Suivez-nous

Fintech

Cette grande néobanque arrive en France, mais elle restera dans l’ombre

Starling Bank arrive en France, par la petite porte.

Publié le

 
Starling Neobanque
© Starling Bank

Rares sont les néobanques rentables en 2021. Starling Bank, au Royaume-Uni, fait partie de celles-ci. Grâce à son déploiement auprès des entreprises et des particuliers qui ont adopté son compte comme compte principal, elle a su construire quelque chose de solide sans donner la priorité au nombre de clients. Avec seulement 2 millions d’utilisateurs, elle est bien plus petite que ses concurrents.

Cette semaine, elle a annoncé son arrivée sur le sol français. Une première outre-Manche. De quoi faire trembler le marché et ses concurrents tels que Revolut, N26 et les banques en ligne ? Non. Ou du moins, pas pour l’heure. Sa direction vise une stratégie tout autre : rester dans l’ombre et proposer des services bancaires en marque blanche en tant que « bank-as-a-service ». Ses clients : des commerçants à la fois physique et en ligne.

L’autre côté de la banque

Fournir des services en marque blanche consistera pour elle à développer les outils financiers nécessaires aux commerçants : moyens de paiement, analyse data, émission de cartes. Une concurrence directe à la fintech Treezor, rachetée par la Société Générale, et qui a contribué au développement de nombreuses plateformes et fonctionnalités chez les acteurs français.

Starling Bank tire déjà profit de son activité au Royaume-Uni. Anna Mitchell, une responsable de la néobanque, déclarait en novembre 2020 : « nous avons lancé nos API ouvertes en septembre 2017, depuis, nous avons construit une gamme dynamique d’intégrations avec des produits et services tiers que les clients peuvent associer à leur compte Starling via le Marketplace in-app ».

L’arrivée en France est prévue pour le début de l’année prochaine. Les effectifs sont en train d’être constitués. En mars, Starling Bank levait 317 millions d’euros pour atteindre une valorisation de 1,9 milliard de dollars.

« En fait, nous sommes prêts à pratiquement tout », songeait sa PDG Anne Boden dans une lettre publiée l’année dernière. Avec ses comptes gratuits pour les particuliers, ses 300 000 comptes professionnels pour TPE et PME ainsi que ses API en marque blanche, Starling Bank s’est constitué des épaules solides pour affronter ces nouvelles années de déploiement.

1 Commentaire

1 Commentaire

  1. STEPHANE

    29 septembre 2021 à 13 h 45 min

    Une neobanque a fait faillite recemment. Je suis pour les neobanques, mais avec plus de regulations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *