Suivez-nous

Tech

Amazon voudrait bien vendre des médicaments

Vous pensiez que le vapotage était avant tout un problème de santé publique ? Apple montre qu’il existe d’autres façons de peser sur le débat.

Il y a

  

le

 
amazon
© Unsplash / Christian Wiediger

Amazon n’arrête plus. L’entreprise de Jeff Bezos semble bien décidée à étendre sa toile dans toutes les directions ou presque. Il y a quelques jours, on vous parlait de la possibilité offerte aux enseignants de vendre leurs cours sur Amazon (contre une commission). Quelques semaines plus tôt, ce sont les influenceurs qui étaient dans le viseur de la plateforme de e-commerce. Et si on en croit les dernières informations, ce sont désormais les pharmaciens qui vont pouvoir commencer à craindre le pire pour leur fonds de commerce.

Amazon joue au pharmacien

Pour Amazon, la ventre de médicaments c’est une histoire qui commence à remonter. En 2018, l’entreprise avait acheté « Pillpack », une compagnie spécialisée dans la livraison de médicaments. Or son nom vient de connaître une sérieuse évolution. Jusque-là, on parlait de :

  • Pillpack, an Amazon company.

Mais, les choses viennent donc de changer. Le nouveau nom de l’entrperise est :

  • Pillpack, by Amazon Pharmacy.

Pourquoi est-ce important ? Tout simplement parce que c’est la première fois que Amazpon Pharmacy est mis en avant. On peut donc imaginer que Jeff Bezos s’apprête à faire de sérieuses annonces et qu’une nouvelle division d’Amazon va être mise sur le devant de la scène. Le PDG de Pillpack est aussi devenu un des vice-présidents d’Amazon durant l’été. Vous excuserez du peu.

Reste désormais à savoir comment Amazon compte gérer ce marché. A travers ses boutiques physiques, comme revendeur pour des pharmaciens ou bien comme une immense pharmacie en son nom propre. En France, la profession est plus réglementée et cela pourrait donc poser de sérieuses difficultés. Une situation qui serait d’ailleurs aussi problématique dans d’autres pays. Mais, attention. Il y a quelques années, dans l’Hexagone, la profession de taxi était aussi très réglementée. L’arrivée d’Uber puis des autres services de VTC a prouvé que la disruption ne s’arrêtait pas aussi facilement.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests