Zéro papier = zéro réflexion, la tête dans le guidon

J’ai parfois quelques doutes sur l’idée répandue que l’informatique (et internet) nous rend plus productifs.
Bien sûr nous avons gagné et nous gagnons encore des sommes de temps considérables en réalisant à l’aide de logiciels et du web ce que nous nous tapions auparavant à la mano (je parle d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître), mais dans le même mouvement savons-nous combien nous en perdons en futilités ?

J’ai parfois quelques doutes sur l’idée répandue que l’informatique (et internet) nous rend plus productifs.
Bien sûr nous avons gagné et nous gagnons encore des sommes de temps considérables en réalisant à l’aide de logiciels et du web ce que nous nous tapions auparavant à la mano (je parle d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître), mais dans le même mouvement savons-nous combien nous en perdons en futilités ?

L’art de ne rien branler en prenant un air débordé…

Que celui ou celle qui n’a jamais grillé une journée de taff à errer sans but sur la toile, à zapper de blogs en vidéos, de jeux en emails, de Twitters en forums, à la recherche d’une information que jamais il ne trouva et dont surtout il ne se souvient même pas l’objet premier, me jette la première pierre.
Que celui ou celle qui n’a jamais éprouvé cette espèce de malaise teinté d’un vague sentiment de culpabilité à la fin d’une telle journée de glande (en plus du mal de cul et des fourmis dans les jambes) me jette la deuxième (pierre).
On sait tout cela, on n’en n’est pas très fier, mais on se rassure en se disant qu’avec un petit coup d’Excel on fait le travail de deux secrétaires comptables, et qu’on rattrapera le retard ce soir (devant Grey’s Anatomy).
C’est un débat sans fin que chacun pourra compléter à l’envi avec ses expériences personnelles.

Et la réflexion dans tout ça ?

Mais il n’y a pas que cela : je constate au fil du temps que mon obsession du zéro papier finit par jouer contre moi, et plus particulièrement contre ma capacité de réflexion.
Gné ?
Que je vous explique la chose : j’avais auparavant pour habitude de ne jamais sortir sans mon inséparable cahier de notes (référence Country Bloc bureau 100 feuilles 70g format 210 x 297 mm) que je noircissais rapidement à grands coups de notes sur tout et rien.
Ce cahier me servait surtout à consigner des idées en vrac sur différents thèmes pour ensuite les organiser. J’étais un adepte du brainstorming permanent, et je gérais ainsi ma réflexion personnelle, mais également les projets de groupe, en procédant en gros de la sorte :
– étape 1 : on définit un thème de réflexion
– étape 2 : on se réunit et chacun propose ses idées et ses réflexions : à cette étape il est impératif d’interdire toute forme d’organisation ou de construction de la réflexion. L’organisation nuit aux premières fulgurances de la créativité.
– étape 3 : on commence à trier les idées, puis à les organiser et enfin les hiérarchiser
– étape 4 : on fait une synthèse écrite qui est le résultat de la réflexion contenue dans les étapes précédentes et on la publie. Cela pourra être un business plan, un compte-rendu, un plan marketing, ou toute autre forme de document de travail.
Toutes ces étapes sont généralement consignées à la volée sur papier (mon fameux cahier, mais aussi un paperboard dans le cas d’un groupe) avant d’être mises en forme dans leur format définitif sur écran.
Le logiciel (Word, Powerpoint ou autre) arrive alors seulement en toute fin du processus créatif ou de réflexion.

Respire !

Avec ma manie obsessionnelle du zéro papier et du tout informatique, je constate que j’ai au fil des années tendu à supprimer progressivement les étapes 1, 2 et 3, au nom de l’immédiateté de l’accès et de la diffusion de l’information.
Disparus les brainstormings (avec moi-même en l’occurrence), à l’abandon le cahier de notes et la capacité à organiser sa réflexion… Tout va trop vite, le web est en ébullition permanente et nous prenons de moins en moins le temps de refermer de temps en temps le couvercle de la marmite pour respirer un grand coup.
Ajoutez à cela le fait que bloguer soit une activité éminement unipersonnelle et égocentrique (au sens étymologique du terme), et qu’elle se pratique avec les doigts dans la prise en permanence, alors qu’en général on réfléchit bien mieux à plusieurs, et voilà comment vous perdez peu à peu toute capacité d’analyse et de discernement…
Aucun dispositif électronique de prise de note (tablet PC, PDA…) n’est à mon sens pour le moment de nature à pouvoir remplacer un bon vieux carnet de notes, car aucun ne favorise autant la concentration. Personnellement je ne tiens pas très longtemps sans me laisser distraire et sans résister à la tentation d’aller voir mes mails ou mon Netvibes dès que j’ai un écran (connecté) à portée de main.
Les choses sont complètement différentes quand je m’assois à un autre bureau, vide, avec juste un stylo et un papier.
Là j’arrive très bien à me passer des tentations du web, qui me semblaient encore inévitables quelques minutes auparavant.

Et le blogueur devint con.

Si en plus vous êtes doué d’une certaine capacité à rédiger vite, bien, et facilement des notes d’une certaine tenue et pas trop désagréables à lire, le syndrôme de la tête dans le guidon vous guette : dans ma courte mais intense vie de blogueur, je n’ai que très (trop) rarement jeté les premières bases d’un billet sur le papier, je n’ai que trop rarement réfléchi plusieurs jours à la façon dont j’allais organiser et articuler un article avant de presser le bouton Publier, qui décidément me brûle un peu trop l’index.
Voilà comment le blogueur seul devant son écran devient con. Oui, moi le premier, je le dis avant que vous ne le fassiez.

L’heure de la révolte.

D’où cette notion de productivité que j’évoquais au début : certes le blogueur qui publie 7 articles dans une journée sera plus productif que celui qui n’en publie qu’un, mais de quelle sorte de productivité parlons-nous ?
L’heure de la révolte a sonné mes frères et soeurs : à compter de maintenant je résisterai à l’appel de l’écran, et je vais essayer de retrouver ma capacité sinon de réflexion (faut pas trop m’en demander non plus) au moins ma capacité d’organisation des idées.
Et cela passera d’abord par la réhabilitation de mon cahier de notes.
Référence Country Bloc bureau 100 feuilles 70g format 210 x 297 mm.


Nos dernières vidéos

43 commentaires

  1. Tu te poses beaucoup de questions existentielles dernièrement.

    Pour moi un projet (un module pour mon site, un changement de design, un dossier à rédiger…) commence toujours par une feuille A4 blanches avec un titre et si possible les données que je possède et ce que je veux sortir. Quand j’ai fini de remplir le recto et le verso il ne me reste plus qu’une petite journée de boulot pour développer tout ça…

  2. Rfly

    Allez, avoue c’est un publi-redactionnel commandé par le lobby du papier 🙂

    Ceci dis, c’est vrai, blogguer ça peut rendre un con 😀

  3. T’as bien raison, j’vais ressortir mon cahier de projets (à l’abandon) et me faire une p’tite chicha.

    Ca fait quelques heures que je reste sur le PC a rien foutre, pas bon pour la productivité 🙂

  4. Merci Eric, je crois que je vais aller fermer mon blog né il y a une semaine après cette – saine – lecture 😀

    Je suis de la génération Web et je ne contredirais certainement pas cette réflexion ; néanmoins Internet reste un vaste champ de recherche et un sujet perpétuel d’étonnement, au milieu de milliers de sources, d’articles et aussi… De gens.

    Parce qu’il suffit ! * smiley tout rouge de colère * Les bloggeurs, et les internautes surtout, ne sont pas qu’un écran et 10 doigts, mais aussi de vrais gens – si si, promis, juré, craché.

    A nous de prendre la mesure du phénomène, de faire la part des choses, et de savoir éteindre son pc de temps en temps – mais aussi son portable, son PDA, son mp3, juste pour lire un bon bouquin ou discuter avec son voisin dans le métro.

    Si si, ils répondent ! 😀

  5. Dans les Zéros-Papelardeux, Y’en a même qui dématérialisent leurs réglements par des virements interbancaires à l’aide de R.I.B. ou de R.I.P… des doux dingues

  6. @Arnaud : tu as raison, finalement je ne sais plus is je réfléchis trop ou pas assez, je dois avoir besoin de vacances, surtout
    @Louisa : ah non pas mon PDA 🙂

  7. Et le zéro papier avec la réflexion, c’est possible ou pas ?
    Je m’explique : prendre des notes, brainstormer, etc etc. oui mais sans abattre de forêt et à l’aide d’une tablet PC ou d’un PC hybride avec logiciel de prise de note adapté …
    L’un de vous a-t-il testé ? Qu’est ce que ça donne ? Perso j’attends avec impatience la sortie du DEEL hybride (non non je ne suis pas chez Dell et je n’ai pas d’actions non plus …) ;o)

  8. Eric, si, le PDA.

    Toute une soirée pour prendre l’air à la sauvage, comme un guerrier un peu fou, sans un circuit imprimé dans ses poches, allez, courage ! On est tous avec toi 🙂

  9. @Bertrand : j’ai essayé un peu tout, mais franchement même pour un militant convaincu du zéro papier comme moi, rien de tel qu’un bon vieux cahier à spirales pour noter et commencer à organiser ses idées, et surtout retrouver une capacité de concentration

  10. En tout cas, tu n’as pas perdu la capacité de mettre le doigt là où il le faut quand il le faut (au sens figuré bien sûr).

    Effectivement (ou malheureusement) mes journées perdues à naviguer sur la toile se compte maintenant en semaine (sur 5 mois de stage ça commence à faire beaucoup) et ma productivité n’en est que très affectée.

    Il est temps pour moi aussi de me remettre dans le droit chemin (mais le mien passera tout d’abord par notre bon vieux latex)

    Heureux de savoir que je ne suis pas le seul…

  11. Pour remettre ses méninges en marche, quoi de mieux que jeter un œil à mon mémoire de philosophie qui traite précisément de cette question ?

    J’y analyse la place accordée à la pensée sur Internet en partant de l’analyse de la culture des pionniers du net.

    Votre article est très intéressant car il résume bien les deux problèmes fondamentaux : 1) le fait qu’Internet soit pour le moins chronophage, or la pensée demande du temps 2) le fait que nous avons tendance à moins digérer l’information, et donc à ne pas se cultiver. La culture n’est pas le fait d’ingurgiter du savoir, mais de le travailler.

    D’ailleurs si cela peut vous rassurer, un Descartes et un Nietzsche (entre autres) écrivaient déjà le grand bien qu’ils prenaient à ne pas trop lire. Trop lire est chronophage, et le penseur à besoin de temps. Autre support, même problème 😉

    voici l’adresse :
    jbbourgoin.free.fr/oeuvre…

  12. bien au niveau du temps tu te rapproche de mes idées c est bien 😉 maintenant je suis quasi à 0 papier sauf pour le semainier … Parceque les pda ça me gave

  13. Excellent réflexion, Eric, je t’approuve entièrement.
    Rien de tel qu’un bon vieux cahier avec crayon à papier + gomme toujours à portée de main pour consigner des idées, dessiner des schémas rapidement, prendre des notes. Si possible un cahier anglais, avec des lignes simples sans quadrillage, et une marge!

  14. C’est marrant je me suis reconnu dans tes première phrase, en éspérant que j’ai toujours du temps dans les années qui viennent pour continuer à blogguer !

  15. "mais on se rassure en se disant qu’avec un petit coup d’Excel on fait le travail de deux secrétaires comptables"
    Oh le coup bas !!! elles/ils apprécieront ! 😀

  16. T’as bien raison Eric. Et moi je crois que je suis au stade d’après (arrête-toi avant) où je commence à avoir vraiment du mal à me concentrer longtemps sur un sujet, même loin de l’écran. ça devient un mode de penser (si c’est encore penser) de zapper toutes les dix minutes.

    J’ai donc pris les choses à bras le corps et j’ai viré mon PDA. Pouf. (snif). Déjà ça va mieux !! (sérieux). Moi j’ai de plus petites idées que toi : 13×8,5cm , mais je le mets dans la poche à la place du PDA 🙂 Je remarque, en quelques semaines, que je me souviens mieux de ce que j’ai écrit que de ce que je rentrais sur mon PDA, je sollicite davantage ma mémoire et la réflexion "revient" (certains diraient cependant que je suis toujours aussi con).

    Mais ouf, je me suis fait peur. Parce que le psy pendant des mois, ça coûte plus qu’un bloc de papier (format au choix, mais papier recyclé please).

    Au passage : merci pour tes billets, toujours sympas.

  17. En formation PHP, il nous était demandé d’éteindre les ordinateurs, et commencer la réflexion sur du papier, notamment la création de la base de données

  18. T’as raison Eric, le créatif doit survivre, le combat contre l’écran est engagé, revient devant ton poêle, ponds nous les dix commandements du cogito du stylo, this is time of brain.. 🙂

  19. Pour ma part je sais qu’il y a une réelle différence entre ma qualité rédactionelle sur papier et sur l’ordi. Sur l’ordi j’ai tendance à ne pas réussir à me concentrer, c’est assez étrange, dès que je suis devant l’écran mes idées sont plus dures à organiser, alors au final un truc qui m’aurai pris 10 minutes à écrire sur papier m’en prendra 20 sur l’ordi… et encore je pond pas toujours des trucs de qualité. Je dois avoir un blocage psychologique. 😀

    Maintenant ce que je fais c’est que je prévois ce que j’ai à écrire quelque jours à l’avance et quand j’ai des moments de trou (métro, bus, train etc…), je formule, j’organise les idées sur papier…

    Enfin dans ton cas je trouve que tu n’as pas trop de souci à te faire, ta manière d’écrire est agréable à lire et elle donne envie d’en lire plus. C’est un des seuls blogs dans lequel je lise tous les sujetss, et même les sujets qui en temps normal ne m’auraient pas intéréssés je les lis car tu arrives à rendre intéréssante des choses qui ne le sont pas nécessairement. : )

  20. Ca sent la procrastination à plein nez ici. Moi je dis que le problème ne vient pas du papier ou pas après c’est chacun ces solutions pour lutter contre le temps. Pour moi c’est une bonne liste d’objectif pour lutter contre la procrastination. Et pour ce qui est des brainstormings et tout ça ben là je suis encore trop la tête dans le guidon et j’ai pas trouvé encore de solution pour prendre le temps de réfléchir à ce que je fais, mais je ne désespère pas. Bon courage a vous tous dans votre lutte contre ce mal nouveau.

  21. laurent, exact sauf que pas pour moi. Lire ou écrire dans un truc en mouvement c’est vomi assuré en 5 minutes

  22. Dans mon cas (3h de transports en commun par jour, oui je sais mais j’aime ça), le bloc-notes petits carreaux A4 s’impose depuis des années. J’y étale des millions d’idées en germe, dont très peu trouveront le chemin de la réalisation (manque de temps oblige).
    Aujourd’hui, j’ai la possibilité de remplacer mon PC de bureau par un portable que je transporterais lors de mes pérégrinations. Ce serait un moyen de faire avancer ces projets tout en me faisant balader.
    Eh bien en fait je ne suis pas sûr d’avoir vraiment envie de devenir productif. Parce que le manque de temps est aussi un filtre qui permet de se concentrer sur les idées importantes ou de résoudre en quelques lignes des problèmes complexes qui nécessitent des pages et des pages de grattage de papier.
    Donc je crois que le cahier restera mon ami.

  23. @Eric:
    J’ai peut etre trouvé la solution qui va te faire changer d’avis pour le brainstorming sur pc : MindManager. (http://www.mindjet.com/fr/). Je te laisse le découvrir (démo gratuite).
    Personnellement, cela a changé ma façon de travailler. Gros avantage, le logitiel s’intégre dans Office.

  24. "Personnellement je ne tiens pas très longtemps sans me laisser distraire et sans résister à la tentation d’aller voir mes mails ou mon Netvibes dès que j’ai un écran (connecté) à portée de main.
    Les choses sont complètement différentes quand je m’assois à un autre bureau, vide, avec juste un stylo et un papier"

    +1 Tout à fait daccord, toute manière quand on voit le nombre d’applis webs "bouffeuses de temps" qui ne servent à rien (twitter, facebook…)

    Commencer un projet par une feuille de papier n’est pas archaïque mais bien essentiel!!

  25. La réflexion est en cause… pas l’utilisation du papier 😉

    Si le papier a autant d’effet sur toi qu’il t’aide à devenir moins con, la solution est facile. Mais s’il se révélait une façon d’utiliser les nouvelles technologies (sans utiliser le papier) et qu’à terme, tu retrouvais ce sentiment de devenir moins con au contact des blogues, tu plaiderais pour le papier-comme-outil-essentiel-pour réfléchir?

    Un autre que moi dirait que ce que tu nommes n’est qu’une simple régression. Moi je crois que ce n’est qu’un vertige…

    Celui qui accompagne le nécessité de devoir apprendre un nouveau machin-truc. Un idéateur (http://www.sem-experimentation.c... ) ou autre truc du genre???

    Enfin… de quoi je me mêle «cher collègue» 😉

  26. J’adore le papier, les stylos, les feutres, particulièrement pour le travail de groupe où c’est plus mobilisant que de regarder un ppt…
    Mais l’informatique a aussi beaucoup d’atouts – à condition de tirer le maximum d’outils choisis et de routines d’organisation, plutôt que surfer au hasard!
    On peut notamment révolutionner les méthodes de classement ou plutôt de recherche et avoir plus facilement plus d’infos à recouper quand on avance sur un sujet. On peut combiner PDA et ordinateur pour prendre des notes électroniques en toutes circonstances, que l’on peut éditer, relier, retrouver facilement. Avec des outils comme TiddlyWiki, la prise de note permet de croiser les idées, les synthétiser, les enrichir grâce à la structure Wiki, les tags, les liens, les mots-clefs, le moteur de recherche. Et puis les mind maps électroniques (FreeMind, MindManager etc), reliées les unes aux autres, avec liens, fichiers, filtres etc sont des outils puissants d’organisation de la pensée.
    Bref, papier et numérique sont plus complémentaires que concurrents, le vrai pb dans les deux cas étant de passer son temps à faire des choses utiles plutôt qu’à procrastiner, mais c’est un autre pb…

  27. Pingback: Au hasard des archives : Zéro papier = zéro réflexion, la tête dans le guidon

  28. Excellent cet article, et qui tombe très bien pour moi. Je n’étais pas encore presse-citronnaute a l’époque de sa première parution, merci donc les archives 🙂 Comme le Arnaud du premier comm’ , j’ai l’habitude de tout commencer sur du papier, puis de passer au dev. Sauf que j’envisageais sérieusement de laisser tomber mon carnet pour tout noter a la volée sur mon iPhone, histoire de gagner en productivité… Je crois que c’est râpé, je vais réhabiliter mon carnet, et lui présenter mes excuses pour avoir songé a le laisser tomber…

  29. Pingback: Tweets that mention Zéro papier = zéro réflexion, la tête dans le guidon -- Topsy.com

Répondre