesses d’accès à Internet (49ème rang mondial) peuvent notamment s’expliquer par la superficie du pays, la France est le plus grand pays de l’Union Européenne. Un facteur géographique qu’« il ne faut pas négliger » comme l’avait expliqué en 2013 Tae-Kyung Lee, responsable du pôle nouvelles technologies chez Ubifrance, au site Le Monde.

Ce dernier avait d’ailleurs justifié les performances de la Corée du Sud, régulièrement présenté comme le pays le plus connecté du monde, par sa petite taille expliquant : « Nous sommes une petite nation, cinq fois plus petite que la France mais avec presque autant d’habitants ». Autre argument important, la densité de population et là encore la Corée du Sud se démarque comme le soulignait Tae-Kyung Lee : « De plus, le territoire est à 70 % montagneux, donc la population, très urbanisée, est aussi très concentrée. La moitié du pays vit entre Incheon (à 50 kilomètres à l’ouest de Séoul) et Séoul ».

Enfin, les pays doivent lutter contre une fracture numérique toujours plus importante, notamment en France (25% des internautes français ont un débit inférieur à 4 Mbps) où l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) tire régulièrement la sonnette d’alarme contre ce phénomène qui crée une disparité d’accès aux technologies informatiques.

(Sources : Akamai via Statista & Arcep / Crédit photo : Pixabay)

 


Nos dernières vidéos

12 commentaires

  1. Il faudrait également comparer avec le coût d’accès à Internet, et faire un rapport coût/rapidité.

    • Thomas-Estimbre on

      Vous avez raison Xavier. Si on peut mettre la main sur quelques chiffres, on essayera de le faire 🙂

  2. Effectivement, la France est l’un des pays développés où le coût des abonnements 3G, 4G et internet est le plus faible. Si l’on considère en plus que le pays est grand, la population inégalement répartie avec -malgré tout- un coût d’accès identique, que l’on soit en plein Larzac ou sur les Champs Élysées , ce n’est pas si mal. En plus l’ARCEP veut tout et son contraire en bridant Orange (opérateur historique en position dominante) afin de permettre aux concurrents de se développer. D’autre part, en se livrant une bataille fratricide sur les tarifs, les opérateurs ne gagnent plus assez d’argent pour investir dans les réseaux… Il faudrait que les politiques soient cohérents dans leurs choix et arrêtent de vouloir:
    – le beurre (=accès internet performant),
    – l’argent du beurre (=les licences 3G/4G qui se négocient plusieurs milliards, les dividendes que l’Etat perçoit en tant qu’actionnaire d’Orange et les diverses taxes qui frappent les opérateurs)
    – Et le sourire de la crémière (=une population satisfaite de la qualité de service)….

  3. Quand l’internet par wifi chez moi se met à ramer pendant quelques heures et n’importe quand (smartphone, tablette compris puisque sous wifi), est-ce la faute à mon fournisseur ou ça n’a rien à voir ? Ma box reprend sa vitesse de croisière après la tourmente…

    • Puisque personne ne répond à ma question (qui peut être considérée hors-sujet), est-il possible de l’effacer ? Merci d’avance.

  4. Le WiFi est lié à la box, encore faut-il être sur que les problèmes de lenteur sont liés au wifi et non au débit de l’accès internet (par où transitent toutes les données des appareils connectés au wifi). Si la box est éloignée des utilisateurs, si les murs sont en beton armé, si l’environnement est pollué par des interférences électromagnétiques, s’il y a bcp d’appareils connectés et consommateurs de bande passante, alors le fonctionnement du wifi sera très dégradé. La seule façon de savoir, c’est de connecter le câble ethernet à la box et voir si l’accès est vraiment plus rapide.
    D’aute part, chez Free et Orange (et peut-être les autres opérateurs ?) le wifi est ouvert aux autres abonnés en itinérance. Vous ne pouvez pas voir ces invités mystère mais ils consomment aussi de la bande passante.

    • Merci beaucoup. Désolé, je n’ai pas été informé de votre réponse. Je suis venu voir car j’ai reçu un mail notifiant le commentaire du 30/01. Toutes mes excuses.

    • Thomas-Estimbre on

      Effectivement ! Le graphique vient d’Akamai, on ne peut pas le modifier mais l’erreur est étonnante. Les deux drapeaux n’ont rien à voir 🙂

Send this to a friend