Cellebrite, une entreprise israélienne qui sait débloquer beaucoup trop de téléphones

La société d’extraction de données Cellebrite serait capable de débloquer une large gamme de smartphones, dont les iPhones équipés d’iOS 5 à 11.2.6.

iPhone Cellebrite

Si le nom de l’entreprise n’évoque rien de prime abord, elle a tout de même connu son moment de célébrité au cours de l’année 2016. En décembre 2015, une fusillade a lieu dans la ville américaine de San Bernardino, situé dans l’État de Californie. L’un des deux tireurs est équipé d’un iPhone 5c. Chargé de l’enquête, le FBI demande à Apple de déverrouiller le chiffrement du téléphone afin de pouvoir accéder aux données et espérer trouver de nouveaux indices. S’en suit une confrontation entre les deux entités. Apple refuse au nom de la protection des données et le FBI met la firme en procès. Ce dernier n’aura finalement jamais lieu puisque les autorités révèlent avoir trouvé une aide extérieure qui leur a permis de débloquer le fameux mobile. Si le FBI a toujours refusé de dire qui a bien pu l’aider, deux pistes se présentent. Soit le service fédéral a été aidé par une communauté de hacker, soit c’est une entreprise privée qui a apporté ses solutions. À l’époque, le nom de l’entreprise qui ressort le plus est celui de Cellebrite.

Les compétences de Cellebrite seraient encore meilleures

Selon le média Forbes, l’entreprise en question serait donc capable de désactiver tous les iPhone, jusqu’au X, le dernier modèle d’Apple qui tourne sous la dernière version de l’OS d’Apple. L’article rapporte que les outils de Cellebrite pourraient être vendus à n’importe quelle agence de renseignement, et non seulement le FBI comme cela a peut-être été le cas en 2016. En tout cas, il est précisé que l’entreprise a fait part de sa capacité à débloquer les derniers iPhone aux « forces de l’ordre et [aux]experts judiciaires privés du monde entier ».

Pour revenir plus spécifiquement sur l’iPhone X, il est possible que les fédéraux aient déjà testé les outils de Cellebrite sur un tel modèle. Forbes a eu connaissance d’un mandat à l’encontre de Abdulmajid Saidi, un suspect dans une affaire de trafic d’armes a qui son iPhone X avait été retiré le 20 novembre. Le téléphone aurait été envoyé au laboratoire de Cellebrite avant qu’elle en extraie les données le 5 décembre.

Les outils de l’entreprise seraient disponibles pour un tarif de 1500 dollars par téléphone, soit un montant anodin par rapport aux montants fournis par Apple dans le cas où l’on lui signalerait une faille sur iOS. Forbes précise qu’il y a des chances que Cellebrite ajoute ses nouveaux outils à la solution qu’il vend actuellement à ses clients. Néanmoins, cela signifierait qu’Apple pourrait se le procurer et espérer régler rapidement le problème.

En tout cas, la nouvelle est mauvaise pour la firme. Si en 2015 elle avait refusé de débloquer le mobile pour le FBI en prétextant protéger les données des utilisateurs, le bureau d’investigation a su prouver qu’il pouvait très bien s’en sortir. Et surtout, cela montre que la compagnie qui a la réputation de ne pas avoir de failles en a finalement quelques unes, et qu’il suffit de 1500 dollars pour déverrouiller n’importe quel iPhone. Forbes a d’ailleurs mis à jour son article le 28 février, précisant que Cellebrite avait confirmé qu’il était capable de débloquer toutes les versions d’iOS afin de récupérer les données comprises dans le mobile.


Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.