Suivez-nous

Actualités

Bloctel : le gouvernement admet l’échec du système anti-démarchage téléphonique

Le gouvernement reconnaît officiellement que Bloctel, son système anti-démarchage téléphonique, est un échec. Une nouvelle loi est prévue, mais elle se fait attendre.

Il y a

  

le

 
bloctel echec gouvernement
© Unsplash / Icons8 Team

Travaux d’isolation, panneaux solaires, assurances, mutuelles, offres internet : nous avons tous eu affaire à au démarchage téléphonique abusif. Les acteurs du secteur ne manquent pas d’imagination pour nous faire décrocher : faux numéros, indicatifs locaux, tout est bon pour nous alpaguer. Le 1er août 2016, le gouvernement mettait en place Bloctel, un service promettant de nous débarrasser de ces appels non désirés.

Une simple inscription de nos numéros de téléphones sur le site officiel suffisait alors à nous libérer du démarchage. Au 1er février 2017, 3 millions de français s’étaient inscrits. Mais le système ne tient pas ses promesses, et le gouvernement vient de le reconnaître. Interrogé par Philippe Paul sur ce sujet, sénateur du Finistère, Bruno Le Maire (ministre de l’Economie et des Finances) répond :

Le gouvernement est pleinement conscient que pour beaucoup de nos concitoyens, les appels téléphoniques, non désirés et répétés, effectués à tout moment de la journée, dans le but de leur vendre un produit ou de leur fournir un service, constituent une véritable nuisance.

Dans une réponse adressée à Philippe Paul le 2 janvier 2020, Bruno Le Maire reconnaît l’inefficacité de Bloctel en s’appuyant sur un rapport du Conseil national de la consommation rendu en février 2019. Il promet un deuxième texte de loi visant à mieux encadrer le démarchage téléphonique.

Dans l’attente de la reprise des travaux parlementaires relatifs à cette proposition de loi, la DGCCRF (direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) intensifie ses contrôles en vue de s’assurer du respect par les professionnels ayant recours au démarchage téléphonique de leurs obligations légales.

Bloctel : une liste anti-démarchage gérée par des entreprises de démarchage

En 2017, l’UFC-Que Choisir révélait déjà que Bloctel n’avait eu aucun effet sur les démarchages téléphoniques. Parmi les inscrits, la moitié n’avait constaté aucun changement.

Cette inefficacité peut s’expliquer d’abord par les sanctions encourues par les entreprises fraudeuses. Jusqu’à 75 000 euros d’amende et… c’est tout. Insuffisant au regard de ce marché en pleine expansion et aux revenus engrangés par ces plateformes téléphoniques. En 2018, la DGCCRF avait épinglé 130 sociétés et publiait quatre noms en mai 2019. La dissuasion ne fonctionne pas.

Mais l’inefficacité de Bloctel s’explique sans doute davantage par sa gestion. Le service mis en place par le gouvernement n’est en réalité pas géré par le gouvernement. C’est l’entreprise Opposetel qui a remporté l’appel d’offre. En fouillant un peu, nos confrères de l’UFC-Que Choisir avaient découvert que cette entreprise réunissait en réalité quatre administrateurs (HSK Partners, Amabis, CBC Developpement et AID), tous spécialistes du… démarchage téléphonique. Le président de Bloctel ? Eric Huignard, aussi président de HSK Partners, entreprise spécialisée dans le marketing direct. Coïncidence ?

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

7 Commentaires

7 Commentaires

  1. Eric

    20 janvier 2020 at 13 h 50 min

    Quaero, cloud souverain, Bloctel… Quand l’état français se mêle de numérique, ça fonctionne toujours super bien, forcément.
    Prochain sur la liste, Salto ?

  2. san

    20 janvier 2020 at 15 h 07 min

    Je dirai plutôt quand l’état confie une mission à des entreprises privées, c’est systématiquement détourné et voué à l’échec…

  3. Alain VAN CO

    20 janvier 2020 at 15 h 17 min

    Les lobbys sont d’une efficacité redoutables, car malins et sans scrupules. Or chaque fois qu’une loi se prépare à régir un aspect économique privé, les entreprises concernées s’organisent pour contourner cette loi future. Il n’y a pas qu’en France…

  4. Belin

    20 janvier 2020 at 21 h 24 min

    Les plateformes d’appel sont à l’étranger (reconnaissable à l’accent de l’interlocuteur). Comment peuvent elles nous présenter un numéro local ?.
    Il faudrait peut être commencer par cette anomalie avec les différents opérateurs téléphoniques.

  5. BernArd

    21 janvier 2020 at 11 h 12 min

    Bonjour à Tous 😉
    Je connais, et j’ai arrêté bloctel, et j’ai écouté la famille, qui avait un téléphone… avec liste noire !
    je me suis mieux renseigné, et ce téléphone offre la particularité de sonner que sur les inscrits dans le répertoire… 😉
    Ayé, vous voyez ce que j’ai fait ?
    Maintenant, c’est le calme chez nous… alors qu’avant c’était jusqu’à 10 appels indésirables par jour… 🙂

  6. yves baux

    21 janvier 2020 at 22 h 07 min

    Pour ma part, je décroche, je prend le rendez-vous soit un jour ou je suis absent soit je laisse le démarcheur dehors (sous la pluie, c’est plus drôle ! ) en lui disant que je n’ai rien demandé.
    çà aura eu au moins l’avantage de lui faire prendre l’air.

  7. Bordin

    4 mai 2020 at 12 h 01 min

    encore aujourd’hui ,, malgré mon inscription à Bloctel pacte énergétique pour la énième fois Y en a marre ,, où sont les amendes pour ces sociétés et leurs appel abusifs!!!!! MARRE !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests