Suivez-nous

Vidéo

Amazon, Twitter, Facebook… Ils déclarent enfin la guerre aux deepfakes

Un par un, les géants du web se décident finalement à entrer dans la guerre contre les deepfakes. On aurait tendance à dire qu’il était temps…

Il y a

  

le

 
Des visages utilisés par Google pour détecter les deepfake
© Google

Les deepfakes font parti des défis technologiques des prochains mois et même des prochaines années. Selon certains experts, d’ici quelques mois, tout le monde ou presque pourra en produire et avec une très bonne qualité. A l’heure actuelle, les usages concernent surtout le contenu pour adultes, comme énième illustration de la « règle 34 », selon laquelle, « si ça existe, il y a du porno à ce sujet ». Mais, cela ne rend pas la situation moins problématique. Il y a quelques semaines, Google avait déjà annoncé son intention de partir en guerre sur le sujet. Le géant de Mountain View est désormais rejoint par d’autres acteurs majeurs de la high-tech.

Les deepfakes dans le viseur

On a dans un premier temps eu droit à Facebook et Amazon qui ont annoncé le « Deepfake Detection Challenge ». L’idée est d’aider la croissance du machine learning pour le rendre plus apte à détecter rapidement les deepfakes.

Ainsi, Facebook vient déjà de dévoiler 5 000 vidéos sur un total de plus de 100 000 qui seront, à terme, destinées à aider à lutter contre les deepfakes. Un avant-goût avant le lancement officiel du challenge au mois de décembre prochain. Amazon de son côté, offre un soutien technologique mais aussi de l’hébergement dans le cloud.

Les deux entreprises rejoignent Microsoft, le MIT, le New York Times ou encore l’université d’Oxford.

Par ailleurs, dans un registre différent, Twitter embraye aussi sur ce sujet. L’entreprise va introduire de nouvelles réglementations pour lutter contre les deepfakes qui pourraient causer une menace pour la santé d’une personne. Cette nouvelle législation concerne aussi des photos ou de l’audio qui pourraient être postés sur Twitter avec la même intention qu’un deepfake. Dans un premier temps toutefois, une période de test va être menée avec la possibilité pour certains utilisateurs de réagir aux évolutions de la situation. Pour rappel, Twitter avait déjà banni les deepfakes pornographiques depuis 2018.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

1 commentaire

1 Commentaire

  1. Dar

    23 octobre 2019 at 20 h 50 min

    n’oubliez pas que Twitter et Facebook ont affirmé qu’ils autorisent les fake news politiques sous forme de pubs 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests