Suivez-nous

Drones

Ce merveilleux fou volant et sa drôle de machine – Le Kick off

Une fois n’est pas coutume, un Kick off coup de cœur, autant pour une techno que pour une personne : Franky Zapata et son incroyable Flyboard Air.

Il y a

le

Viva Zapata !

Coup de coeur pour cet inventeur génial !

Posted by Presse-citron on Monday, July 15, 2019

Une fois n’est pas coutume, un Kick off coup de cœur, autant pour une techno que pour une personne.

Je ne sais pas si vous avez vu les images du défilé du 14 juillet sur les Champs-Élysées. Je ne les regarde pas habituellement car ce n’est pas trop ma came. En revanche, j’ai vu après quelques quelques extraits sur sur différents canaux vidéos et sur YouTube notamment et j’ai été très agréablement surpris de voir que que Franky Zapata avait encore fait une démonstration absolument époustouflante de son « surf volant ». Au cas où vous n’en n’auriez jamais entendu parler, Franky Zapata est un inventeur génial du sud de la France qui a mis au point une machine volante absolument hallucinante qui s’appelle le Flyboard Air. Le garçon a une quarantaine d’années et a été champion du monde de jet-ski. Suite à sa carrière il avait déjà inventé en 2011 le Flyboard, un engin qui permet de voler au-dessus de l’eau, une espèce de jet ski ou de surf volant mais qui était relié une centrale flottante par un grand tuyau et qui fonctionnait avec le principe de la propulsion de l’eau comme un peu comme un jet-ski.

>> Retrouvez-moi sur Citronium, ma newsletter personnelle de veille hebdomadaire sur l’innovation

Mais Franky Zapata ne s’est pas arrêté là. Il a voulu aller un peu un peu plus loin et il a créé donc le Flyboard Air qui est une sorte de surf volant, une plate-forme qui fait à peu près 30 kilos dans laquelle on cale ses pieds et qui est propulsée par par cinq turbines qui permettent de soulever le pilote  et de le faire voler dans les airs comme le Surfer d’Argent. Les images sont toujours très spectaculaire et je voulais rendre hommage à ce gars que j’admire totalement pour plusieurs raisons.

Viva Zapata

La première raison étant que l’on a affaire à un vrai inventeur, quelqu’un qui est dans l’innovation et et qui ne s’est pas arrêté à toutes les limites qu’on pourrait connaître et avoir quand on se lance dans ce genre d’invention. Un type a dit un jour voilà, j’ai fait le Flyboard, cet espèce de jet-ski volant, mais maintenant je vais faire mieux. Je vais faire un vrai surf volant qui ne sera relié par rien à la terre et qui fonctionnera de façon totalement autonome. Il s’est donc attelé au sujet, puis il a sorti le premier prototype en 2016, et il a commencé à voler avec. J’ai trouvé ça vraiment génial, j’étais sidéré par ce truc, et à aucun moment je n’ai pensé que cela pouvait ne pas exister. Or si on regarde les premières vidéos qui sont sortis de du premier vol de Zapata, vous aviez la moitié des commentaires des experts habituels d’internet qui affirmaient très doctement qu’il s’agissait d’un fake, que ce n’était pas possible, et tout le baratin habituel de ceux qui « savent ». Bref, l’étroitesse d’esprit habituelle que l’on rencontre à chaque fois que quelqu’un ou quelque-chose sort des standards. Ne doutant pas une seule seconde de la réalité du concept, j’ai commencé et j’ai continué à suivre Franky Zapata. Et puis il a réalisé plusieurs vols réussis, et on a pu enfin apprécier la façon dont il a fait évoluer sa machine jusqu’à cette sorte de consécration.

Avant ce défilé du 14 juillet, il y avait eu d’autres démonstrations, comme ce survol du circuit de Formule 1 Paul Ricard à l’occasion à l’occasion du Grand Prix de France de Formule il y a trois semaines en France, où il avait fait très très forte sensation en survolant la ligne droite des stands.

Il semblerait qu’il ait désormais signé un deal avec avec l’armée française, ce qui m’amène à la deuxième réflexion après celle sur les fake : il faut savoir que Zapata il y a quelques mois a été interdit de vol par notre très chère DGAC (la Direction générale de l’aviation civile) qui considérait évidemment que, comme tout ce qu’elle ne valide pas, le Flyboard Air devait être interdit parce que cela sort du cadre, un peu à l’image de ce qui se passe aujourd’hui avec les drones. Franky Zapata est donc parti aux États-Unis pour essayer de trouver un petit peu plus de liberté d’évolution. Finalement, il semblerait qu’il soit revenu en France, et que finalement il travaille avec l’armée, comme quoi tout finit par arriver.

Sa machine est une merveille de technologie. Un engin équipé de cinq turbines, des moteurs indépendants. L’électronique de chaque moteur est également indépendante, utilisant les mêmes systèmes de redondance que l’on trouve habituellement dans l’aéronautique, qui consiste à faire que si un mécanisme tombe en panne, un autre doit pouvoir prendre le relais de telle sorte qu’il peut continuer à voler de façon sécurisée et à se poser en douceur. Le tout fonctionnant avec un stabilisateur comme ce que l’on connait dans les drones, avec également des capacités de vol autonome.

Côté performances, le Flyboard Air Il est capable de voler dans un rayon de quatre kilomètres avec environ dix minutes d’autonomie, et de voler jusqu’à cent cinquante mètres de haut à cent cinquante kilomètres par heures. Pour le pilotage et les données de vol, la visière du casque dispose d’un système de vue incrustée en réalité augmentée, et il pilote ça avec l’aide d’une petite télécommande.

J’ai beaucoup d’admiration pour cet homme parce que c’est un inventeur, c’est quelqu’un qui a innové, quelqu’un qui a réalisé quelque chose dont l’homme rêve depuis tout le temps, et il l’a fait de façon apparemment fiable et pérenne. C’est un engin qui fonctionne, un engin qui est capable de voler quand même assez longtemps

Et voilà quand même un garçon assez courageux parce qu’il a inventé un truc, que c’est lui qui le pilote et qu’à chaque démonstration de vole, même si son engin est particulièrement sécurisé et sophistiqué, on imagine bien qu’il risque un peu sa vie. Cela préfigure ce que pourrait être éventuellement un dispositif de déplacement volant individuel conçu pour emporter une ou deux personnes. D’autre part, Zapata a récemment laissé entendre qu’il travaillait également aujourd’hui sur une voiture volante ! Alors qu’on en parle depuis quarante ans, que même Michael Jackson en avait commandé une en son temps, et que jusqu’à présent on voit des photos et des animation en image de synthèse mais encore jamais rien de concret. Je suis sûr que lui et ses équipes ne vont pas tarder à faire une vraie voiture volante qui va fonctionner.

Gros coup de chapeau donc (vous l’aurez compris) à Franky Zapata. J’adore ce qu’il fait, il est français et j’aimerais bien qu’on plus fous comme lui. J’ai l’impression que ça il a un peu gagné ces lettres de noblesse et qu’il va pouvoir continuer à développer son truc tranquillement. Bravo à lui, ça me fait rêver, et j’ai comme l’impression qu’il est de la stature des Steve Jobs et autres. Je sais pas si c’est un visionnaire et s’il changera le monde, peut-être que c’est juste un gars qui s’amuse dans son garage. Mais on a besoin de gars qui s’amusent dans leur garage et qui soient capables de sortir des trucs comme ça. J’espère que Franky Zapata va continuer à nous faire rêver avec son Flyboard Air et avec d’autres machines de dingue.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Advertisement RED

Les tests