Apple supprime des applications de son App Store chinois pour ne pas fâcher les autorités

À la demande du gouvernement de Pékin, Apple a été obligé de supprimer plusieurs applications de l’App Store chinois, dont Skype.

Drapeau chinois

Selon le dernier rapport de l’ONG Freedom House, la Chine est le pays dont l’Internet est le moins libre au monde, devançant de peu la Syrie et l’Éthiopie. Selon les critères attribués par l’ONG, l’empire du Milieu obtient la note de 87 cette année, 0 étant la meilleure note et 100 la moins bonne. En comparaison avec les années précédentes, le score du pays ne bouge que très peu. Au-delà du rapport réalisé par Freedom House, la censure des apps et du web et l’interdiction des VPN est monnaie courante en Chine. Alors que Facebook est complètement interdit, le pays se retrouve souvent en conflit avec de grandes firmes ou des apps de messagerie telles comme WhatsApp et Telegram. Cette fois-ci, Reuters indique que c’est Apple qui a été victime de la véhémence chinoise.

Le 21 octobre, la firme américaine a annoncé qu’elle avait retiré plusieurs de ses applications de l’App Store, en raison d’une demande du gouvernement chinois. Un porte-parole d’Apple a par la suite déclaré à Reuters : « Nous avons été informés par le ministère de la Sécurité publique qu‘un certain nombre d‘applications de voix sur IP ne sont pas conformes à la législation locale, donc ces applications ont été retirées de l‘App Store en Chine ».

Skype fait partie des applications interdites en Chine

Dans le lot d’applications retirées, la plus célèbre est certainement le service permettant de passer des appels téléphoniques et vidéos, Skype. Depuis le mois d’octobre, des utilisateurs avaient remarqué plusieurs problèmes lors de l’utilisation de l’application de Microsoft. Ils savent maintenant pourquoi puisque le New-York Times rapporte que cette suppression a provoqué une indignation de la part des utilisateurs, qui ont bien vite compris la manœuvre du gouvernement.

Avec cette dernière interdiction, Skype rejoint donc Gmail, Facebook, Snapchat, Twitter, Telegram et certainement bien d’autres au rang des services populaires désormais interdits sur le territoire chinois.

 


Nos dernières vidéos

Un commentaire

Répondre