Suivez-nous

Applications

À cause de cette application, 11 millions de prisonniers en potentiel danger

Telmate, l’application pour les prisonniers, continue d’essuyer les critiques. Et vient maintenant s’ajouter une faille de sécurité.

Il y a

  

le

 
Telephone Appel
© Unsplash / Franck V.

C’est un marché très lucratif sur lequel Global Tel Link est installé depuis des années et continue de maintenir sa domination. Le système pénitentiaire et ses détenus la connaissent très bien, cette entreprise propose des services d’appel aux détenus, depuis quelques années disponible depuis une application appelée Telmate permettant de contacter par appel et SMS ses proches de façon autonome.

Il y a cinq ans déjà, GTL contrôlait 50 % de l’industrie des télécommunications pénitentiaires aux États-Unis, pour 1,2 milliard de dollars avec son service d’appel aux détenus. Une position de force qui n’a jamais réussi à l’entreprise, son image étant déjà au plus bas. Cette semaine pourtant, un nouvel incident d’une grande importance a été révélé dans la presse. L’application Telmate a connu une faille de sécurité sur sa base de données, laissant libre d’accès un répertoire de plus de 11 millions de détenus.

Des informations (très) sensibles

Les données potentiellement divulguées sont très nombreuses. À l’origine de l’enquête, un chercheur en cybersécurité de Comparitech. Sur le service GettingOut de Telmate, au début du mois d’août, l’homme a découvert une base de données non sécurisée. En plus de contenir les fichiers de plus de 11 millions de détenus, cette base de données stockait 227 millions d’enregistrements de message, l’identité de chacun avec leur nom complet, leur religion, infraction, leur situation relationnelle, les médicaments qu’ils prennent et bien plus encore.

La faille ne fut pas sans risque. L’expert de Comparitech expliquait en ce début du mois de septembre que Telmate avait pu résoudre le problème en seulement quelques heures. Mais à partir du moment où ce dernier avait découvert la faille, une période suffisante avait dû passer pour laisser des personnes malveillantes récupérer ces données très sensibles, mettant en danger chacun des prisonniers dans leur vie privée. De plus, pour les établissements pénitentiaires, de potentielles cyberattaques au phishing pourraient avoir lieu. Sur la base de données, les adresses mail et physiques tout comme le numéro de téléphone des prisonniers étaient disponibles.

Critiques sur ses prix et son respect des données personnelles

Ce n’est malheureusement pas la première fois que Telmate et Global Tel Link essuient de tels soucis. Par le passé, la société a connu une débauche de critiques, notamment au sujet de ses prix pratiqués pour les appels. De nombreuses familles de personnes incarcérées avaient voulu faire porter leur voix dans les pages du New York Times, du Washington Post, de Bloomberg Business. L’affaire en avait même atteint des instances comme la Federal Communications Commission (FCC).

Pendant des années, la FCC mena différentes politiques pour que Global Tel TLnk limite ses prix. La Prison Policy Initiative, réunissant plusieurs avocats de la défense avait jugé que GTL possédait « des pratiques de facturation choquantes qui font que les frais d’appels réels sont bien plus élevés que les tarifs nominaux publiés ». Il était parfois mesuré des appels de 15 minutes facturés 17,30 $ US (14,63 €). Pour sa défense, la société justifiait ces coûts élevés par la nécessité de surveiller en toute sécurité les appels. Un autre point, sur lequel Telmate et GettingOut en disent long sur le respect de la vie privée et des données personnelles, à l’ombre d’une exposition au grand public.

Antivirus Bitdefender Plus
Par : Bitdefender
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *