Suivez-nous

Drones

CES 2019 : voici le premier drone taxi signé Uber

Le CES de Las Vegas est un déferlement de produits high-tech et parfois certaines marques se lancent dans des projets démesurés, leurs stands se transforment alors en attraction du salon. C’est précisément le cas d’Uber, l’entreprise de VTC ne cesse de surprendre en proposant de nouveaux leviers de croissance, cette fois l’entreprise signe son premier drone taxi !

Il y a

le

Drone taxi 2019 Uber au CES 2019
RhinoshieldRhinoshield, coques et protections ultra résistantes pour smartphones : Découvrir ou lire notre article.

Uber a donc profité du CES de Las Vegas pour présenter son premier prototype de drone taxi et souhaite vous faire prendre la voie des airs, si les réglementations le permettent un jour !

Le CES 2019 est le témoin du premier drone taxi d’Uber

Pour ce projet fou, le service de VTC a fait confiance à la société Bell et compte faire voler ses premiers drones taxi à partir de 2023. Autrement dit, c’est pour demain…  Avant d’en dire plus, voici justement un tweet de l’entreprise avec une vidéo du drone en action au CES 2019. Ce dernier ressemble assez fort au drone Ehang 184, un drone taxi chinois qui avait fait fureur lors des dernières éditions du CES.

La France peut s’enorgueillir de ces drones taxi Nexus,car Uber a privilégié la propulsion hybride électrique développée par le Français Safran Helicopter Engines. Le drone élaboré par Bell permet d’effectuer des décollages et atterrissages verticaux grâce à de six rotors inclinables de 600 kWe. Une motorisation puissante qui permettra de transporter cinq passagers ou transporter des colis, deux activités qu’Uber souhaite évidemment révolutionner (encore une fois)…

Une série de premiers tests ont déjà été réalisés par les entreprises, avec succès et d’autres suivront pour optimiser l’engin et améliorer la sécurité, élément clé qui déterminera si les autorités laisseront un jour survoler leurs pays avec des drones taxi Nexus. Le premier vol d’essai du Nexus aura lieu en 2020 à Dallas et a Dubaï a confié Bell. Pour le moment, les drones taxi sont pilotés par des pilotes, mais l’objectif final est de les rendre autonomes.

Concernant les performances de ces drones-taxis « Bell Nexus », ces derniers seront capables de voler entre 240 et 320 km/heures à une altitude comprise entre 300 et 600 mètres du sol. L’autonomie des engins sera d’environ 96 kilomètres, ce qui devrait accélérer les transports locaux à proximité des grandes agglomérations…

En attendant, on vous laisse admirer l’engin… cela laisse rêveur !

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

3 Commentaires

3 Commentaires

  1. Bob (MC Melun)

    10 janvier 2019 at 10 h 55 min

    On est encore loin des voitures volantes de l’an 2000 qu’on nous a promis pour tous dans les années 70 (oui je suis un vieux con et alors :o) )

    Connaissant les contraintes aéro-légales, on n’est pas près de voir ces engins au dessus de nos villes, un espoir peut-être pour relier les aéroports parisiens entre eux vu l’autonomie mais guère plus…

    Par contre uber et covoiturage dans la même phrase, ça pique !

  2. Wh546

    10 janvier 2019 at 12 h 32 min

    Intéressant comme article …
    Mais ça ouvre quelques réflexions :
    Déjà Safran indique sur son site 15 à 20 ans de développement pour sa technologie de propulsion hybride électrique … donc pour 2023 ça va être juste. Au fait, vous aviez compris que ça fonctionne au pétrole ? https://www.safran-helicopter-engines.com
    Ensuite les hauteurs de survol de 300 à 600m (en vol à vue donc) sont peu compatibles avec un environnement urbain dense que ce soit en France (Arrêtés du 10/10/1957 et du 15/06/1959) en Europe (EASA) ou ailleurs dans le monde (OACI) : personne n’a envie de prendre ce type d’appareil sur la tête !
    Pour le vol autonome c’est encore plus complexe qu’un véhicule au sol : il y a une dimension de plus de deux on passe à trois… Là non plus c’est pas gagné !
    Pour terminer, en transport public, les règlements existants imposent 30 minutes d’autonomie supplémentaire pour faire face aux imprévus habituels (météo dégradée, saturation de l’espace aérien ou des plateformes d’atterrissage… ) Ici le compte n’y est pas avec 24 minutes totales annoncées (96km à 240km/h)

  3. Jean

    11 janvier 2019 at 12 h 30 min

    ça laisse rêveur en effet mais les prévisions de 2023 seront peut être actif mais sûrement pas en France vu la réglementation aérienne en tous cas on est très loin des drones de loisir : drone-store.fr/promos/promotions J’imagine pas le prix de la course par contre !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans Prime Day 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests