Suivez-nous

E-commerce

Amazon prolonge la suspension de ses activités en France jusqu’au 5 mai

Le géant de la tech demande aux salariés de ses centres de distribution français de « rester chez eux » jusqu’au mardi 5 mai.

Il y a

  

le

 
Amazon Prime livraison
© Amazon

C’est un coup d’arrêt dans une période pourtant très faste pour le e-commerce en France. Vendredi dernier, la cour d’appel de Versailles a confirmé l’ordonnance du 14 avril du tribunal de Nanterre, qui avait décidé qu’Amazon devait s’en tenir à la vente de produits essentiels durant la pandémie de coronavirus.

En conséquence, Amazon a annoncé ce lundi via un communiqué la prolongation jusqu’au 5 mai de la suspension de ses activités dans l’Hexagone. Les 10 000 salariés de l’entreprise en France sont invités à rester chez eux jusqu’à cette date et ils « percevront leur plein salaire », précise l’entreprise.

Les salariés d’Amazon en grève aux États-Unis

La justice française a donc donné gain de cause aux syndicats de la compagnie qui réclamaient une réelle évaluation des risqués liés au virus. De son côté Amazon estime que ces « centres de distribution en France et ailleurs dans le monde sont sûrs. » Et l’entreprise de contre-attaquer en arguant que la décision : «  nous conforte dans l’idée que l’enjeu principal n’est pas tant la sécurité, que la volonté de certaines organisations syndicales de tirer parti d’un processus de consultation complexe avec les comités sociaux et économiques ».

Amazon reprend également le même argumentaire dont elle a précédemment fait usage. Dans sa décision donnée vendredi, la justice a en effet fixé l’astreinte que devrait payer la compagnie à 100 000 euros par infraction. En clair, lors de chaque vente qui sort du cadre des produits jugés indispensable en temps de crise (high-tech, informatique, bureau, santé et soins du corps, nutrition, épicerie, boissons et entretien…), Amazon serait contraint de payer cette pénalité.

Le géant du e-commerce juge celle-ci trop élevé car « un taux infime de traitement accidentel de produits non-autorisés, de l’ordre de 0,1%, pourrait entraîner une pénalité de plus d’un milliard d’euros par semaine. »

L’entreprise se veut toutefois rassurante  et les clients pourront « toujours commander plusieurs millions de produits auprès des entreprises indépendantes qui vendent sur Amazon et au travers de notre réseau logistique mondial. »

Ce moment est en tout cas très difficile à gérer pour Amazon qui doit par ailleurs faire face à une série de grèves lancées aux États-Unis par des salariés qui réclament eux aussi une meilleure protection face au coronavirus, ainsi qu’une amélioration de leurs conditions de travail.

Amazon Prime Video
Par : Amazon Mobile LLC
4.5 / 5
2,2 M avis
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Partenaire : Samsung

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests