Suivez-nous

Tech

Amazon suspend son logiciel de reconnaissance faciale (et interdit à la police de s’en servir)

Amazon a annoncé la suspension temporaire de Rekognition, son logiciel de reconnaissance faciale utilisé par les forces de l’ordre.

Il y a

  

le

 
Amazon Rekognition employés
© Amazon

Alors que l’américain IBM vient d’annoncer l’arrêt de ses projets sur la reconnaissance faciale, Amazon a indiqué qu’il suspendait lui-même l’exploitation de son logiciel Rekognition par les autorités américaines.

Lancé en 2016, Amazon Rekognition est un logiciel de reconnaissance faciale qui permet l’identification des visages, des objets ou de texte ainsi que la comparaison des personnes avec un panel présent dans une base de données. Depuis quelques années, plusieurs autorités américaines utilisent ce dispositif qui fait polémique.

Une suspension d’un an pour Amazon Rekognition

Plusieurs associations comme l’ACLU affirment que le logiciel n’est pas fiable et qu’il reproduit des biais humains racistes et discriminants —comme le montre une expérience réalisée sur les membres du Congrès américain. Depuis deux ans, l’organisation se bat pour que le groupe Amazon stoppe ce projet, là où ce dernier s’est défendu en annonçant qu’il se penchait sur un projet visant à encadrer cette technologie controversée.

C’est désormais chose faite, du moins temporairement. Dans un communiqué daté du 10 juin, Amazon annonce la suspension de Rekognition. Le groupe indique : « Nous avons plaidé pour que les gouvernements mettent en place des réglementations plus strictes pour régir l’utilisation éthique de la technologie de reconnaissance faciale, et ces derniers jours, le Congrès semble prêt à relever ce défi. Nous espérons que ce moratoire d’un an donnera au Congrès suffisamment de temps pour mettre en œuvre des règles appropriées, et nous sommes prêts à apporter notre aide si on nous le demande ».

Pendant un an, la technologie de reconnaissance faciale d’Amazon ne pourra donc plus être utilisée par les autorités américaines. Seules des organisations qui ont vocation à retrouver les enfants disparus ou à éviter l’esclavage continueront à pouvoir se servir de Rekognition, précise la société dirigée par Jeff Bezos.

Si cette décision emboîte le pas à celle du groupe IBM, elle est justifiée par les mêmes raisons. Il y a plus de deux semaines, l’Afro-Américain George Floyd est décédé sous la pression du genou d’un officier de police. Outre les nombreuses manifestations qui ont lieu depuis sa mort, les entreprises se questionnent elles aussi sur les problématiques liées au racisme et à la discrimination.

Que ce soit IBM ou Amazon, les deux sociétés cherchent désormais à éviter que leur technologie respective ne puisse intégrer des biais racistes contribuant à des arrestations comme celles de Floyd ou d’autres.

Nicole Ozer, directrice des technologies et libertés auprès d’une branche californienne de l’ACLU a réagi en annonçant : « Il aura fallu deux ans à Amazon pour en arriver là, mais nous sommes heureux que l’entreprise ait enfin reconnu les dangers que pose la reconnaissance faciale pour les personnes de couleur, ainsi qu’en termes de droits civils en général ».

Amazon Prime Video
Par : Amazon Mobile LLC
4.5 / 5
2,2 M avis
1 commentaire

1 Commentaire

  1. Dwalin

    11 juin 2020 at 16 h 42 min

    Les biais racistes sont un gros problème mais même quand on saura les résoudre il ne faudra pas pour autant juger la reconnaissance faciale acceptable ! Bonne décision mais pas pour la bonne raison !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Partenaire : Samsung

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests