Suivez-nous

Réseaux sociaux

Quand un filtre chat s’invite en pleine conférence de presse sur un double meurtre

Lors d’un point presse concernant un double homicide retransmis en direct sur Facebook, la police canadienne a malencontreusement activé le filtre chat… Elle a depuis retourné une nouvelle vidéo et présenté ses excuses.

Il y a

  

le

 
filtre chat
© Screenshot: Tyler Dawson

C’est une bourde qui n’aurait pu exister sans les réseaux sociaux. Vendredi dernier, lors d’une conférence de presse consacrée aux meurtres d’une américaine et de son petit ami australien diffusé en direct sur Facebook, la gendarmerie royale du Canada a commis une sacré bévue. Le filtre chat était en effet activé, et cela n’a pas échappé au journaliste Tyler Dawson qui a relayé l’information sur Twitter :

« La gendarmerie royale de la Colombie-Britannique est en train de donner une conférence de presse sur les deux personnes tuées sur la route de l’Alaska et ils ont le filtre oreille de chat activé », a-t-il fait remarquer.

Le filtre chat fait de nouveau parler de lui

Forcément, le décalage entre le côté trivial du filtre chat et les informations données sur le terrible double homicide de China Noelle Deese, 24 ans, et son petit ami Lucas Robers­ton Fowler, retrou­vés tués par balle, ont de quoi choquer. La police canadienne n’a eu d’autre choix que de répondre au journaliste :

« Oui, nous en sommes conscients et nous y répondons car il s’agit d’un réglage automatique. Merci, nous allons corriger et publier une vidéo sous peu », ont-ils sobrement répliqué avant de tourner une nouvelle version.

La gendarmerie royale a ensuite pris le temps de s’excuser : « Nous tachons de faire un effort pour être disponible sur les réseaux sociaux et nous sommes confrontés à des défis technologiques. Tout cela peut constituer un risque. »

Ce n’est pas la première fois qu’un filtre chat s’invite dans l’actualité. Il y a à peine un mois au Pakistan, Shaukat Ali Yousafzai, un des ministres, s’est retrouvé affublé d’oreilles de moustaches alors qu’il discourait très sérieusement sur les décisions à prendre lors d’une assemblée régionale. L’homme politique avait cette fois plaidé sa cause en indiquant qu’il s’agissait d’une erreur humaine et que l’activation n’était pas intentionnelle. Il avait alors préféré dédramatiser cette mésaventure en indiquant qu’il ne fallait pas « tout prendre au sérieux ».

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

1 commentaire

1 Commentaire

  1. matrix1984@protonmail.com

    24 juillet 2019 at 12 h 40 min

    Le parallèle du chat et de la souris.

    J’espère que certains vont penser à ça avant d’aller commettre encore des crimes irréparable.

    Les crimes vraiment punissables à mon avis resteront les crimes violents en tout genre [informatique, physique, psychique, intellectuel, moral, haineux, sexiste, mysogyne, androgyne, raciste, homophobe, transphobe, religieuse et je pourrais continuer parce que la liste de violence est longue.]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests