Suivez-nous

Mobilités Urbaines

Bolt explique en quoi le modèle économique de Uber est bancal

Uber est certes le leader des VTC, mais pour combien de temps ? La startup européenne Bolt donne son avis sur l’avenir de Uber.

Il y a

  

le

 
Bolt
© Bolt

Le service VTC Bolt a été créé en 2013 à Tallin, la capitale de l’Estonie, par Markus Villig alors qu’il n’avait que 19 ans. Si l’on fait le bilan 6 ans plus tard, c’est impressionnant. Bolt, anciennement Taxify, puis Txfy, est évalué à 1 milliard de dollars. Quant à Markus Villig, son créateur, il est souvent considéré comme étant le plus jeune entrepreneur à la tête d’une licorne.

Dernièrement, sans aucun complexe, ce dernier a expliqué en quoi le modèle économique de son principal concurrent : Uber, n’était pas le bon. Depuis toujours, Villig est un farouche opposant à Uber. Il utilise l’expression suivante pour qualifier la mentalité du géant américain : « Winner takes all« . C’est à dire que l’entreprise cherche à s’étendre le plus rapidement possible pour remporter la course, et ce sans se soucier d’écraser complètement la concurrence. Cependant, Markus Villig préfère voir sur le long terme, la croissance de son entreprise est certes plus lente, mais elle sera d’après lui bien plus solide.

Lors d’une interview, il explique : « Il a fallu une grande force de persuasion pour convaincre les investisseurs qu’il est nécessaire de travailler étroitement avec les villes, pour qu’elles disposent d’un champion local ensuite capable de battre les entreprises globales« .

Doucement, mais surement

Il semblerait que la vision de l’estonien soit finalement intéressante, puisque dernièrement on a pu voir qu’Uber est susceptible des perdre sa licence à Londres. À force de vouloir trop en faire, les efforts d’Uber se retournent contre lui. Il faut dire que la situation n’est pas à prendre à la légère pour le leader mondial. En effet, un quart de son chiffre d’affaire provient de 6 villes dans le monde, dont Londres. Si la capitale britannique maintient cette décision, Uber pourrait subir de lourdes pertes.

En plus du transport de particuliers, Bolt possède également une large flotte de trottinettes électriques tout en proposant également la livraison de repas à domicile. Malgré cela, la startup estonienne reste humble et réalise des levées de fonds raisonnables (244 millions) au vu des ses activités.

Par rapport, Uber ou encore Lyft réalise des tours de table à couper le souffle pour finalement afficher des pertes à chaque bilan, tout en passant totalement à côté de leurs entrées en bourse. À titre de comparaison, Uber revendique 110 millions de clients dans 600 villes, tandis que Bolt en compte 25 millions dans une trentaine de villes en Europe mais surtout en Afrique.

Le CEO de Bolt fini par expliquer la mentalité de son entreprise : « Nous voulons représenter un meilleur service pour les clients, de meilleurs tarifs pour les chauffeurs, une meilleure protection de la vie privée, assure-t-il. Nous voulons travailler plus étroitement avec les villes, dans une approche de long terme, pour extraire les gens de leurs véhicules privés et les faire voyager dans nos voitures aux émissions compensées. »

Bolt cherche également à responsabiliser ses clients par rapport à l’environnement, l’entreprise a même investi 10 millions d’euros pour compenser les émissions de CO2 de ses chauffeurs.

Uber
Par : Uber Technologies
4.2 / 5
7,5 M avis
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Partenaire : Samsung

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests