L’information ne vous aura pas échappé (mais je n’en parle qu’aujourd’hui car hier je jouais aux petites voitures) puisqu’elle a déjà été reprise par des centaines de sites : Facebook a publié hier sa plate-forme de gestion de commentaires, proposée aux éditeurs de sites et blogs pour remplacer purement et simplement le système intégré à leur propre outil de publication.

L’information ne vous aura pas échappé (mais je n’en parle qu’aujourd’hui car hier je jouais aux petites voitures) puisqu’elle a déjà été reprise par des centaines de sites : Facebook a publié hier sa plate-forme de gestion de commentaires, proposée aux éditeurs de sites et blogs pour remplacer purement et simplement le système intégré à leur propre outil de publication.

fb comments Commentaires Facebook : quelques remarques

Les avis sur cette nouvelle fonctionnalité sont partagés, mais d’après ce que j’ai pu lire pour tenter de me faire une opinion (et voire même prendre une décision sur le sujet dans la gestion de ce blog et de mes autres sites), il semblerait qu’une tendance défavorable se dégage des discussions. Et ce pour deux raisons principales : d’une part Facebook n’a pas très bonne réputation dans le domaine de l’intrusion dans la vie privée, ensuite l’anonymat est une valeur centrale sur internet, et toucher à celle-ci est souvent très mal accepté. Comme le dit très bien Numérama « L’anonymat n’est pas une tare, c’est aussi un outil précieux de liberté d’expression ».

Mais avant d’aller plus loin, voyons un peu ce que propose la nouvelle plate-forme de commentaires Facebook.

Une meilleure distribution des commentaires

Le système de commentaires Facebook se substitue donc au système intégré dans un blog, via l’intégration d’une ligne de code que le webmaster collera en lieu et place de la balise appelant les commentaires dans son gestionnaire de blog. Si l’on regarde ce qui a été fait sur TechCrunch, on constate que la fonctionnalité n’est évidemment pas rétroactive et n’affectera pas les commentaires postés avant son installation, ceux-ci restant en place dans leur format initial. N’ayant pas encore testé une installation, j’ignore comment est gérée cette distinction.

Une fois installé, le module prend la main et permet donc aux visiteurs de poster des commentaires sous leur identité Facebook. Les commentaires sont simultanément publiés sur leur mur dans leur profil Facebook. Cette fonctionnalité, activée par défaut, est optionnelle et peut-être annulée en décochant simplement la case « Post to Facebook ». Une subtilité à remarquer cependant : en cas de réponse directe à un autre commentateur il n’y a pas de case à décocher, mais celle-ci n’est pas publiée sur votre mur. Il sera donc difficile de suivre un fil de discussion à partir de Facebook puisque les répliques directes entre commentateurs n’y apparaissent pas, mais juste les commentaires postés en réponse à l’article d’origine. Autre remarque : quand vos postez un commentaire dans un blog et que celui-ci apparaît sur votre mur Facebook, il reste isolé, la suite du fil de discussion n’apparaît pas non plus. Toutes ces précautions sont avant tout destinées à éviter le spam et la pollution d’un profil, mais ont un effet positif induit : inciter les membres de Facebook à se rendre sur le site d’origine pour suivre une discussion ou au moins en voir le sujet.

La fin de la « neutralité » des fils de discussion ?

Autre comportement à noter : le fil de commentaires sur le site d’origine ne s’affiche pas de la même façon selon que vous êtes connecté à Facebook ou pas. Ainsi si vous venez de poster un commentaire sur un blog, et que vous ou un de vos amis Facebook se rend sur ce dernier, vous verrez votre commentaire en haut du fil de discussion. Si vous n’êtes pas connecté ou pas amis, il s’affichera à sa « vraie » place, en bas du fil.

Une position à nuancer cependant, car intervient ici un autre paramètre : le « signal social », qui hiérarchise les commentaires en fonction de plusieurs critères comme le nombre de « like », le nombre de réponses, le nombre de signalement comme spam ou le nombre de suppressions. Autrement dit les discussions ne s’affichent plus passivement par ordre antéchronologique, mais de façon différente selon les membres. Je ne suis pas certain d’aimer beaucoup cela, préférant une bonne vieille liste « neutre » dans laquelle je preux me faire ma propre opinion sur la pertinence des réponses à un post.

Du côté de l’éditeur ou de l’administrateur du blog, plusieurs outils sont mis à disposition, ayant pour objectif la modération des commentaires. Ainsi il est possible de régler par défaut les nouveaux commentaires comme étant visibles par tout le monde ou ayant une visibilité limitée à l’auteur du commentaire et à ses amis. Il est également possible de bannir des membres et aussi de définir une liste noire de mots interdits. Cette possibilité semble ne pas plaire à tout le monde car elle est un peu rapidement assimilée à une fonction de censure, mais je crois que c’est un faux problème lié simplement à l’usage que l’on en fait : lister des mots ou des expressions grossiers ou vulgaires ou racistes ou en contravention avec la loi pour limiter la visibilité des commentaires qui les contiennent ne me parait pas totalement absurde. Les blogueurs font cela manuellement tous les jours, et les sites de grands médias payent des sociétés spécialisées pour le faire. Les plate-formes de blogs ont aussi ce genre de fonctionnalité. Après je reconnais qu’il est difficile de faire un réglage très pointu et qu’il y a un risque de faux positif. Dans ce cas on n’activera pas cette fonction, en espérant qu’il ne vienne pas à l’idée plus tard de Facebook-le-pudibond de le faire pour nous sans nous laisser le choix. Dernier détail sur ce point : un commentaire « modéré », c’est à dire caché par l’administrateur reste quand même visible pour les amis de l’auteur du commentaire.

fb moderation Commentaires Facebook : quelques remarques

Toujours au sujet de la modération, une fonction importante à mes yeux fait défaut dans le système Facebook : la possibilité d’éditer, c’est à dire de modifier un commentaire sans pour autant le supprimer. Cela ne m’arrive pas tous les jours mais je le fais parfois dans des cas bien particuliers : quand un commentaire que je juge pertinent contient une section ou une phrase malvenue, ou un lien litigieux ou ressemblant à du spam. Ne pas pouvoir modifier simplement une partie d’un commentaire (même si c’est de la modération très « subjective ») me pose problème.

Est-ce que je mettrai en place les commentaires Facebook ?

Je ne fais pas de réponse générale et définitive car je pense que tout est question de contexte. Sur Presse-citron pour le moment il n’en n’est pas question. Je ne dis pas que je ne changerai pas d’avis plus tard, mais je pense que les inconvénients sont en l’état plus nombreux ou importants que les avantages, principalement pour les lecteurs, d’ailleurs. Tout d’abord je n’imagine pas que les commentateurs (et les commentaires) dépendent de leur inscription à un quelconque service externe, fut-il Facebook. Rendre les commentaires « interdits » à celui qui n’est pas membre de Facebook – et je pense qu’il y en a encore quelques-uns parmi mes lecteurs – ne me paraît pas très fairplay. Les commentaires sur les blogs ont déjà en partie migré ailleurs, raison de plus pour ne pas ériger une barrière supplémentaire. Ensuite il y a l’anonymat. Même si celui-ci peut parfois poser des problèmes ou des désagréments, ces derniers restent marginaux et peuvent être gérés au coup par coup. Les filtres et possibilités de réglages de WordPress sont efficaces dans ce domaine. Tous les commentateurs anonymes ne sont pas des trolls, loin de là (et d’ailleurs tous les trolls ne sont pas anonymes), et il me parait vital que dans une communauté des avis puissent s’exprimer sans que leur auteur ne se dévoile. Il y a des raisons tout à fait légitimes à cela. Que celui qui n’a jamais commenté au moins une fois anonymement quelque-part lève le doigt icon smile Commentaires Facebook : quelques remarques

Autre inconvénient, assez effrayant quand on y pense : déléguer une partie de son contenu à un service tiers. Et pas n’importe-quel contenu ! Le contenu vital d’un blog, tout simplement. Je l’ai déjà dit à plusieurs reprises, les commentaires représentent plus de 90% du contenu de ce blog (plus de 118.000 commentaires pour 6800 articles). Que se passe-t-il si demain Facebook est hacké, ou disparait purement et simplement ? D’autre part quel est l’impact sur le SEO d’un site d’externaliser ses commentaires ? Ok, implanter le système de commentaires de Facebook semble favoriser une belle augmentation du trafic (dixit TechCrunch), mais les discussions participent de la densité du contenu, et il m’arrive fréquemment d’atterrir sur un site via un commentaire bien placé dans un résultat de recherche Google.

Question de contexte

Cela étant, comme je l’ai dit, tout est donc question de contexte. Ainsi si sur Presse-citron l’implantation des commentaires Facebook ne parait pas appropriée, il en va différemment pour d’autres sites. Ainsi vais-je certainement tenter l’expérience sur Sitebuzz, qui génère de nombreux commentaires nécessitant un travail de modération important. Ce n’est pas un blog personnel, il n’y a pas d’enjeu « affectif » et la plate-forme de commentaires Facebook ferait ici parfaitement son job de modération, d’identification et de diffusion pour une meilleure visibilité du site. Pareil sur Le Focus (même si c’est un peu mort en ce moment, faute de temps, comme toujours).

Je terminerai avec quelques remarques générales en vrac :

  • certains voient dans ce système la « fin des trolls ». Je n’en suis pas aussi sûr : il est facile de se créer plusieurs profils Facebook, dont un dédié à commenter sous une autre identité. Pas d’éradication totale des trolls poilus, mais un bon filtre, assurément.
  • à ce sujet, je pense que cette incitation à une multiplication des profils est favorable à la multiplication des navigateurs, auxquels on dédie à chacun une fonction avec des profils différents. C’est ce que je fais : j’utilise Firefox pour certaines tâches et Chrome pour d’autres, avec des identifiants différents (souvent pour tester des interactions entre différents profils, justement)
  • Facebook indique que son nouveau système de commentaires est destiné à « civiliser l’internet » (je paraphrase évidemment). Je crois surtout que c’est un autre moyen redoutable pour faire encore gonfler son nombre de membres
  • de nombreux sites nécessitent déjà d’être inscrit et identifié pour pouvoir commenter, pour des raisons de modération ou commerciales, et cela n’a jamais vraiment suscité de discussions
  • enfin j’ai noté un détail : l’annonce de cette nouvelle plate-forme a été faite sur le blog des développeurs de Facebook, et non pas sur le blog général (en tout cas pas au moment où j’écris ces lignes). Une segmentation peut-être temporaire mais qui autorise à penser que Facebook hésite peut-être un peu à faire une annonce « officielle » auprès du grand public, considérant que celui-ci n’est pas encore prêt pour le primetime.

Il y a en effet un risque pour Facebook : que cette nouvelle fonction fasse l’unanimité (ou la majorité) contre elle, que le public n’adhère pas et s’en méfie, que les éditeurs hésitent à l’implanter (ou au contraire l’implantent en masse et fassent fuir leurs plus fidèles contributeurs), que les discussions s’assèchent, et que tout ce joli bazar crée une situation de défiance qui revienne dans la tronche de Zuck comme un énième boomerang.