Suivez-nous

Internet

Apple apporte une première réponse au bug de Gatekeeper

Un bug a été découvert lors du lancement de macOS Big Sur, et avec lui la question des données personnelles est revenue sur le devant de la scène.

Il y a

  

le

 
Apple Big Sur macOS
© Apple

Lors du lancement jeudi dernier de macOS Big Sur, la toute nouvelle version de l’OS Apple pour Mac, ce dernier a subi un bug. En effet, les utilisateurs qui avaient fait la mise à jour dès son lancement n’ont pas pu ouvrir leurs applications tierces. La raison ? Un protocole de sécurité défaillant. Pour comprendre, il faut savoir comment s’ouvre une application sur un Mac.

À chaque utilisation l’application envoie un certificat à l’ordinateur pour « prouver » qu’il s’agit bien de l’application originelle et que ce n’est pas une copie malveillante. Ce système permet d’éviter de télécharger et de lancer de fausses applications qui sont en réalité des virus. Un système très pratique donc, qui a de plus fait ses preuves avec le temps, même s’il a des failles.

La question des données personnelles

Ce système c’est le Gatekeeper, il assure la sécurité de l’ordinateur lors du lancement d’une application. Mais sur la toute première version de BigSur, il avait un bug. En effet, le Gatekeeper ne reconnaissait aucune application tierce. Il refusait de les ouvrir.

Face à ce bug majeur, beaucoup d’utilisateurs de Mac se sont posés la question de leurs données personnelles. En effet, si Apple a des informations à chaque fois que l’on utilise une application, c’est une véritable mine d’or d’informations pour la publicité ciblée. Mais Apple se défend et dit que ce n’est pas son objectif.

« Nous n’avons jamais combiné les données de ces contrôles avec des informations sur les utilisateurs Apple ou leurs appareils. Nous n’utilisons pas les données de ces contrôles pour savoir ce que les utilisateurs individuels lancent ou exécutent sur leurs appareils ».

La marque à la pomme affirme que depuis la découverte de ce bug, elle ne collecte plus les adresses IP de ses utilisateurs, et elle va faire en sorte que les adresses qui ont été répertoriées jusqu’à présent disparaissent des serveurs d’Apple. La firme de Cupertino explique également que ces contrôles de sécurité n’ont jamais enregistré l’identifiant Apple ou l’identité de l’appareil, de sorte que le traçage ne puisse pas avoir lieu.

Apple MacBook Pro 13" 256 Go
1 commentaire

1 Commentaire

  1. PapounetUT

    17 novembre 2020 at 20 h 05 min

    À chaque utilisation l’application envoie un certificat à l’ordinateur pour « prouver » qu’il s’agit bien de l’application originelle et que ce n’est pas une copie malveillante.

    Moi qui pensais que c’était juste pour être sur que les pigeons heu les utilisateurs étaient bien passés à la caisse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les meilleurs forfaits

Les tests