Après ceux de Safari, Google violerait également les paramètres de confidentialité d’Internet Explorer

Les développeurs d’Internet Explorer ont découvert que Google violait également les règles de confidentialité de leur navigateur, après celles de Safari.

L’affaire avait fait un peu de bruit la semaine dernière, quand le Wall Street Journal révélait que Google utilise secrètement un moyen de contourner les réglages de confidentialité du navigateur Safari (sur PC et sur iPhone) pour déposer chez ses utilisateurs des cookies permettant de les tracer sur internet à des fins de ciblage publicitaire.

Internet Explorer 9

A peine le soufflé retombé, et alors que Google avait fait amende honorable en désactivant son code « malicieux », ce sont maintenant les équipes de développement d’Internet Explorer qui viennent de faire la même découverte, et elle concerne cette fois le dernier navigateur de Microsoft.

Dans un article sur le blog officiel d’Internet Explorer, IEBlog, le préambule est on ne peut plus explicite :

« Quand l’équipe d’IE a appris que Google avait outrepassé les réglages de confidentialité de l’utilisateur sur Safari, nous nous sommes posés une simple question : est-ce que Google contourne également les préférences de confidentialité des utilisateurs d’Internet Explorer ? Nous avons découvert que la réponse est oui. »

En fait, les réglages de confidentialité d’Internet Explorer sont fondés sur le protocole « P3P Privacy Protection » qui autorise seulement les sites adhérents à celui-ci à déposer des cookies chez les utilisateurs, soit une sorte de liste blanche. Google « trompe » Internet Explorer en fournissant une sorte de certificat qui ne mentionne pas explicitement quelle utilisation sera faite des cookies déposés chez les internautes.

Bon, tout cela est très technique, et je ne suis pas certain qu’il faille s’en émouvoir outre-mesure, car nous savons tous que tous les sites nous tracent et que notre navigateur est gavé de cookies en tous genres (allez dans les options de votre navigateur et regardez, vous serez étonnés de ce que vous trouvez). Mais le moins que l’on puisse dire est que la méthode n’est pas très fair-play et pour le moins étonnante de la part d’un Google qui est généralement plutôt respectueux de la vie privée et en tout cas transparent sur ses pratiques. Mais d’un autre côté n’oublions pas que la publicité est le business de Google, et que cela suppose aussi de faire parfois quelques petites entorses à l’éthique…

Edit : Google a réagi et répondu officiellement a ces allégations.

(source)

 


Nos dernières vidéos

14 commentaires

  1. Salut,

    Je n’ai pas trop compris l’explication, mais j’aurais tendance à prendre l’information avec beaucoup de précautions, car Microsoft est prêt à tout pour discréditer Google et Chrome…

    Enfin, le « don’t be evil » a fait long feu de toutes façons, ça se confirme chaque jour.

    Julie

  2. La question est beaucoup plus complexe que ce qui est présenté par Microsoft.

    Ce qui me choque, c’est que Microsoft pointe du doigt Google alors que d’autres le font aussi (Facebook pour le fameux bouton Like, Amazon et même Microsoft). Microsoft recommande même de passer outre le P3P et explique comment le faire sur son site (je ne retrouve plus le lien, désolé).

    Le problème de vie privée est un grave problème, mais la façon dont le présente Microsoft est tendacieuse (ouuh, le méchant Google…. tout en omettant volontairement de dire qu’1/3 des sites webs font la même chose), surtout en s’appuyant sur un standard que beaucoup juge obsolète, y compris le W3C.

    Le problème Safari/Google est à mon sens beaucoup plus grave, mais ce n’est pas le seul.

  3. De toute façon ils ne te fliquent pas pour essayer de te faire du mal mais juste pour te montrer des pubs intéressantes, alors bon… pas très grave tout ça.

  4. J’ai pas retrouvé le lien sur le site Microsoft, mais voici ce que dit une recherche publié en 2010 ( http://www.cylab.cmu.edu/resea.....10014.html ) :
    The 2010 research paper “discovered that Microsoft’s support website recommends the use of invalid CPs (codes) as a work-around for a problem in IE.” This recommendation was a major reason that many of the 11,176 websites provided different code to the one requested by Microsoft.
    (le support de Microsoft recommande d’utiliser des codes invalides comme astuce pour contourner les problèmes avec IE, ce qui explique que 11 176 sites le fassent)

    Microsoft était au courant depuis longtemps, mais ne s’offusque que maintenant. Moi, je trouve ça bizarre. Pas vous ?

    Le mot de la fin :
    Chris Soghoian, a privacy researcher, points out: “Instead of fixing P3P loophole in IE that FB & Amazon exploited ……MS did nothing. Now they complain after Google uses it.”
    (Traduction rapide : au lieu de réparer le trou de sécurité P3P dans IE, que Facebook et amazon exploitait, Microsoft n’a rien fait. Et maintenant, ils se plaignent que Google l’utilise)

    (voir cet article en anglais : http://www.ghacks.net/2012/02/.....-settings/ )

  5. Bonjour,

    En consultant cet article je me dis que ça craint quand même mais est ce évitable ? On veut du progrès et des technologies nouvelles à tout prix (moi la première hein !) et bien on en a… avec tous les avantages mais aussi les inconvénients.

  6. Pingback: Confidentialité, cookies et Internet Explorer : réponse et explications de Google

  7. Pingback: Après ceux de Safari, Google violerait également les paramètres de confidentialité d’Internet Explorer | Entrepreneurship, Startups, Disruptive Technologies, Innovation | Scoop.it

  8. moi je trouve que ça fait un peu peur et rien que pour ça je resterai chez firefox.après c’est vrai que ça correspon tout de même à une demande on veut toujours plus …

  9. @ Mop: Ce qui est choquant c’est que Google fasse tout pour outrepasser la volonté des utilisateurs pour diffuser de la pub. Le simple fait de chercher et trouver au passage une solution pour contrer les options des utilisateurs est quand même alarmant.

Répondre