Bientôt les vacances : préparez-vous au pire

Normalement je devrais vous raconter mes pires vacances (ou l’un des pires moments de mes vacances) à l’occasion du lancement d’un concours organisé par Youtoyou visant à faire la promotion d’un hôtel de luxe à Bali, concours avec lequel vous pouvez justement gagner un séjour d’une semaine dans ledit hôtel.Mais comme les vacances sont pour

Normalement je devrais vous raconter mes pires vacances (ou l’un des pires moments de mes vacances) à l’occasion du lancement d’un concours organisé par Youtoyou visant à faire la promotion d’un hôtel de luxe à Bali, concours avec lequel vous pouvez justement gagner un séjour d’une semaine dans ledit hôtel.
Mais comme les vacances sont pour moi plutôt des moments agréables et que je n’aime pas inventer des histoires, je n’en n’ai pas vraiment de pires.
En revanche, en cherchant un peu, il y a toujours quelques grands moments de solitude chez tout vacancier digne de ce nom.
En voici quelques-uns de mon crû, aussi loin que je puisse remonter dans mes souvenirs :

  • le câble de l’accélérateur de ma moto qui pète en pleine randonnée tout-terrain au fin fond de la Corse. Je me souviens encore de mes camarades qui m’avaient bien prévenus avant de partir "tout est ok ? T’as bien fait réviser ta bécane ? Et moi : oui oui, pas de problème"…
  • un coup de soleil, que dis-je une brûlure grave après une journée complète sans protection sur une plage en basse californie, frontière mexicaine. Cinq jours à l’ombre allongé sur des serviettes mouillées près du climatiseur de l’hôtel avec douche froide chaque heure, pommades spéciales, la peau qui part par plaques (j’en ai encore les stigmates sur les épaules 15 ans après)
  • un Lyon-Londres en moto (encore) un lendemain de repas bien arrosé. Croyez-moi, la gueule de bois et la moto ça fait vraiment pas bon ménage, surtout quand vous avez 1000 bornes à faire. Surtout quand vous avez une traversée de la Manche en Ferry un jour de gros temps…
  • une semaine de pluie ininterrompue dans les Landes il y a quelques années : ça devenait tellement déprimant qu’on a préféré lever le camp une semaine avant la date prévue quitte à perdre une semaine de location prépayée. Un conseil : évitez les Landes et/ou le Pays Basque pendant la deuxième quinzaine d’Août. Mais c’est juste un conseil, vous faites comme vous voulez après.



Bon, le règlement du concours maintenant :

Du 19 au 29 juin 2007, Youtoyou organise un concours diffusé par 10 blogs, vous invitant à raconter vos pires vacances. Le gagnant du concours se verra offrir un séjour d’une semaine à l’hôtel Villa Mathis à Bali, frais de transport (avion) non inclus.
1/ Rédigez en quelques lignes "votre pire histoire de vacances"
2/ Envoyez votre histoire dans les commentaires ici et par email à eric@hotelbalivillamathis.com (pour le tracking)
Le règlement détaillé se trouve ici, merci de bien le consulter.

Maintenant, vous allez me demander : qu’est-ce que je gagne personnellement moi-même en ce qui me concerne pour cette opération ? La réponse est : si le gagnant du concours est un presse-citronnaute, autrement dit si c’est une histoire diffusée sur Presse-citron qui remporte la palme, je gagne également un séjour à Bali en tant que Parrain.
Sauf que non, car comme je n’ai pas pour projet de me rendre à Bali prochainement, si toutefois j’en étais l’heureux gagnant, je remettrais ce lot en jeu et je l’offrirais au deuxième.

Voilà, vous savez tout, à vos souvenirs maintenant, et faites-nous rêver marrer.


Nos dernières vidéos

26 commentaires

  1. Je reviens de Bali et vu le prix des hôtels là-bas, si le concours ne comprend pas le prix du billet d’avion, ça ne sert un peu à rien. Dommage, j’y serais bien retourné gratos…

  2. Moi mon pire souvenirs de vacances c’est une fois, mes cousins étaient allé dormir chez ma grand-mère et du coup, je suis allé dormir en bas parceque j’avais prété mon pull.
    Quel souvenir…

  3. Euh oui je suis d’accord. Désolé, j’aurais adoré jouer, mais je n’ai pas les moyens de me payer un billet d’avion pour Bali.

    Super, on vient d’inventer le jeu pour riches ! RMIstes et SMICards, allez vous faire foutre !

  4. ah ah !

    Moi c’est 2 avions avec Ryanair un vendredi 13… et je viens d’apprendre que la maison en locvation avait brûlée… donc vacances foutues et billets perdus…
    Avant même de partir.

    Qui dit mieux ?

  5. Rien de mieux… ^^
    C’est vrai que le billet d’avion…
    Eric, les landes c’est peut etre à éviter fin août comme tu le dis mais il faut y aller la 1ere quinzaine d’août c’est vraiment génial!!

  6. Avec ma fiancée, on a une maison dans les landes, sur Vieux Boucau…
    Etant en Guyane, on part souvent hors saison, genre septembre et c’est magnifique…

    T’as pas du avoir de bol.

    🙂

    ps : sinon, que de bons souvenirs…

  7. ah, j’en reviens justement (retour sur terre samedi dernier). Eric, ce serait dommage de se priver d’un tel voyage si tu le gagnes, cependant je rejoins Anthony sur le prix du billet (c’est tout de même la grosse partie du budget).

  8. Je suis en train de négocier dur pour vous obtenir les billet AR mais c’est pas gagné 🙁
    Sinon, pour info, les 7 nuits au prix normal sont assez chères dans cette villa de luxe (voir tarif sur le site web)
    Et sur des sites comme jereserve.com on peut trouver des billets AR à moins de 800 euros.
    Je vous tiens au courant, si je trouve un sponsor pour les billets

    Nael, You to You, le méchant organisateur qui n’offre pas (pas encore?)les billets

  9. La pire journée de vacances de ma vie est arrivée en Thaïlande sur l’île de Ko Samui :

    Tout avait bien commencé pourtant… Petit déjeuner en plein air, plage paradisiaque, fruits à profusion, tout devait bien se passer normalement… Erreur … Les premiers signes d’une très très mauvaise journée allaient bientôt se manifestaient. Cela commença donc au petit déjeuner, alors que nous buvions notre café, ma copine et moi, une énorme déjection de pigeon atterrît en plein sur la corbeille de pain située au milieu de la table. C’était le premier signe, on aurait dû s’en douter et rentrer dans notre chambre jusqu’au lendemain, mais nous n’en avons rien fait.

    Au lieu de ça nous, une fois le petit déjeuner fini, nous avons enfourché notre motobylette (un joli mix entre une moto et une mobylette de 125 cm3) pour aller voir une cascade qui était censée être superbe. 30 minutes de route, on arrive à l’endroit et là en garant la motobylette, je me brûle méchamment la cheville sur le pot d’échappement. Sympa.. La cascade est évidemment inintéressante (3 gouttes qui s’écoulent le long d’un rocher). On reprend la mob direction la plage pour se faire un petit pique-nique. Sur la route une autre moto s’approche de nous, une main se tend. Dans un premier temps nous pensions que c’étaient des jeunes qui voulaient jouer… erreur… ils voulaient jouer en effet, mais jouer à voler notre sac qu’on avait posé comme des cons sur le porte bagage avant…

    Heureusement le sac n’étaient pas fermé donc la quasi-totalité du contenu tombe quand il l’attrape (portefeuille, lunettes,…) à l’exception de mon passeport et évidemment nous repartions le lendemain soir pour Paris…J’essaye de courser les mecs, mais ils avaient pris trop d’avance…

    On se retrouve donc la veille du départ sans passeport (qui étaient bien évidemment dans le sac…). Passage par quatre postes de police pour s’entendre dire que le seul moyen de se procurer des papiers était d’aller à l’ambassade à Bangkok (à 600 bornes de là…).

    Retour à l’hôtel donc pour aller chercher des sous pour acheter un nouveau billet d’avion.

    En partant de l’hôtel je dérape sur du sable avec la mob, on valse dans le décor. Ma copine s’en sort indemne mais moi je me retrouve avec des bouts de genous un peu partout. Direction l’hôpital (on se fait évidemment arnaqué par le taxi pour y aller), où on me pose 6 points de suture….

    On se dit que le plus dur est passé… On arrive sans trop d’encombre à aller à l’aéroport et achetons des billets pour le premier avion du lendemain. Mais le soir, au resto, je fais un bon gros malaise et je m’écroule au milieu de ma soupe à la crevette… Fin de la journée…

    Laurent

    PS : Heureusement ce n’était qu’une journée, le lendemain nous avons réussi à goupiller deux avions un passage à l’ambassade et à l’hôpital et à rentrer en France sans encombre.

  10. Septembre 2002
    6 potes de lycée : 1 couple et 2 gars, 2 filles.
    Une des filles a un appartement en espagne, entre Valence et Barcelone, à 2 pas de la plage
    On part du centre de la France et on décide de faire une pause camping à Palavas, passer quelques jours avant de reprendre la route…

    La journée commence bien avec un petit dèj radio-bière-chocapic, puis plage, farniente etc…
    les gars décident d’aller pécher des moules pour le repas du soir, les filles vont faire des courses pour préparer l’apéro…
    Pendant l’apéro, 2 jeunes filles étrangères viennent nous voir parce qu’elles n’ont plus de gaz pour faire marcher leur réchaud, avant qu’on ait eu le temps de dire ouf, les gars leur ont donné notre 2ème recharge toute neuve et les ont invité à prendre l’apéro….
    Les filles préparent le repas tout en faisant l’apéro en discutant de trucs de filles, 2ème tournée de bières : oh malheur !! y’en a plus !!
    Nos chers collègues les ont bien servis les miss étrangères…. elles sont toutes pétées ! voyant qu’on n’était pas trés trés contentes, les 2 miss décident de partir (avec la recharge de gaz)
    Evidement on ne dit rien, on va pas raler après nos potes, les vacances c’est fait pour faire des rencontres quand on a 20 ans…
    Un bon petit repas, pour passer à autre chose …….. long silence ………… plus de gaz ! du riz, pas cuit, bon c’est pas grave, restons zen, on est jeune, on mange de tout quand on a faim !
    Coup de fil d’une maman pour savoir si tout va bien, et pour nous dire de ne surtout pas manger de fruits de mer, le coin aurait été pollué, c’est passé au JT de 20h50…. trop tard….

    malgré leurs essais, aucun des gars n’a fini avec les 2 miss
    on a pas pu faire l’apéro comme il le faut
    on a mangé du riz pas cuit
    on a mangé des moules poluées

    et puis on est allé faire un petit feu sur la plage en chantant des chansons de cabrel, goldman….
    un souvenir inoubliable….

  11. Rien que de la pluie pendant tout un mois de juillet à Etaules en Charente-Maritime.
    fr.wikipedia.org/wiki/%C3…
    Il y avait des fuites au toit de la maison. Il fallait se lever la nuit pour vider les bassines.

    Vacances au Maroc. Arrivé à l’aéroport, on s’était trompé sur la date du retour. Il fallait rester 1 semaine de plus ou acheter un autre billet. On ne pouvait pas changer la date du retour sur le billet acheté en promo. CB refusée, Interdit bancaire, plus un sou en poche. C’est mon employeur qui a payé le billet de retour après être SDF 2 jours.

  12. Anthony, M, Lancelot, Love from Tokyo >> on s’est associé à Vinivi.com, site d’avis des consommateurs sur les hôtels, qui a accepté d’offrir 2 billets d’avion au gagnant, Paris-Bali AR

    Maintenant il ne devrait plus y avoir de raison de ne pas participer 😉

    Nael, You to You

  13. Mes premières vacances depuis 2 ans !
    15 jours à vagabonder en Thaïlande, accompagnée de ma soeur et de ma meilleure amie.

    Quelques jours aprés notre arrivée à Bangkok, j’ai eu la chance de déguster les meilleures pâtes pimentées de ma vie. Sur la carte était spécifiée "Hot Spicy", mais je ne m’attendais pas à une telle explosion de saveur. J’en avais les larmes aux yeux, mais j’ai fini mon plat emportée par des épices délicieuses.
    Jusque là tout se passe bien, nous profitons de nos vacances au maximum.

    Avant de partir, nous avions décidé de faire un trek, dans les environs de Chang Maï,
    découvrir la nature et la vie reculée dans les montagnes thaïlandaises.
    Pour cette première aventure, nous avions tout prévu :
    les médicaments pour les problèmes instestinaux de la meilleure amie, les antidouleurs et autres antibiotiques pour les cystites à répétitions que faisait ma soeur.
    De mon côté, je transportais attentivement mes anti-moustiques…

    Il se trouve que ce trek démarrait tout juste 2 jours aprés mon ingestion de piments.
    3h à peine aprés le début du trek, nous sortions tous juste de table, une irréprécible envie d’uriner me prend. Puis me reprend 5 minutes plus tard, pour finalement ne plus me lacher…
    Décellant tout de suite ce qui m’attend, je prends l’antibiotique magique censé me débarrassé de ce problème en moins de temps qu’il n’en faut pour l’ingérer.
    J’entreprends donc de suivre mes camarades de trek dans l’ascenscion jusqu’au village où nous devons passé la nuit.
    Et quelle nuit ! L’antibiotique (pris tôt semble-t-il) ne fit jamais effet. J’ai donc passé ma soirée aux toilettes, à disperser une ou 2 gouttes de pipi bien brûlant, à retenir mes larmes et espérer qu’un hélico de l’armée passe par là et me sauve de ce calvers.
    Le petit point positif de la nuit est qu’une fois allongée, la douleur s’en allait un peu…
    Mais le lendemain le calvers repris de plus belle, et nous sommes parties pour 2h de marche en forêt. Je trainais en queue de cortège afin de pouvoir m’accroupir toutes les 5 minutes et évacuer les 2 gouttes et demie me permettant d’avancer 5 minutes de plus.
    Je n’ai jamais été aussi décomplexée de montrer mes fesses en forêt, et c’est là où certaines pudeurs de citadins vous paraissent vraiment secondaires.
    Comme un malheur ne vient jamais seul, il a fallu que mes chaussures (pas du tout adaptées au trek) me créent d’horribles ampoules. Nous avons dû faire une (trop longue) pause pendant làquelle je n’ai pas pu uriner!!! Bah oui… je ne pouvais pas découper au couteau suisse les ampoules explosées et uriner en même temps.
    Au bout de 20 longues minutes, nous repartons, direction une petite rivière où nous faisons une halte baignade.
    Je pensais que l’eau froide soulagerait… mais en réalité ça donne envie de faire pipi encore plus.
    Je vous passe les détails de l’aprés midi, entre mon squat des toilettes d’un village où nous attendions le pickup devant nous ramener à l’hotel, et le retour en pick-up ou j’ai du me contenir pendant une heure la vessie maltraitée par les bosses de la route et le siège inexistant du pickup, pour arriver à la conclusion de mon affaire.

    De retour à l’hotel, ne comprenant finalement plus ce qui m’arrive, je plonge dans une profonde sieste. A mon réveil quelques heures plus tard, je cours aux toilettes, à 2 doigts de me faire pipi dessus, et évacue dans la douleur un flot d’urine bouillant.
    Je ne peux alors plus me contenir et pleure comme une madeleine. Ma soeur en panique m’engueule et nous descendons en urgence à l’accueil pour que quelqu’un nous emmène à l’hôpital.
    Arrivée à celui ci, je suis prise en charge par une infirmière et un médecin qui finissent par comprendre aprés analyse que j’ai bien une méga-cystite (moi qui n’en ai jamais).
    J’ai passé les 2 jours suivant aux toilettes, en tout cas à ne pas trop m’en éloigner. Les médicaments ont fini par faire effet fort heureusement car il restait une bonne semaine de vacances.

    L’histoire aurait pu se finir là… mais ma soeur et ma meilleure amie, de retour du trek, ont commencé à se chercher des poux.
    Résultat, une dernière semaine avec 3 filles à cran, 2 changements imprévus en avion, et une tourista en plein vol.
    Heureusement, nous avons réglé nos comptes en arrivant à l’aéroport… vociphérant devant tout le monde.
    Forcément à la suite de quoi, la douane a voulu contrôller nos sacs, contenant plein de jolies contrefaçons de tshirt roxy (j’avoue…)

    Moralité :
    savoir dire "no spicy" à tous les repas et tout se passera bien (ou pas pire, enfin peut-être mieux :()

  14. Mon pire souvenir :

    Je devais avoir quatorze ou quinze ans lorsque mes parents et moi sommes allés dans un club vacances en Corse.

    Bonne ambiance, superbes plages et beaucoup de jolies filles de mon âge (hé hé hé).

    D’un naturel timide, je me dis que pour une fois je pourrais un peu jouer au french lover et pourquoi pas faire des bisous dans les bengalows.

    Au bout de deux jours (je suis timide oui, oui), je me décide enfin à venir exhiber mon torse imberbe et fier au abords de la piscine (qui se trouve au centre du club et où tout le monde se trouve… c’est important pour la suite).

    Concentré à bloc sur ma parade amoureuse, j’enfile mon slip de bain, attrape une serviette et dévale les escaliers…

    Là, je n’en reviens pas… Nombre de regards se portent sur moi, les filles me sourient… Oh oh… J’aurais du me décider plus tôt me dis-je alors…

    Tiens, quelques ricanements… Pfuu… Jaloux à coup sûr…

    Je repère la plus jolie fille de l’assistance et me place tout près d’elle en prenant une pose de James Bond au bord de la piscine (décontracté et viril)…

    La jolie nymphe me gratifie d’un généreux sourire avant d’éclater de rire… Hu?

    Je me demande alors pourquoi les rires s’amplifient et je porte mon regard sur mon entre-jambe…

    MAILLOT DE M*** !
    Concentration + maillot où qu’on sent pas quand zizi dépasse = misère, solitude, honte abyssale…

    Bilan : deux semaines enfermé dans ma chambre à sucer mon pouce…

  15. Je trouve que ce n’est vraiment pas le bon moment de faire ce concours! Je part jeudi en vacances, dans les Landes. Et justement, Éric a passé une semaine entière dans les Landes sous la pluie!
    Bon, j’espère que je vais pas vous raconter ma semaine de vacance après être rentré.

    Bonnes vacances à tous! 😉

  16. Mon pire moment de solitude :
    je part de Paris pour voir des amis à Los Angeles (première fois que je met les pieds aux E.U)
    A l’arrivée je me rends vite compte que mon anglais approximatif ne va pas me permettre d’aller très loin, avec en plus 9h d’avion dans les jambes je suis épuisé.
    Pas grave, mes potes doivent passer me récupérer à l’aéroport…
    Je les attends : 30mn, 1h, puis 2h.
    Ils ne viendront pas…

    Je suis comme un con à Los Angeles.

  17. Je crois que des vacances sans anecdotes cela n’existe pas. Même le pire truc qui vous fait terriblement ch… sur le moment, et bien avec le temps ça fait un souvenir et on en rigole.

Répondre