Xavier Niel présente 42 : une école d’informatique gratuite qui souhaite révolutionner l’éducation

Xavier Niel vient de dévoiler 42, une école de programmation ouverte gratuitement à 1000 élèves.

« Aujourd’hui, le système français ne marche pas », c’est sur ce constat cinglant que Xavier Niel base un éditorial qui va poser les bases de 42.

Il poursuit :

« Il est coincé entre d’une part l’université, qui propose une formation pas toujours adaptée aux besoins des entreprises mais qui est gratuite et accessible au plus grand nombre, et d’autre part les écoles privées, chères, dont la formation est assez qualitative mais laisse sur le côté de la route le plus grand nombre de talents, voire de génies, que nous pourrions trouver en France. »

Son objectif donc : modifier le système pour révolutionner la formation.

Xavier Niel : un nouveau coup dans la ruche

Le PDG de Free et président de 42 n’est pas du genre à lancer de grandes idées sans les réaliser.
En effet, au lancement de Free Mobile déjà (en janvier 2012), il avait mis le monde de la téléphonie mobile sans dessus dessous en proposant une offre résolument agressive face à la concurrence.
« Si vous payez plus, vous êtes des pigeons », avait-il lancé.
Free Mobile aura obligé les opérateurs a revoir leur politique tarifaire dans un passage qui aura été bénéfique aux consommateurs.


Aujourd’hui, Niel s’attaque à notre système éducatif pour offrir un modèle alternatif qui donne immédiatement l’image de dinosaure à l’ancien système.
Même le nom : 42, qui est la réponse à la « grande question sur la vie, l’univers et le reste » dans la série de livre de Douglas Adams le Guide du voyageur galactique, est une référence à la culture geek dont se réclame cette école.

Xavier Niel souhaite offrir une école 2.0 qui s’inspirera des grands principes du web collaboratif avec un système de peer-to-peer.
Il explique :

« Modifier le système, c’est d’abord apporter une formation différente qui ne repose plus sur les choses classiques que l’on voit depuis toujours, c’est à dire un professeur et des élèves, qui s’ennuient, qui en ont marre. Le système éducatif ne marche pas. On peut être en échec scolaire et pourtant correspondre à ce qui est un génie en informatique. On peut ne pas avoir le bac et pourtant devenir le développeur le plus brillant de sa génération. »

Les préinscriptions sont déjà ouvertes sur le site 42.fr et offrira un programme de 3 ans au coeur de Paris dans un lieu nommé le Heart of Code.

  • Plus d’informations sur le programme sur 42.fr (le site semble être victime de son succès ce matin)


Nos dernières vidéos

40 commentaires

  1. Pour ce qui concerne les notions plus évasives, du type communication ou marketing, qu’est-ce que ça va donner ? Des ingénieurs / techniciens purs et durs ou des profils plus nuancés ? A voir.

    En espérant que les quelques génies qui y seront déteindront sur les autres, et non pas l’inverse !

  2. J’ai vu un résumé de la conférence plutôt complet sur un site de buzz.
    L’école 42 repose sur 3 principes : égalité des chances et gratuité de la formation, cursus scolaire collaboratif privilégiant la créativité et l’émulation que l’amoncellement de savoir et, dernier point, une infrastructure pédagogique de pointe.
    Qui ne rêverait pas d’être dans une école gratuite formant les métiers numériques de demain derrière un iMac dernier cri ? 🙂

  3. J’ai vu un résumé de la conférence plutôt complet sur un site de buzz.
    L’école 42 repose sur 3 principes : égalité des chances et gratuité de la formation, cursus scolaire collaboratif privilégiant la créativité et l’émulation que l’amoncellement de savoir et, dernier point, une infrastructure pédagogique de pointe.
    Qui ne rêverait pas d’être dans une école gratuite formant les métiers numériques de demain derrière un iMac dernier cri ? 🙂

  4. Peut être qu’on va enfin arriver à fournir une génération compétente dans les métiers de l’informatique. Parce qu’en ce moment … C’est pas la joie.

    Ma boite essai de recruter et franchement …. les bac+3 à bac+5 qui se présentent … ça fait peur.

    Ils sont tous totalement en dehors des réalités des entreprises, leur bagage technique est réduit au strict minimum (en général, les toutes dernières technos sorties de 01Info, qui ne sont bien sur peu, voire pas utilisé dans les grosses boites), et leur faculté à se debrouiller et s’auto-former est quasi absente.

    Sans compter que pour la plus part, les métiers de l’informatique sont un boulot « alimentaire » qui ne les passionne pas, avec comme corollaire, un degrés d’initiative inexistant.

  5. Oué oué oué… Alors X.N. n’est pas non plus débile… il est où le retour sur investissement?
    Certes l’école est gratuite… mais qui paye? Rien que les locaux, le matos,… c’est un budget!

    Par contre vue la gueule de la photo… aller pas croire que quelqu’un va apprendre quoi que ce soit dans un open space de 1000 places.

    A mon avis cette école va faire 999 gachis et sortir 1 élève (talent) du lot.

  6. Est ce l’école dont parlaient Niel, Simoncini et Granjon en 2011 ou est ce un nouveau projet de Niel ? Ils me semblait avoir entendu que leur école allait être payante et chère….

  7. @Alex : et faut pas croire non plus qu’ils y aura 1000 iMac 😛 … ça sera surement du Dell ou autre 🙂

  8. Un grand bravo tout simplement, surtout pour la gratuité de la formation. J’aime beaucoup la philosophie de ce genre de personne. Il y en a trop peu en France.

  9. Li’dée est plus que séduisante et utilse. Comme dit amapi, on peut être inquièt quand on recoit certains candidats à l’embauche. Ils ne se rendent pas compte de leur lacune et demandent déja beaucoup…

  10. Je ne vois pas pourquoi on n’apprendrait moins bien dans un openspace, le monde évolue, l’éducation doit suivre

  11. On a donc un centre de formation à 20 millions(+ 5 de fonctionnement annuel) avec des formateurs débauchés à Epitech pour une promo de 1000 élèves par an qui payent nada pour être formés au développement informatique. A la sortie : aucun diplôme ! Le marché de la programmation est-il assez affamé pour les accueillir tous ou seront-ils tous embauchés chez Free ?

  12. Copier/coller de l’Epita il y a 15 ans avec les frais d’inscription en moins. Le programme est le même, les projets les mêmes (la fameuse calculette). C’est amusant…

    Cela ne résoudra pas pour autant le problème du recrutement. Un bon codeur ne se brade pas et les boîtes en France ne sont pas prêtes à payer pour de bons codeurs. Donc ils continueront d’avoir des mauvais, à prix discount. Avec ou sans diplôme, ça ne change rien, un mauvais codeur reste mauvais, qu’il soit passé au travers des projets de Nicolas ou pas…

    Pour devenir plus conventionnel et faire plaisir à la commission des titres, l’Epita avait dû se soumettre à un certain nombre d’enseignements imposés par l’Etat mais complètement inutiles. Le but ici est juste de recommencer à zéro, de s’affranchir de tout ça et pratiquer un enseignement façon boot camp. Je souhaite bien du plaisir à ceux qui vont s’y risquer, il vont passer 3 ans à bosser plus que jamais dans le reste de toute leur vie. Au final, pas sûr qu’ils en retirent un poste à la hauteur de leurs attentes, à moins de partir bosser à l’étranger.

  13. « Il est coincé entre d’une part l’université, qui propose une formation pas toujours adaptée aux besoins des entreprises mais qui est gratuite et accessible au plus grand nombre, et d’autre part les écoles privées, chères, dont la formation est assez qualitative mais laisse sur le côté de la route le plus grand nombre de talents, voire de génies, que nous pourrions trouver en France. »

    Haha je me marre, c’est vrai que l’université est le seul établissement public qui enseigne l’informatique et que les écoles privées sont réputées pour leur qualité^^.

    L’enseignement gratuit est toutefois une excellent chose bien qu’il implique forcément quelque chose en retour car rien n’est gratuit (si c’est gratuit, c’est vous le produit). Les futurs diplômés dont le diplôme ne sera nullement reconnu peuvent donc s’attendre à être employé comme esclave chez Free.

  14. Un coup de maitre de Xavier Niel, car il formera ces futurs développeur dans son école.
    Cet école va faire réfléchir les 2 grandes autres école d’informatique Supinfo et Epitech.

  15. Sacré Xavier Niel, notre Steve Jobs à la française ! On imagine déjà le discours d’ouverture : « Soyez fous ! Soyez insatiables !  » Mais au fait, quel sera le retour sur investissement de ce projet ?

  16. @amapi est né compétent à la naissance. Il n’a jamais eu aucune formation scolaire et professionnelle. Il a été productif dans la seconde de son entrée dans l’entreprise.

    Nous on est de la génération des incompétents, mais toi t’es juste un con.

  17. C’est un projet ambitieux, c ‘est le genre d’école qui donne vraiment envie d’apprendre ! La gratuité de la formation rend encore les choses plus intéressantes, c’est vraiment un coup de maître de la part de Niel. Espérons que les futurs milliardaires du mileu informatique sortiront de cette école

  18. @Michel Niel essaye de faire du neuf avec du vieux. Son concept n’a rien de novateur. Il essaye de faire une copie de l’Epita 20 ans après. Il ne suffit pas d’embaucher l’un de ses anciens piliers pour en recréer l’esprit.

    Niel occulte complètement le fait que la production de code ne se fait plus en France mais dans des pays offshores où la main d’œuvre est moins chère comme la Chine et l’Inde… Bref, se taper une formation comme ça pour faire du HTML payé au SMIC au bout, je vois pas trop l’intérêt…

  19. @cfd si c’est comme sur la photo, un immense open space de 1000 personnes.. non vraiment je pense que ca va pas etre simple d’apprendre qqc. Autant faire du elearning, pace que là le prof il va rien pouvoir montrer. Open space, oui, mais pas trop grand, sinon c’est contre productif, c’est bruyant, c’est usant, c’est fatiguant. On apprend mal quand on est fatigué et qu’on ne peut pas se concentrer.

    Sinon c’est marqué qu’il n’y a pas d’évaluation et pas de diplôme à la fin. C’est une utopie? Si les gens ne sont pas évalués, les gens ne font rien. Je suis inscris, je suis pris… j’ai plus qu’à attendre 3ans que ca se passe et je pourrai dire que j’ai fait l’école 42. Perso si y a pas la pression du redoublement, de l’obtention d’un diplôme, y en a qui vont rien foutre. Et même avec ce genre de pression, y en a qui foutent rien. De plus être pris à l’entrée, même avec une sélection, ne veut pas dire qu’on y arrivera et qu’on ne mériterai pas de redoubler (sinon le redoublement dans n’importe quelle école sur dossier ou concours d’entrée, n’existerait pas).

    Bref X.N. n’a fait cette école que pour former gratuitement des gens à bosser chez Free/Illiad. Mais il n’en embauchera pas 1000 par an, faut pas rêver.

    Donc c’est ce que je disais : 999 gâchis et 1 « talent » qui pourra bosser chez Free mais pas ailleurs vue qu’il n’a pas de diplôme.

    Et puis vue les millions que ca va couter par an… si tout est gratuit… l’école ne durera sans doute pas une éternité (sauf si elle devient payante, ou s il espère que les entreprises payent et pas les étudiants)!

  20. Le site internet de l’école donne envie et en même temps on a l’impression que c’est vraiment réservé à une élite, ce qui est contradictoire à ce que semble dire Xavier Niel. Sinon, j’approuve totalement le fait que trop peu de formations existent dans le domaine du numérique. Mais j’ai une question : y a -t-il un diplôme à la fin et est-il reconnu par l’État ?

  21. Je rejoins plusieurs commentaires précédents : qui finance tout ça ?
    Est-ce que l’auteur de l’article a une piste sur cette question qui me semble essentielle devant une annonce de ce type ? Si oui, peut-il nous en faire part ?

  22. il existe aussi de très bonnes écoles d ingénieur. en informatique gratuite avec un vrai travail à la sortie l ensimag en tete et toutes les ensi, central, telecom paris, int…

  23. Je salue cette initiative qui semble honorable dans un contexte où les jeunes sans diplômes (et même avec) ne trouvent pas de travail. Mais je me pose aussi la question à savoir ce que Xavier Niel attend en retour…

  24. J’aime bien les a priori négatifs : ça ne va pas marcher, c’est nul, déjà fait… je déjà sens qu’une grève générale est à l’étude 😉
    Sérieusement, du peu que j’ai lu du site il ne prétend pas partir de zéro, ni anéantir ce qui se fait par ailleurs. Donc vive les initiatives, et si celle-ci est bien née elle fonctionnera et qui sait, peut-être que quelque chose d’intéressant en sortira. Sinon : merci d’avoir essayé.
    Ceux qui ne font pas savent, et donc critiquent ; bon, ça occupe aussi.
    Au moins XN s’est posé des questions existentielles et… il pense avoir trouvé la réponse : « 42 » 🙂

  25. luckygulli

    C’est intéressant, mais ça semble orienté pour ceux qui arrivent pas à avoir le bac… Ou est-ce aussi une école où ils pourraient laisser les gens inventer ?

    Mais bon, en informatique, le mieux, c’est peut-être d’avoir des cours, mais aussi de faire travailler les jeunes ensembles pour qu’ils s’apprennent mutuellement les choses !

  26. Dommage que j’arrive à la fin de mes études, car j’aurais été très intéréssé par l’école même si c’est un peu un copier coller d’Epitech.

  27. Je m’auto-réponds à propos de la source de financement (vu qu’on est plusieurs à se poser la question) :
     » La création de « 42 » (dont l’achat d’un bâtiment de 4 200 m2 dans le XVIIe arrondissement de Paris) et les frais de fonctionnement pour les dix premières années seront intégralement pris en charge par Xavier Niel, pour des montants qu’il estime respectivement à 20 et 50 millions d’euros. »
    Vu ici : http://www.lemonde.fr/educatio.....73685.html

  28. Comme à chaque nouveau projet en France les critiques fusent avant de voir un projet en profondeur, et surtout d’en voir les résultats ! Pour avoir travaillé à l’étranger et avoir fait ce constat, cet esprit négatif et pessimiste me fatigue !
    Oui Xavier est un homme d’affaire, oui il va attendre des retombées financières…oui…oui…oui…mais si tout cela servait à nos nouvelles générations à se développer, s’épanouir, et réussir, alors pourquoi ne pas accepter tout cela !
    Préférez vous un financier qui vous aide à réussir, ou un philanthrope qui ne vous aide en rien ?

  29. Personnellement je précise que je trouve cela très bien aussi. Je m’interrogeais sur le mode de financement juste parce que j’aime bien comprendre comment ça marche !
    Et effectivement, devant la lourdeur de l’éducation nationale dans son ensemble (mais on pourrait faire le même constat pour Pole Emploi) s’il y a du changement de mentalité et de process à attendre, il viendra sûrement d’initiatives privées.

  30. 3 ans pour une formation qui pourrait être faite en un an.
    Si c’est pour refaire ce que d’autres école font déja, quel interêt ?

    J’aurai préféré quelque chose de plus ramassé, plus concret.
    Il faut pas 3 ans pour faire un développeur.
    Du grand n’importe quoi.

  31. Pingback: Le tour du Web #52

  32. Le fait que ce soit gratuit est une très bonne chose. J’ai l’impression, notamment au niveau de l’informatique, qu’il faut acheter son diplome (modèle américain qui est, soyons honnêtes, une catastrophe). Je pense que beaucoup de gamers/geeks vont fonder beaucoup d’espoir là-dedans, il va donc s’agir de faire un bon tri.

