The Walking Dead Saison 9 : véritable renouveau ?

The Walking Dead n’a jamais aussi bien porté son nom, tant elle ressemble à un cadavre en marche après deux saisons peu passionnantes. Sa saison 9 peut-elle relever le défi d’un réel renouveau ?

Avec cette saison 9, The Walking Dead cherche clairement à afficher un renouveau à tous les niveaux.

Attention, mieux vaut avoir vu l’épisode et être au courant des départs annoncés de certains acteurs avant de consulter cet analyse.

Je pense consacrer trois ou quatre articles et vidéos à cette saison, il n’y en aura davantage que si la qualité remonte en flèche, sachant qu’il est trop tôt pour en juger véritablement.

Tout est nouveau ! C’est écrit dessus !

Le renouveau commence par la showrunner, Angela Kang qui succède comme prévu à Scott Gimple, il passe aussi par un nouveau générique empli de références aux comics et s’impose avec un premier épisode titré Un nouveau départ. On ne pouvait pas écrire « nouveau » en plus gros que ça sur le packaging, reste maintenant à juger le contenu.

Ce sont, officiellement, 18 mois qui se sont écoulés depuis la fin de saison 8 et on retrouve Judith, Michonne et Rick en famille recomposée dans une scène tellement douce et lumineuse qu’on se demande si on est bien dans la même série.

La lumière et la photographie de l’épisode m’ont plu de manière générale. On ne retombait dans la grisaille que lors des passages au sanctuaire, ce qui me semblait parfaitement approprié.

On découvre les aménagements qui permettent à chaque communauté de construire l’avenir avec encore une fois un sérieux décalage pour ce qui est du sanctuaire avec ses récoltes desséchées et ses tentatives de « walker épouvantail » dans la droite ligne de ce que Negan aurait pu inventer.

The Walking Dead saison 9 épisode 1 critique

Des walkers (texas ranger ?) comme on les aime

D’ailleurs, j’en profite pour souligner la qualité des marcheurs sur l’épisode, ils avaient tous des tronches impossibles, entre l’air consterné du crucifié, le col blanc qui reprend son boulot de mordeur avec autant d’enthousiasme qu’un lundi matin ou encore l’horrible zombie confit aux araignées qui m’a dégoûté comme la série n’était plus parvenue à le faire depuis un bon moment… Il faut reconnaître qu’ils ont mis le paquet !

Pour revenir à l’épouvantail, directement, on se dit qu’Arat et Justin, le sauveur interprété par Zach McGowan, vu dans Black Sails ou The 100, vont sans doute poser des problèmes par la suite.

Une impression confirmée par la réticence de Justin à effacer le slogan We are still Negan qui a été tagué sur un mur en claire opposition avec la domination du groupe de Rick et compagnie.

Etant donné le gaillard, je parie qu’on aura droit à une belle baston, reste à voir contre qui, peut-être Carol puisqu’elle reprend le flambeau au Sanctuaire, sachant que Daryl ne supporte plus d’y rester.

Revenons à la première partie de cet épisode. Même quand il s’agit d’une petite promenade bucolique pour faire découvrir la nature à la petite Judith, ce sont des corneilles qu’on lui montre. Faudrait-il y voir un mauvais présage ? On sait tous que oui, bien évidemment.

> Lire aussi :  Le jeu The Walking Dead aura bien le droit à une fin

Tout le passage à Washington DC était visuellement intéressant, avec ce style western de l’apocalypse qui va bien à ces personnages. La massue et le katana à cheval, voilà qui donne fière allure.

La matinée au musée

L’exploration du musée est plutôt distrayante, et si le père Gabriel a perdu un œil, il a gagné un sacré sens de l’humour avec sa dégénérescence de l’Homme, une véritable œuvre d’art, même s’il n’était pas nécessaire de nous rabâcher la signification au travers d’un dialogue, le plan se suffisait amplement à lui-même.

Quand Michonne s’arrête pour admirer le panneau sur les conflits qui ont façonné les Etats-Unis, on y voit un double présage.

D’abord celui de son rôle de conseillère qui donnera à Rick l’idée d’une Charte commune, mais aussi la guerre civile qui menace, particulièrement soulignée par la traînée de sang laissée par une main.

Vient ensuite le passage de la verrière. De base, c’est une très bonne idée de mise en scène. Malheureusement, son déroulement est encore une fois gâché par le comportement anormalement stupide des personnages et un faux suspense pesant sur Ezekiel.

The Walking Dead saison 9 épisode 1 critique

On pourrait en dire beaucoup, mais pour résumer, il suffit d’étudier un instant une vue de l’escalier et du hall pour comprendre qu’il suffisait de faire passer la plupart des objets récoltés par la rambarde, voire même d’en péter un morceau avec des masses pour passer assez tranquillement.

L’autre solution aurait été d’aller tuer les walkers du dessous, mais apparemment, ces personnages oublient régulièrement qu’en groupe organisé, ils sont dix fois plus dangereux que les marcheurs.

La révélation du couple Carol Ezekiel s’inscrit dans la continuation logique de la saison 8, et même si je ne suis pas convaincu par l’alchimie entre les interprètes, ce sera sans doute une source de tragédie pour plus tard et sans doute un crève-cœur pour ceux qui voulaient vraiment que Carol et Daryl se mettent en couple.

De mon point de vue, leur relation est de nature bien différente, malgré le peu de différence d’âge, Carol et Daryl me donnent l’impression d’une mère et de son grand fils enfin retrouvé.

Ce qui fait plaisir dans l’ensemble, c’est de renouer avec des dialogues moins caricaturaux et stupides qu’en saison 8, ce qui participe à donner plus d’authenticité à ces petits moments.

Oh non, Joe Lambda est encore mort !

Sur le chemin du retour, la série renoue malheureusement avec deux de ses grandes passions, à savoir les décisions incohérentes et l’introduction d’un personnage lambda pour mieux le tuer directement.

Quand le chariot est bloqué dans la boue, il est évident que la solution consiste simplement à défoncer de manière méthodique les walkers qui approchent. Même Michonne toute seule en aurait été capable.
Mais non, Rick ordonne une retraite, le palefrenier revient sauver les chevaux et se fait tuer comme un imbécile.

> Lire aussi :  The Walking Dead : Andrew Lincoln fait une révélation surprenante

The Walking Dead saison 9 épisode 1 critique

On sait bien que tout ça n’est qu’un prétexte pour relancer le ressentiment de Maggie envers Rick, mais la série gagnerait tellement en intensité en travaillant mieux ce type de situation, pour qu’on sente au moins la caractère presque inéluctable et tragique de cette mort. A la place, on se retrouve avec un prétexte bâti sur des fondations pour le moins fragiles.

Le reste de l’épisode traîne en longueur pour la bonne raison que son déroulement est extrêmement prévisible.

Evidemment les parents sont dévastés, évidemment Gregory va en profiter, évidemment il parvient, malgré son échec, à attiser le ressentiment entre Maggie et Rick, puisque la guerre civile doit se produire pour fragiliser la situation avant d’introduire une nouvelle menace.

Gregory : ça balance pas mal

Dans tout ça, on peut retenir éventuellement Gregory. Il nous a refait son numéro rien rôdé avant d’enfin tirer sa révérence. Surtout, il y a la scène de la pendaison. On y retrouve une Maggie largement endurcie par toutes les tragédies qu’elle a traversées et on comprend son refus d’aider le Sanctuaire par pure générosité.

Ceci dit, en réfléchissant un peu, la meilleure solution face aux problèmes de transport et de nourriture et face aux dégâts causés par les intempéries, ne serait-elle pas simplement d’évacuer le sanctuaire et d’en répartir la population entre les trois autres communautés ?

The Walking Dead saison 9 épisode 1 critique

Difficile pour le moment d’imaginer la suite de la série quand Rick et Maggie n’en feront plus partie. Daryl n’a plus du tout la carrure d’un personnage central et il ne reste guère que Carol et Michonne pour tenter de faire tenir l’édifice.

Cette saison 9 profitera forcément de l’impact dramatique de ces départs et ceux qui regardent encore attendent avec une impatience mêlée de crainte de découvrir quel sort sera réservé à Rick Grimes, qui est depuis le début le cœur et l’âme de la série.

Du mieux, mais c’est pas gagné !

Sans faux-semblant, je continue encore largement à douter que l’intérêt relatif qui restait pourra lui survivre, mais je reconnais qu’il reste trop tôt pour en juger.

Cet épisode pose une honnête tentative de renouveau, qui se ressent dans la qualité des images et des dialogues, mais, pour le moment pas franchement dans l’intelligence des situations.

Reste à jouer sur l’horreur, le suspense et la tragédie qui s’annoncent pour la suite. J’espère de tout cœur que l’accent sera mis largement sur une menace extérieure bien traitée plutôt que sur une énième histoire de conflit entre factions et de visions contradictoires du futur et ce justement pour retrouver cet esprit qui marquait les débuts, quand il s’agissait encore du petit groupe dont Daryl regrette la dissolution.


Un commentaire

  1. Article très sympa à lire avec des paragraphes pertinents 🙂

    Difficile de s’exprimer sur l’ensemble de la saison 9 après la diffusion d’un seul épisode que j’ai personnellement bien apprécié même si deux trois choses m’ont un peu gênées . Fan de la série , et passionné de vintage , costumes de films et séries j’ai consacré deux articles à TWD sur mon blog où j’aborde les looks de Rick , Bob et Sacha .

    Pour les personnes que ca intereresse :

    https://www.lemondededjango.com/blog/categories/cote-series

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.