10 Conseils pratiques pour écrire en anglais sur son blog

Quand le chat n’est pas là, les souris dansent… Profitons de l’absence d’Eric pour publier sur Presse-Citron un contenu qui n’est, pour une fois, pas orginal. Il s’agit en fait d’une traduction (par ma pomme, soyez indulgents 😉 ) d’un très bon article publié sur Freelancer Magazine il y a quelques temps et retranscrit ici

Quand le chat n’est pas là, les souris dansent… Profitons de l’absence d’Eric pour publier sur Presse-Citron un contenu qui n’est, pour une fois, pas orginal. Il s’agit en fait d’une traduction (par ma pomme, soyez indulgents 😉 ) d’un très bon article publié sur Freelancer Magazine il y a quelques temps et retranscrit ici avec l’aimable autorisation de son auteur.

Ecrire en anglais lorsqu’il ne s’agit pas se sa langue natale n’est pas une mince affaire. Aussi est-il intéressant de recueillir des avis et des retours d’expériences de personnes ayant éprouvées les mêmes difficultés que nous avant de se lancer. Un avis intéressant, une démarche à suivre et une tripotée de bons liens et de ressources en tous genres pour améliorer son anglais, voilà qui est toujours bon à prendre, non ? 🙂

Clavier QWERTY


L’égalité des chances n’est pas un concept exportable en ligne. Bien que l’accès à l’internet soit ouvert à tous et que le coût nécessaire à la publication de vos pensées soit minimal, ceux qui ont l’anglais pour langue maternel ont un avantage énorme. Ils peuvent toucher le monde entier en écrivant dans leur propre langue. Pour ceux d’entre nous qui ne sommes pas des anglophones natifs, cela demande un peu plus de travail.

Je viens de Finlande, un pays de 5,2 millions d’habitants situé au tout au nord de l’Europe, juste à côté de la Suède et de la Russie. Alors, quand j’ai commencé à bloguer, ma décision fut simple : si je voulais toucher plus d’une poignée de gens, il fallait que je me lance en anglais. Si vous êtes français, espagnol ou chinois, vous êtes un peu plus encouragé à écrire dans votre propre langue, mais même là, le seul moyen de toucher la quasi-intégralité de la population de notre planète est d’écrire en anglais.

Ce n’est pas toujours facile, c’est pourquoi je partage aujourd’hui avec vous les 10 astuces les plus utiles et les plus pratiques pour écrire dans une langue étrangère que j’ai pu apprendre au cours de ma carrière de blogueur.

1. Lisez de l’anglais

Quand vous voulez maitriser une langue, vous ne pouvez jamais lire assez.

A chaque nouveau livre, petite histoire ou article que vous lisez, vous apprenez de nouveaux mots, de nouvelles façons de formuler vos phrases et autant d’idées pour utiliser plus naturellement la langue. Tout ceci atteind votre subconscient et commence tout doucement à devenir plus naturel, plus intuitif, jusqu’à ce qu’un jour vous réalisiez que vous commencez à parler en anglais : vous savez alors que vous êtes sur le bon chemin.

La façon la plus simple de commencer à lire de l’anglais en lieu et place de votre langue natale, est de choisir un livre qui n’est pas de l’ordre de la fiction et qui à trait à un sujet familier et intéressant à vos yeux. Tout ce qui sort de la fiction à tendance à être plus facile à lire (les auteurs de fiction utilisent des mots généralement compliqués pour toucher émotionnellement le lecteur) et lire un sujet qui vous est familier vous permet de deviner plus facilement ce que l’auteur essaye de dire lorsque vous ne comprenez pas tout à fait les mots qu’il emploie. N’utilisez pas de dictionnaire à moins que vous ne soyez obligé de le faire; passez simplement les parties que vous ne comprennez pas. Si votre lecture ressemble trop à du travail, cela risque fort de ne plus être drôle très longtemps et vous perdrez vite l’habitude de lire.

Voici quelques bons e-books gratuits avec lesquels vous pouvez commencer :

  1. The Medici Effect pa Frans Johansson
  2. Make a Name for Yourself par Scott Ginsberg
  3. Why’s Poignant Guide To Ruby : Bien qu’il s’agisse d’un livre sur le développement, c’est également une expérience de lecture totalement unique. Je vous suggère d’y jeter un oeil même si vous n’êtes pas intéressé par l’apprentissage du développement en Ruby.

2. Ecoutez les orateurs anglophones

Le blogging est une forme de prise de parole en public, ce qui explique que l’une des meilleures astuces pour rendre votre texte vivant est d’écrire comme si vous parliez.

Cependant, si vous ne parlez pas anglais quotidiennement, c’est un conseil assez difficile à suivre. Il y a malgré tout une chose que j’ai trouvé utile dans la pratique d’une écriture « conversationnelle »  : regarder et écouter les speakers anglophones.

Internet vient à notre rescousse grâce aux podcasts et aux vidéos de conférences. Choisissez vos orateurs favoris et écoutez-les délivrer leur message. Vous apprendrez non seulement sur leur manière d’utiliser la langue, mais également comment captiver l’audience et, tant qu’on y est, deux ou trois trucs concernant le sujet de la présentation.

Jetez un oeil à ces vidéos pour prendre un bon départ :

  1. Randy Pausch à propos de la gestion du temps
  2. Steve Jobs parlant aux élèves de Stanford
  3. Scott Ginsberg, vous explique comment être plus accessible, abordable sur NametagTV

3. Quand vous écrivez en anglais, pensez en anglais

C’est l’un des conseils les plus importants qui va distinguer le bon écrivain dans une langue qui n’est pas la sienne du mauvais. Le mauvais écrivain pense dans sa propre langue et essaye ensuite de traduire ses pensées. Malheureusement, ça ne fonctionne tout simplement pas : les expressions idiomatique, les règles grammaticales et les différences culturelles font d’un texte ecrit de la sorte un texte maladroitement construit et peu naturel.

Le finlandais est probablement l’un des exemples les plus extrêmes concernant la grammaire. En finlandais, nous concaténons une grande partie des mots ensemble (par exemple, une gare ferroviaire serait probablement appelée gareferroviaire en finlandais) tandis que l’anglais est plein de petits mots. Concernant la conjugaison, nous n’avons pas de futur. Nous n’utilisons pas non plus de prépositions, mais des suffixes… La liste d’exemples pourrait être étendue à l’infini.

C’est pourquoi, à chaque fois que je commence à écrire en anglais, je laisse toutes mes pensées finlandaises derrière moi et je ne me retourne pas. Dès lors, je prétends être anglais jusqu’à ce que le travail soit fini; ensuite seulement, je peux enfin retrouver le finlandais qui sommeillait en moi le temps d’un instant.

Je vous suggère de faire de même.

4. Ecrivez

Le meilleur moyen d’apprendre quoi que ce soit est de vous jeter à l’eau et de pratiquer. Concernant la pratique de l’écriture, c’est encore plus important. En fait, je vous donnerais le même conseil même à ceux qui songent à écrire dans leur langue natale. Mais, bien entendu, c’est encore plus important quand vous écrivez dans un quelconque autre langage.

Quand vous commencez à bloguer, vous devriez écrire quelque chose chaque jour pour mettre en place une routine. Après un moment, vous pouvez réduire un peu la fréquence (bien que, si vous voulez vous améliorer, garder l’habitude d’écrire quotidiennement aide beaucoup).

Ecrivez dans différents styles : listes, billets humoristiques,  billets plus sérieux, interviews et, si vous avez le temps, même un texte sans aucune relation avec votre blog, simplement pour avoir un peu plus de pratique.

5. Faites confiance à vos tripes !

Le cerveau humain est une machine incroyable.

Vous fournissez les matières premières en lisant, en écoutant les gens parler et en parlant à votre tour. Ensuite, vous commencez à écrire vos propres billets de blog et commandez à votre cerveau d’écrire en anglais. Et tout à coup, les mots commencent à fuser de votre cerveau droit vers le clavier.

Cela peut d’abord sembler un peu effrayant car vous ne savez pas comment vous avez appris tous ces tournures et ces jeux de mots que vous employez, et vous ne pouvez pas savoir avec certitude s’ils sont justes ou non. L’incertitude est le prix à payer pour essayer d’apprendre à utiliser la langue de manière naturelle. Vous devez juste y aller avec vos tripes et croire votre cerveau lorsqu’il ne cesse d’accoucher de mots que vous ignoriez même connaître.

J’écris le plus souvent de manière totalement libre dans un premier temps, en essayant simplement de coucher les mots et idées sur papier. C’est seulement après, lors d’une seconde phase de relecture que je retire les tournures qui me semblent trop incertaines ou bien que je les envoie à un ami pour voir si elles font sens ou non. La plupart du temps, elles font sens.

6. Relisez-vous

Quand vous avez fini d’écrire votre article et qu’il semble presque parfait à vos yeux, la prochaine étape est de vérifier les coquilles, les erreurs de grammaire et quelques phrases qui sonnent bizarre.

Le moyen le plus simple pour vérifier les coquilles est d’utiliser un correcteur d’orthographe :

  1. Si vous avez un éditeur de texte (Word, OpenOffice,…) vous pouvez utiliser le correcteur qui y est intégré.
  2. Si vous utilisez Firefox en tant que navigateur, vous pouvez utiliser le correcteur d’orthographe intégré.
  3. Une autre solution pour avoir un correcteur d’orthographe intégré à votre navigateur est d’installer la barre d’outils Google.
  4. Et si vous utilisez Worpress en tant que plateforme de blog, vous pouvez utiliser le correcteur d’orthographe qui y est intégré depuis la version 2.2

La vérification des erreurs de grammaires est un peu plus complexe. Habituellement, je vérifie d’abord la grammaire via Microsoft Word ou via un outil en ligne puis je la modifie manuellement. Pour vérifier manuellement votre grammaire, vous pouvez utiliser une checklist des erreurs de grammaires les plus fréquentes (en voici une autre) ou simplement le faire à l’oreille, selon que vous ayez confiance ou non à votre niveau connaissance de la langue anglaise.

Bien entendu, si vous voulez être sûr de vous, vous pouvez demander à l’un de vos amis anglophones de revérifier votre article une fois que vous avez fait tout ce qui est en votre pouvoir.

7. Ayez des amis anglophones qui n’auront pas peur de corriger vos erreurs

Le meilleur moyen d’apprendre à manier la langue comme un anglais natif est de discuter avec eux le plus possible. En faisant attention à leur façon de parler, vous allez apprendre les dictons qu’ils utilisent , l’argot et même les blagues qu’ils vous lancent. Tout ceci est important pour que votre anglais semble plus naturel, conversationnel et moins scolaire

Les messageries instantanées, les emails ou même les rencontres physiques, si possible, sont autant de façons d’apprendre de vos amis. Le meilleur dans tout ça est que vous pouvez le faire tout en passant un bon moment et en faisant connaissance avec de nouvelles personnes des plus intéressantes.

Lorsque vous appliquer l’astuce numéro 5, le fait d’avoir des amis anglophones pour pointer vos erreurs devient encore plus important. Mes tripes se trompent de temps à autre et dans ces moments là, je peux compter sur un ami pour me corriger. Lorsqu’ils me signalent quelque chose de bizarre dans mes billets, ils me le font savoir et me remettent dans la bonne direction.

8. Etudiez l’orthographe et la grammaire

Eh oui, je l’avoue, ça ne semble pas marrant du tout. Cependant, pour atteindre l’excellence il faut faire quelques efforts. Ce que vous apprendrez et la confiance en vous que vous gagnerez ce faisant en valent la peine. Allez chercher les livres que vous utilisiez en cours d’anglais lorsque vous étiez à l’école ou, si vous ne les retrouvez plus, cherchez quelques bons manuels scolaires à la bibliothèque la plus proche.

Et si vous voulez aller encore un cran plus loin, vous pouvez suivre des cours de langue. Assurez vous simplement d’en choisir un qui concerne principalement l’écriture créative, ce qui vous permettra d’atteindre vos objectifs plus rapidement.

Inutile cependant d’aller si loin pour avoir de bons résultats. De nos jours, il est possible de trouver à peu près tout ce que vous cherchez sur le Web et donc des outils pour apprendre l’anglais. Jetez donc un oeil à ces quelques liens :

  1. Visual thesaurus : Il s’agit d’une manière ludique d’améliorer votre vocabulaire en trouvant des synonymes et des mots associés. La page contient également des listes de mots et le mot du jour. Par exemple, je viens d’apprendre que le Sesquipedalian est un synonyme un peu soutenu de l’adjectif long.
  2. Plus de 40 astuces pour améliorer votre grammaire et votre ponctuation : Une longue liste de trucs et astuces dédiés à l’amélioration de votre anglais publié sur le blog Dumb Little Man.
  3. Dictionary.com : J’utilise le plus souvent Dictionary.com pour vérifier que les mots que j’emploie ont bien la sugnification que je leur prête. Mais ce n’est pas la seule utilisation que vous pouvez faire de ce site merveilleusement bien conçu : ils ont une fonctionnalité intéressante appellée dictionnaire inversé (reverse dictionary) qui cherche les mots pendant que vous tapez quelques mots-clé décrivant le sens du mot recherché ainsi qu’une bonne liste de ressources en ligne utile aux auteurs.
  4. The Economist Style Guide : Le guide donné à tous les journalistes qui écrivent pour le journal The Economist. Beaucoup des conseils qui s’y trouvent sont également applicables au blogging.

Avec des services en ligne comme ceux cités ci-dessus, vous remarquerez bientôt que l’apprentissage de l’anglais est une activité plutôt amusante qui nourrit votre curiosité et votre appétit pour l’écriture.

9. Virgules et traits d’union, des pièges délicats

Les virgules sont difficiles à mettre en place de manière appropriée, quant au trait d’union, son emploi relève de l’hérésie.

Chose rassurante : même les blogueurs anglophones natifs ne les utilisent pas toujours à bon escient. Mais cela signifie-t-il pour autant que vous n’avez pas à vous en occuper ? Certainement pas ! Si vous voulez être un bon écrivain, vous devez également essayer de manipuler des choses plus complexes.

Occupons nous en premier du cas du trait d’union : aucune règle définitive concernant le bon emploi de cet outil de ponctuation n’existe à cette heure, ainsi, la règle que j’ai adoptée est de ne jamais l’utiliser. Lorsque vous bloguez, vous pouvez toujours utiliser les mots en un seul morceau et ainsi ne jamais faire de mauvais emploi du trait d’union.

Malheureusement, vous ne pouvez pas survoler le problème des virgules et de la ponctuation aussi facilement. Tout ce que vous pouvez faire est vous documenter sur leur emploi et toujours vérifier plutôt deux fois qu’une la ponctuation de votre texte.

  1. Astuces pour l’utilisation des virgules chez Dumb Little Man.
  2. Les 4 principales règles à suivre pour utiliser correctement les virgules chez About.com.

10. Detendez-vous !

Dernière astuce et non des moindres : détendez-vous et profitez du plaisir d’écrire. Pour être un bon auteur, vous devez fournir beaucoup d’efforts, mais vous n’avez pas à tout apprendre du jour au lendemain. Donc lorsque vous mettez tout ça en pratique, ne paniquez pas. Ecrivez simplement le meilleur contenu que vous pouvez avec le niveau de connaissance dont vous disposez à l’heure actuelle. Mettez le tout en ligne sur votre propre blog et apprenez petit à petit.

Tenez, quand vous y pensez, le blog est une plateforme idéale en cela qu’elle permet facilement de vous faire pardonner de vos erreurs : nombre de vos lecteurs ne sont pas natifs de pays anglophones et ne vont pas remarquer les petites erreurs que vous pourriez commettre avec les prépositions ou les virgules par exemple. De plus, de nos jours, les gens sont de plus en plus occupés. Ils n’ont pas le temps de s’arrêter à chaque mot que vous écrivez. Alors que ça peut être assez ennuyant dans le sens où vous ne pouvez pas attirer leur complète attention, cela veut également dire qu’ils ne vont pas non plus remarquer toutes vos erreurs.

Donc détendez-vous, amusez-vous et partagez vos pensées avec le monde entier ! 😉


Note d’Eric : je sors de ma sieste estivale pour vous suggérer un complément de lecture à cet article, sur le même thème : Bloguer en plusieurs langues pour élargir son audience : 10 éléments fondamentaux à prendre en compte.


Nos dernières vidéos

76 commentaires

  1. Rien qui ne soit évident somme toute 🙂
    Le problème vient surtout de l’enseignement pathétique de la langue anglaise en France et de la très mauvaise habitude de vouloir doubler films et séries, ce qui change de nos jours progressivement.

    Comme il est dit plusieurs fois dans ce post il faut surtout ne pas avoir peur de faire des erreurs.
    Il vaut mieux mal parler/écrire mais y aller plutôt que d’attendre d’être parfait pour se lancer.
    (gros soucis de notre apprentissage des langues ou l’on nous demande bêtement d’apprendre des tonnes de grammaire par cœur que personne ne saura jamais employer par la suite)

  2. j’écris souvent en anglais pour mon boulot

    un site à mettre dans ses bookmarks : http://www.wordreference.com

    vous cherchez un mot à traduire ? wordreference vous donne la traduction de base + toutes les déclinaisons possibles en fonction du contexte ainsi que les expressions associées

    Il y a même un forum où vous pouvez demander pour des les équivalents des expressions françaises

    Eg.

    Essayer c’est l’adopter !

    To try it is to love it!

  3. Bonsoir chers tous,

    L’apprentissage de la langue et des langues : mon métier !
    Allez hop, quelques billets de mon cru sur ce thème :
    Un zeste de savoir-lire : http://transtextuel.wordpress......voir-lire/

    Rosbif tendre à l’extérieur, coriace à l’intérieur : http://transtextuel.wordpress......interieur/

    Et en français aussi, s’améliorer ne cause jamais de tort :
    Ecrire en français, tu peux pas test
    http://transtextuel.wordpress......-francais/

    Je vous épargne les kilos de liens récoltés sur le thème, mon blog et mon délicious vous tendent les url !

  4. Article excellent et riche en ressources. Il vient tout juste à point pour moi, car je veux publier des versions anglo de certains de mes blogs.

    Malgré une longue expérience de la langue anglaise au travail et dans ma vie personnelle, au moment d’écrire, les mots ou les expressions appropriées semblent s’évanouir dans le cyber espace.

    Merci encore !

  5. Franchement, le meilleur moyen d’apprendre l’anglais, c’est de regarder des films ou séries en anglais et sous-titré anglais !
    Et quand un mot nous échappe, on le google-traductionne 🙂
    J’ai maintenant un excellent niveau d’anglais, grâce à ça.
    Je parle également régulièrement avec des amis anglophones sur internet (chat ou de vive voix).
    Concernant le trait d’union, moi non plus je ne l’utilise pas, mais c’est vraiment similaire à une parenthèse 🙂

  6. tres bon article bravo!
    quand j’ai commencé mon blog je me suis posée la question de la langue…je parle anglais, français et espagnol courament…et je me demandais s’il fallait écrire en 3 langues ou bien juste une mais laquelle…
    Même si le français n’est pas ma langue natale, je vis en France ajourd’hui.
    L’anglais n’ettant pas ma langue natale non plus j’ai fini par la choisir pour mon blog. Justement pour toucher le plus de monde possible.
    Je lis beaucoup d’articles en anglais, j’ai fait de la traduction dans certains sites il y a quelque temps, et je regarde beaucoup de films/series en anglais sans sous titres, et je voyage… c’est vrai que ça aide!

  7. par contre je pense qu’on ne peut pas mettre à disposition des lecteurs d’un blog le même contenu en français et en anglais par exemple

    la culture anglo saxonne n’est pas la même que la culture française (voir techcrunch us et techcrunch fr)

    qu’en pensez vous ? (ceux qui écrivent déjà en anglais pour leur blog…)

  8. Ouais j’avoue que comme beaucoup, je me suis posé la question. Pour des blogs high-tech, ça me parait envisageable. En revanche dès qu’on tape dans du texte plus littéraire, c’est déjà pas évident de cracher sur le papier des articles stylistiquement parfaits au rythme que l’impose le blog, alors d’ici à y arriver à le faire en anglais, il y a pour ma part un chemin encore bien long 😉
    Très bon article sinon.

  9. tbon article
    sorry
    excellent article 😉
    and that’s a good idea ! a version of « presse-citron » in english ! great

  10. Bel article! Votre astuce 1 est la plus important (et je me demande c’est pourquoi cette article est en français?)

    Je recommande:
    Collected essays, journalism and letters of George Orwell.
    Strunk and White’s Guide to style.

    La chose plus difficile dans l’anglais pour les francophones sont les rythmes de notre parole, donnait par les stress interieurs des mots. La poesie anglaise peut aider l’appreciation de cette qualité particulier d’anglais. Essayez Tennyson en haut voix par example, hors copyright donc ses oeuvres complet trouvé facilement en ligne. Ceux qui voulaient écrire bien l’anglais doit maîtriser cette proprieté de la langue.

    http://charon.sfsu.edu/TENNYSO.....dewax.html !

  11. Pour moi la meilleure facon d’apprendre l’anglais reste de voir des séries en VO non sous titré, en commencant par Friends (une des plus faciles à comprendre). Même si au début on ne comprends rien (ce qui fut mon cas), ca finit forcément par rentrer ! Arrivé à la saison 10, je comprenait 80% des dialogues 🙂

  12. Très intéressant, mais ça ne suffira pas à ce que je trouve la motivation nécessaire pour que je me lance !

    J’éprouve déjà pas mal de difficultés à répondre à « mes » visiteurs quand ils déposent un commentaire dans la langue de Shakespeare. Enfin, je m’y efforce quand même…

  13. Personnellement, je ne lis régulièrement que les blogs techno en français. Aucun blog en anglais dans mes signets. Je viens de remarquer ça. L’anglais oui si on veut toucher plus de monde, mais vas t-on toucher les bonnes personnes succeptibles de nous lire et de nous suivre? Une question à se poser longuement avant de foncer tête baissée.

    Pour ce qui est des séries, c’est bien de les regarder en anglais mais finalement ce n’est qu’un début. Le meilleur moyen reste de toute façon de s’immerger dans un pays de langue anglaise. Même en ayant regardé toutes les séries possibles, quand tu débarques la première fois en pays anglo-saxon, tu galères 5 minutes… ou plus… 😉

    Je précise que j’habite en Nouvelle-Zélande.

  14. Deeder

    PatatoOor > Des évidences, certes, mais pas toujours évidentes à mettre en place. C’est toujours bon d’avoir quelques ressources pour aider à se lancer. 🙂

    Peter > Très bon site, en effet. J’y fais moi même quelques sauts au besoin.

    John Smith > Les séries sont également un bon moyen d’exercer sa compréhension, mais ça ne suffit pas pour savoir s’exprimer en anglais convenablement. 🙂

    Scrubs > Il y a toujours le même potentiel de lecteurs que sur un marché plus local, mais décuplé à l’échelle de l’expansion de la langue. Donc oui, quelque soit la langue, on touche un public, mais plus la langue est répandue, plus ce public est large.

  15. @Deeder : C’est sûr que les séries ne suffisent pas…il faut aussi lire en anglais, écrire en anglais, parler en anglais, et déjà avoir les bases de grammaire, de syntaxe et de conjugaison.
    Personnellement, quand j’ai commencé à voir des séries et films en VO, j’avais déjà un bon niveau d’anglais, donc c’était surtout pour solidifier mon accent et mon vocabulaire.
    Maintenant, je doit dire que c’est ça qui m’a vraiment aidé…j’ai obtenu un score de 965/990 au TOIEC, et je le dois en parti à ça 🙂

  16. Très bonne traduction!

    C’est bien, tu as répondu à mon appel de traduction quand j’en ai parlé sur amicalement-web :p

    Il faut aussi se dire, que l’anglais est la langue du travail international et de l’informatique. Peut-être qu’un jour le système éducatif français le comprendra et qu’on nous apprendra autre chose que des verbes irréguliers

  17. L’avantage et l’inconvénient de l’anglais c’est que l’on touche un marché plus grand, ce qui veut dire qu’on aura aussi plus de concurrents …
    Presse-Citron, qui est sur un pseudo-marché « local » (attention, le nombre de francophones est quand même élevé) serait-il plus rentable en anglais ? Il devrait faire face à des sites américains, anglais, hongrois, indiens … qui seraient peut-être plus réactifs ? Plus complets (peut-être parce qu’ils disposeraient de plus de moyens) ?

  18. « Un blog en anglais c’est bien, un blog en anglais géolocalisé c’est mieux. »

    Je viens juste apporter ma petite expérience personnelle, qui vaut ce qu’elle vaut: ayant une petite dizaine de sites dont certains multi-lingues, j’ai remarqué que la géolocalisation faisait une énorme différence au niveau du positionnement.
    Par exemple j’ai 2 sites franco-anglais, l’un géolocalisé, l’autre pas et on tous 2 des URL composées de mots anglais. J’ai remarqué que lorsque l’on tapait leur nom, l’un est apparu dès la 1er semaine dans la 1er position des résultats google.com alors que pour l’autre (non-géolocalisé) il a fallut plusieurs mois avant même qu’il n’apparaisse dans le moteur. Pourtant ils sont dotés des même caractéristiques (en terme de SEO).

    Tout ça pour dire qu’un blogeur qui a son serveur en France et qui a un blog en anglais, par avec moins de chance, qu’un blogeur qui a sont serveur au USA, en terme de positionnement (hé oui pour être lu, faut être vu), même pour des choses aussi basiques que le nom de domaine. Alors que pourtant seul la langue devrait compter 🙁

    Avaez vous déjà personnellement fait ce genre d’observations, ou alors c’est juste moi qui hallucine?

    Bonnes journée

  19. Très bon article, plaisant et instructif.
    Je relève cependant quelques fautes au passage:
    4.  » à ceux qui vous songent à écrire  » …?
    6. WordPress version 2.2 et non 22.
    7. astuce et non « artuce »
    8. journalistes et non « jourlanistes ».
    En tout cas, merci pour la découverte !

  20. le français c’est pour les nuls, et je n’ai pas attentu ce post chez le presseur de citron pour écrire tous mes articles en Anglais, grâce à cela, mon travail a été reconnu dès les premiers posts alors qu’en 5 ans de blogging en Français ne m’apportait rien : je m’explique avec plus de détails :
    mon (notre) site parle de musique (plutôt artistes anglophones), au départ, nous voulions partager ces découvertes musicales en France, car ceux ci sont peu médiatisés et peu desservis en raison de la politique culturelle de la France et de l’enfermement culturel de la population Française en général. J’ai (nous avons) appris tous les inconvénients à nos dépends : blog peu visité, peu connu, récoltant le plus souvent les sarcasmes, l’indifférence et le total mépris des uns et des autres. ça a duré 4 ans !
    Quand j’ai décidé de tout remettre en Anglais et de placer le serveur aux Etats Unis (aujourd’hui au Canada), du jour au lendemain les sollicitations (professionnelles) sont venus nous submergés, notre réseau professionnel s’est élargi avec beaucoup plus de facilité et d’aisance, je n’ai même pas à lever le petit doigt pour recevoir des invitations à assister des concerts, à faire des interviews, ce sont les maisons de disques, les agences, les artistes eux mêmes qui viennent vers vous, étonnant non ? alors qu’en France, je n’ai jamais reçu le moindre CD promo d’une seule maison de disque, aujourd’hui nous en recevons des dizaines par mois et tous signés !
    travailler en France nécessite de s’appuyer sur un réseau d’amis, de connaissances et de promotion canapé, ça se voit quand j’étais dans le spectacle avec les pires difficultés que j’aais pour monter un concert : c’est à peine si on vous répond au téléphone quand vous prospectez des salles de concerts, c’est à peine si on vous regarde quand vous demandez la disponibilité d’un artiste pour une date…
    Aux Etats Unis, ce sont les artistes qui viennent jouer… chez vous ! Non là bas, on se prend pas la tête, on se prend pas pour des stars même si on s’appelle Bob Dylan ou X Y Z, on sait rester des gens simples et ouverts d’esprits, toujours chaleureux avec les autres et toujours l’envie de partager sa passion et surtout de croire en des projets quels qu’ils soient fussent-ils irréalisables, c’est ça le rêve Américain. L France c’est un cauchemar, c’est un cauchemar de paperasses administratives, c’est un cauchemar de conversatisme et de corporatisme. Et je ne suis malheureusement pas le seul à le penser.

    l’Exception Française… elle est belle !

    donc écrivez Anglais, Espagnol, Chinois, Japonais ou Zoulou, vous serez toujours lu et beaucoup plus lu qu’en France avec les Français.

    Je vous laisse méditer tout cela.

  21. Deeder

    Guillaume > Merci, c’est corrigé. Je suis parfois un peu dyslexique sur les bords, surtout avec un post aussi long. 🙂

    PH > Il est possible que ça joue sur le référencement en effet, mais je n’ai jamais eu l’occasion de faire un comparatif réellement rigoureux. La plupart des serveurs que j’utilise sont localisés en France.

    Alias+Docteur+House > Il est très difficile de perscer dans le domaine culturel français. Mais tu parles là plus d’une question de culture et de mentalité que de technique véritablement. Tout dépend du contenu que l’on souhaite éditer et chacun voit midi à sa porte. 😉

  22. @Deeder: il n’y a pas que dans la culture que cette difficulté à s’intégrer existe en France. je dis pas percer, mais bien intégrer. pour percer, il faut faire une grande école, être un fils à papa, un sourire brice de nice et le talent d’un J. Kerviel
    les compétences ne suffisent pas en France, le seul truc qui marche c’est le nombre de noms dans ton répertoire et la taille de ton portefeuille 😉

    revenons à la technique si tu veux : écrire en Anglais nécessite de s’imprégner de la culture anlgo-saxonne, ne pas se limiter aux séries US et films US remplis de clichés car vous serez vite limités, lisez plutôt (beaucoup) les blogs anglo saxons liés à vos thématiques.
    c’est le conseil que je vous donne.

  23. Alias+Docteur+House n’a pas totalement tord… Cependant, je doute que ce soit réellement la mentalité qui change aux USA: avec ton site en anglais, tu touches le monde entier. En français, tu touches… les francophones !
    Je pense d’ailleurs à faire la même chose que toi, à mon plus que modeste niveau.
    @Deeeder: Pas de soucis 😉 Tout le monde fait des fautes.

  24. Hello Amis Gaulois,
    J’ai lu avec beaucoup d’intérêt vos commentaires sur ce très bon article.

    Je ne tiens pas de blog en revanche je bosse actuellement sur un site et nous le programmons en anglais alors que nous sommes deux petits franchouillards.

    Le truc c’est que ce site sera ouvert à tous et le choix de l’anglais devrait permettre de plus facilement estomper les barrières de la langue. Cependant, ce genre d’initiative n’est pas toujours bien perçu par nos compatriotes: souvenez vous FB avant la version française…

    On est très preneur de vos réactions.

    « Cheers »

  25. Il existe aussi la solution de la traduction par des professionnels, cela ne coûte pas si cher que ça, et en tout cas c’est une manière peu coûteuse de créer du contenu…

  26. Tiens, il y a une chose qu’on a oublié de dire: les français, nous sommes spécialement des quiches en anglais… Prenons un Norvégien moyen et un français moyen, le niveau du mangeur de boulettes de viande en anglais est souvent bien meilleur que celui du mangeur de grenouilles…

    @Krisox: des ebooks en allemand? Je dois en avoir quelque un (en fouillant dans le fond de mon disque). Tu cherche quel auteur?

  27. @PH: En fait je ne cherche pas d’auteurs en particulier, mais plutôt des pas trop compliqué au niveau du vocabulaire. Etant nul en allemand, j’aimerai m’entrainer en lisant des ebooks.

  28. Bonjour,

    Sympa comme article, mais il ne faut pas oublier aussi d’en faire la promotion, et au contraire d’un blog en Français, un blog en anglais est SUPER dur à faire connaitre…

    Pour info voici un article qu’Olivier Rolland a écrit pour conseilsmarketing.fr qui explique justement comment sortir un blog en Français et en anglais, avec les différences et surtout le coût !

    En effet le ROI d’un blog en anglais n’est pas facile (surtout si on le fait traduire), et la manière de le promouvoir est différente :

    http://www.conseilsmarketing.f.....n-francais

    Bonne lecture.

  29. Très instructif merci!

    En toute transparence, je travaille chez GymGlish (www.gymglish.com) qui propose des cours d’anglais par internet. Et en lisant ce post, je ne peux m’empêcher de vous encourager à tester notre approche pédagogique qui permettra (aux plus curieux!) de mettre en application __quotidiennement et sans douleur__ la plupart des conseils énumérés: lire, écouter, se détendre (scénario ludique avec des personnages récurrents), correction, blog en anglais…

    Je serais ravi d’avoir vos retours.

    Adrien

  30. Pingback: Darklg Web (darklgweb) 's status on Tuesday, 18-Aug-09 08:57:17 UTC - Identi.ca

  31. sans parler que les revenus publicitaires et les annonceurs sont meilleures niveau anglais, ils sont mieux rémunérés. grâce à la version anglaise de CTNMUSIC, je vois enfin le bout du tunnel 5 ans après !

  32. @Alias+Docteur+House

    Pourquoi Antivir me donne une alerte de suspicious code qd je vais sur ta page d’accueil? (HEUR/HTML Malware suspicious code). Faux positif?

  33. Très bon article, qui pourra me servir dans d’autres domaines que l’écriture d’articles (in english) sur mon blog ! Beaucoup de bonnes idées, merci !

  34. Un article assez complet , je pense que pou écrire en anglais il faut avant tout éviter de traduire depuis le français car c’est le meilleure moyen d’écrire quelque chose n’ayant pas le moindre sens

    ensuite je plussoie x100 le conseil à propos des amis anglais ou anglophone , c’est la meilleure chose à faire et vous apprendrez beaucoup de vos erreurs

  35. @PH: Il paraît (j’ai lu ça quelque part et il y a longtemps) que nous sommes moins doués nous les français en anglais car dans notre langue nous utilisons des fréquences différentes. Il faudrait donc un temps d’adaptation conséquent pour s’habituer à faire des sons différents.

    @ED: Nan, perso, ça ne me gène pas. Mais quand un site sort une version internationale avec différentes langues, on aime être dans les premières à sortir. Par exemple, les versions dans différentes langues des différents Windows sortent d’abord en Anglais, Espagnol et Français (je crois) et les autres un peu plus tard. Et bien nous aimons ne pas sortir après ^^

  36. @Alias+Docteur+House

    mouais… bof, bof. Du coup moi qui suis avec la dernière version de firefox je n’ai pas continué à cause du warning d’antivir 🙁

  37. Pingback: 10 Conseils pratiques pour écrire en anglais sur son blog

  38. Je confirme que le top, c’est de regarder les séries en VO sous titrés.
    On commence à avoir un bon niveau lorsque l’on se rend compte que la traduction ne colle pas tout à fait à ce qui est dit!

  39. C’est ma 1ere visite sur ce site et franchement, je suis scotché. Superbe site et article excellent. Bravo !!!

    Je suis d’autant plus intéressé par ce post que je travaille en anglais depuis peu, que je suis des cours online et que j’essaye d’améliorer mon niveau…
    Qui plus est, j’ai en tête la création de blog alors pourkoi pas en anglais… Yes, I can do it !!!

  40. En Belgique il existe depuis une dizaine d’années une séquence sur les radios publiques qui s’appelle « le plan langue » où il y a une chanson super populaire du top 50 du moment qui est « sous titrée » en voix off avec le français traduit et l’anglais répété en sur-impression de la musique … une super manière de bien comprendre les paroles !

  41. Pingback: tribords.com

  42. De nos jours, l’anglais tient une place si importante dans notre vie, en particulier dans le monde réel et du travail.

    J’ai regardé tes conseils, ils m’ont beaucoup aider, je vous remercie beaucoup.

  43. Pingback: Traduire votre blog du francais a l’anglais

  44. Appears it’s finally gonna warm up again … Advertised . must have been a wild winter 2010 on county. Is seems almost like spring time won’t come suddenly! Anticipating summer months months ahead !

  45. Pour moi la meilleure facon d’apprendre l’anglais reste de voir des séries en VO non sous titré, en commencant par Friends (une des plus faciles à comprendre). Même si au début on ne comprends rien (ce qui fut mon cas), ca finit forcément par rentrer ! Arrivé à la saison 10, je comprenait 80% des dialogues

  46. Un article assez complet , je pense que pou écrire en anglais il faut avant tout éviter de traduire depuis le français car c’est le meilleure moyen d’écrire quelque chose n’ayant pas le moindre sens
    ensuite je plussoie x100 le conseil à propos des amis anglais ou anglophone , c’est la meilleure chose à faire et vous apprendrez beaucoup de vos erreurs

  47. Un article assez complet , je pense que pou écrire en anglais il faut avant tout éviter de traduire depuis le français car c’est le meilleure moyen d’écrire quelque chose n’ayant pas le moindre sens
    ensuite je plussoie x100 le conseil à propos des amis anglais ou anglophone , c’est la meilleure chose à faire et vous apprendrez beaucoup de vos erreurs

Répondre