  33. Comment pouvez-vous être aussi dupé par cette présentation hyper calée sur des « keynote » à l’américaine, très orienté effet et promesse ? Il ne s’agit pourtant pas d’un simple produit dont le fonction est cadrée, il s’agit l’éducation, c’est à dire d’un apprentissage sur plusieurs années… le marché à certes Changé mais pas les humains. Leur capacités d’apprentissage sont les mêmes et le cadre qui leur est proposé jusqu’à présent a été réfléchis et mûri pour leur apprentissage. Que le marché ait évolué et ait besoin de produire en masse des produits de plus en plus et le moins cher possible, c’est une autre affaire.
    En plus cette présentation, c’est du vaporware. Le mot innovation y est répété 73 fois* et alors qu’il est déjà une chimère en soi, là il ne veut plus rien dire car quand même, dans leur discours, il n’y a que des vœux pieux, mais aucun indice de méthode concrète, pas de programme (3 axes aussi généraux que ça ne sont pas un programme). L’équipe ? Du vent aussi, aucun renseignements, le site comme le discours restent vagues… il va leur en falloir du monde pour encadrer tout ces étudiants… et pour les suivre surtout… Le site est assez évasif aussi, une architecture-objet très présente… ces salles démesurées, inhumaines, ce choix du tout Apple exclusif… ça ressemble plus à un concept mal réfléchi qu’à un vrai projet en développement.

    La notion de projet aussi, c’est très bien mais comment penser qu’on peut mener des projets en axant cela uniquement sur les développeur ? C’est vrai que le marketing a joliment enfermé le succès du mobile dans celui des « apps », un nom très « produit », simple et avec un autre nom simple :  » développeur » mais il faudrait être naïf pour penser qu’on peut mener un projet rien qu’avec un développeur… le développeur est une clé, du projet mais tout autant que l’ingénieur et le designer. L’important est de les manager pour travailler dès le début ensemble et non les uns après les autres…

    Bref, ici sur cette présentation bling bling, rien de ce qui pourrait faire l’intérêt d’un enseignement n’a été révélé… si c’est ça l’innovation, je repasserai. Pour la révolution aussi, probablement.
    Ce qui me surprendra toujours mais en fait non, c’est comment les médias dans une pure tradition de langue de bois relatent cette infos pur jus avec les mots révolution, innovation à faire gober, sans sourciller, sans jamais émettre un avis, une critique, ne serait ce que sur la forme de ce sous-show à l’Américaine, en l’occurrence mal choisi.
    Bref, je suis plus que sceptique et, devant la réception par une presse amorphe de cette annonce dont la forme si mauvaise ne laisse rien penser de bon sur le fond, je suis en plus agacé… mais boen ce n’est que mon avis et comme d’habitudes, je ne leur souhaiterais presque que de réussir.

    * pour les 73 fois du mot innovation, innover… c’est une estimation mais en y pensant, je me demande si elle est si exagérée, ça vaudrait le coup de compter réellement pour voir…

  34. Et voilà tout le malheur, les étudiants sont en général sous informés sur les possibilités qui leurs sont offertes. Moi même je ne les connaissais absolument pas avant ma deuxième année de prépa.
    Et pourtant il y en a du choix parmi les écoles ayant des cursus orientés (plus ou moins) vers l’informatique : Ensimag, Enseeiht, Enseirb, Telecom SudParis, la majorité des écoles du groupe Mines Paristech, les Centrales pour les post prépa, les Insa ou UT pour les post bac… Toutes sont publiques à moins de 1k€ l’année voire gratuites pour les boursiers.
    Ces écoles sont plus ou moins sélectives, une école comme l’Ensimag, probablement la plus réputée de France parmi celles spécialisées dans l’informatique est accessible pour un bon élève de prépa, d’autres comme l’Enseirb ou Enseeiht sont accessibles même pour un élève moyen de prépa.

Send this to a friend