Google se lance dans la livraison de carottes et de poireaux

Google Express passe à une nouvelle étape de son développement, après avoir commencé à livrer des denrées non périssables, la firme a décidé de s’attaquer aux produits frais à domicile.

Capture : GoogleCommerce

Capture : GoogleCommerce

Les Californiens pourront profiter désormais de tomates fraiches, de carottes, de poissons ou de viandes à domicile en utilisant le service Google Express. Pour l’instant Google ne livrera que dans certains quartiers de Los Angeles et de San Francisco, mais ce service devrait progressivement s’étendre.

Ce secteur est déjà très concurrentiel car de nombreux acteurs sont dans la course comme les supermarchés, ou d’autres géants du web à l’image d’Amazon Fresh ou de Fresh Direct. La bataille pour s’imposer risque donc d’être rude pour Google Express. Google a fait le choix des commerces de proximité pour simplifier les courses et réduire le temps de livraison. Il n’y aura donc pas de grandes plateformes pour disposer de tous les produits, mais l’entreprise s’appuiera sur les petites épiceries de quartier.

Pour que ce service soit rentable, il y a toutefois quelques contraintes, pas question de simplement acheter une banane pour son déjeuner.  Le service fonctionne par le biais d’un abonnement de 2,99 dollars pour les abonnés (99 dollars) et de 5 dollars pour les utilisateurs occasionnels. Le panier devra également atteindre un prix minimum de 35 dollars. Le prix du panier n’est pas si élevé si l’on prend en compte qu’il sera possible d’acheter du poisson ou de la viande par exemple.

Pour l’instant le service Google Express couvre toute la Californie, le Midwest, Boston, Washington et New York et livre des denrées non périssables. La prochaine étape est donc de proposer la livraison de produits frais dans les mêmes endroits, puis de généraliser le concept aux États-Unis.

Source

Source 1

Répondre

Lire les articles précédents :
Swatch Apple Watch
Parts de marché : Les smarwatches dépassent les montres suisses

Pour Strategy Analytics, les fabricants suisses ont fait l’autruche.

Fermer