Un agent de la DGSI vendait des informations top secrètes contre des Bitcoins

Un policier qui appartenait à la Direction Générale de la Sécurité Intérieure (DGSI) a été placé en détention provisoire vendredi dans une sombre affaire d’Etat : il aurait vendu sur le darknet des informations sensibles à des membres du crime organisé contre une rémunération en Bitcoin.

Agent de la DGSI et Bitcoin

(c) Pexels – Pixabay

Il vendait ses informations à des trafiquants d’armes

Selon les informations relayées par le Parisien, un agent secret français aurait décidé d’arrondir ses fins de mois en commercialisant sur le darknet des milliers d’informations sensibles qui intéressaient aussi bien les trafiquants d’armes que les le monde de la drogue. Il aurait également été impliqué dans une affaire de confection de faux documents administratifs.

Il aurait été ainsi en contact avec des « membres du crime organisé » français, qui le rémunéraient avec des crypto-monnaies pour conserver son anonymat. D’autres clients tels que des spécialistes de l’intelligence économique auraient aussi fait appel à ses services. Le Parisien affirme cependant qu’aucun lien avec le terrorisme n’a été mis au jour.

Placé en détention provisoire

Il aurait été finalement placé en garde à vue le 26 septembre à Nanterre, en banlieue parisienne, afin d’être placé hier en détention provisoire. Cet agent qui appartenait à « une division sensible du principal service de renseignement intérieur français » a d’abord été détecté par une unité de la police judiciaire. Celle-ci a ensuite transmis le dossier sensible au service de sécurité interne de la DGSI qui a réussi à identifier le coupable par un système de contrôle des accès internet.

> Lire aussi :  A Nice, un homme échange ses Bitcoins contre 2M€ de faux billets

Sans que l’on ne sache précisément les faits qui lui sont reprochés, la divulgation de données « secret défense » sont passibles d’une peine de 7 ans d’emprisonnement et 100 000 euros d’amende.

Source


2 commentaires

  1. Le bitcoin n’a rien de confidentiel , d’où sa place de leader .Toutes les transactions depuis son départ et à sa fin sont inscrit dans son hash .
    Après les forces de l’ordre ont des logiciels qui permettent de faire des recoupements en un lapse de temps très court .
    Logique qu’il se soit fait couillonner .

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.