Suivez-nous

Réseaux sociaux

Au coeur d’une polémique raciste, LinkedIn présente ses excuses à ses employés

Une réunion publique avec les employés de LinkedIn tourne au cauchemar, si bien que le CEO en personne a dû présenter ses excuses.

Il y a

  

le

 
Linkedin
© Pexels

Suite à l’assassinat de Georges Floyd, LinkedIn a organisé une réunion publique avec ses employés afin d’ouvrir la discussion sur cette actualité tragique. Cependant, malgré la bonne volonté du réseau social la discussion a rapidement tourné à la catastrophe et est devenue très hostile. En effet, de nombreux employés ont utilisé la fonction de commentaire anonyme du chat vidéo dans le but de défendre des commentaires racistes. On a notamment pu voir passer des commentaires comme : « Les noirs tuent les noirs à un rythme 50 fois supérieur à celui des blancs », « C’est généralement le résultat de la violence des gangs dans les centres-villes. Où est le tollé ? », ou encore celui-ci qui n’hésite pas à utiliser Martin Luther King dans son argumentation : « En tant que non-minoritaire, toutes ces discussions me donnent l’impression que je suis censé me sentir coupable de la couleur de ma peau. J’ai l’impression que je devrais laisser quelqu’un de moins qualifié occuper mon poste. Est-ce que cela vous convient ? Il semble que je sois prisonnier de ma naissance. Ce n’est pas ce que Martin Luther King Jr aurait voulu pour quiconque ».

LinkedIn a organisé la réunion « Standing together » sur la plateforme BlueJeans, elle avait pour objectif d’ouvrir la parole, mais également de venir en soutien aux employés qui ont été particulièrement touchés par cet événement. Si une partie de la discussion a été plutôt constructive, bien d’autres ont été insoutenables, si bien que Ryan Roslansky, le CEO de LinkedIn, a pris la décision d’envoyer une lettre d’excuse à l’ensemble de ses employés concernant « la douleur et la frustration qu’ils ont ressenties face aux commentaires épouvantables partagés dans les questions-réponses ». Ryan Roslansky a notamment écrit : « nous ne sommes pas et ne serons pas une entreprise ou une plateforme où le racisme ou les propos haineux sont autorisés ». Par ailleurs, plusieurs employés ont cherché leurs collègues qui ont commenté des propos racistes lors de cette réunion et ont pu discuter de tout cela en dehors la réunion. Selon certains retours, il semblerait que ces discussions en off ont été plutôt productives et positives.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests