Facebook lance son intelligence DeepText AI, pour analyser vos textes

Toujours à la recherche d’optimisations pour son réseau social, Mark Zuckerberg dévoile une nouvelle facette de l’intelligence artificielle qui entourera son réseau social à l’avenir, avec DeepText AI.

Facebook ajoute une pierre à son intelligence artificielle

Le réseau social Facebook fait une nouvelle incursion dans le domaine de l’intelligence artificielle et dévoile qu’il utilisera désormais DeepText AI pour analyser les textes. Il s’agit d’une petite révolution d’après l’entreprise, car cette intelligence artificielle s’appuie sur un réseau neuronal et pourra s’affranchir des vieilles méthodes de programmation neurolinguistique comme le souligne le site ZDnet.

Mieux comprendre l’utilisateur, c’est un atout incontestable pour affiner le ciblage

Pour le réseau social, l’objectif de DeepText AI est d’analyser les textes qui seront postés par les utilisateurs, leur quantité, leur qualité et bien d’autres critères, de façon à offrir un outil de plus à Marck Zuckerberg pour améliorer ses services ou applications. Facebook a signalé que cet outil sera aussi plus réactif pour l’apprentissage des nouvelles évolutions de langage et ce, dans déjà plus d’une vingtaine de langues.

Pour mieux comprendre ce que sera capable de faire DeepText, prenons un petit exemple : « demain » et « 2m1 » un outil traditionnel ne comprendrait pas l’allusion, avec un outil comme cette intelligence artificielle, les langages de rue, argotiques, les abréviations, le langage SMS, les fautes, etc. deviendraient aussi limpides que de l’eau de roche et évolueraient en fonction des habitudes des utilisateurs, car certains mots sont parfois utilisés pendant des années avant d’intégrer un dictionnaire, certains ne le seront même jamais ! Comprendre le langage humain et les significations de nos mots, c’est l’arme ultime pour élaborer des assistants virtuels ou des bots efficaces, on comprend donc mieux l’enjeu de cette technologie.

Vers un système de modération globale par une intelligence artificielle

Mais ce n’est pas la partie la plus importante de DeepText AI. Le réseau social veut pouvoir mieux comprendre l’état d’esprit de l’utilisateur lorsqu’il écrit un commentaire ou publie un statut. L’entreprise souhaite aussi mieux appréhender les mécanismes qui lient une image et son commentaire. L’idée est de comprendre réellement l’état d’esprit d’un utilisateur et ainsi de pouvoir adapter les services selon ce paramètre. Il est également prévu que ce mécanisme permette d’adapter encore mieux le ciblage publicitaire, mais cela on s’en doutait un peu…

DeepText devra analyser les 400000 posts et les 125000 commentaires qui sont postés chaque minute afin de savoir quels contenus intéressent chaque utilisateur. On imagine que cela risque de ne pas plaire aux défenseurs de la vie privée…

Disposer d’une intelligence artificielle capable de comprendre parfaitement le langage humain aura un avantage certain pour le réseau social, cela réglera une épine dans son pied depuis des années : la modération. En effet, les propos haineux, racistes, sexistes, le harcèlement, etc. pourront être supprimés instantanément après leur publication. Certaines photos ou textes pourront aussi déclencher des alertes vers les services de police, comme la propagande, le terrorisme, les menaces de mort ou de suicide, etc.

Si ce sujet vous intéresse et que vous souhaitez avoir l’avis de Facebook directement, le réseau social a publié cet article. Pour ceux qui se disent : « on a encore le temps avant que cela marche« , sachez que Facebook a déjà commencé à l’intégrer et le système est en cours d’apprentissage grâce au Deep Learning…

Source


Un commentaire

  1. La programmation neurolinguistique ça n’a rien à voir avec ça, merci de corriger votre article et de penser à se documenter un peu 😉

Send this to friend

Lire les articles précédents :
euro2016
Euro 2016 : quels sont les joueurs les plus populaires sur Instagram ?

Cristiano Ronaldo, Zlatan Ibrahimovic, Gareth Bale, ou un autre... Quel est le footballeur qui compte près de 60 millions de...

Fermer