Connect with us

Buzz

La Chine veut créer une Lune artificielle pour remplacer les lampadaires

Une ville de Chine a pour projet de créer une Lune artificielle en 2020 capable de remplacer l’éclairage des lampadaires sur un diamètre de 10 à 80 km.

Il y a

le

La Tour Jiutian à Chengdu - Alamy Stock Photo

La ville de Chengdu en Chine a un projet ambitieux et insolite : remplacer l’éclairage urbain des lampadaires par une Lune artificielle. Explications.

Une lune artificielle pour remplacer les lampadaires sur un rayon de 40 km

C’est le journal People’s Daily qui rapporte l’information d’un projet fou dans cette ville du sud-ouest de la Chine : l’installation d’un satellite artificielle « conçu pour compléter la lune la nuit » huit fois plus lumineux que cette dernière. Les caractéristiques de ce satellite réfléchissant la lumière du soleil sont assez impressionnantes, puisque la « lueur de crépuscule » diffusée par cette Lune artificielle devrait permettre de couvrir une zone de 10 à 80 km de diamètre, avec la possibilité de contrôler la portée de l’éclairage à quelques dizaines de mètres près.

L’idée vient de Wu Chunfeng, le président de l’entreprise spatiale Chengdu Aerospace Science and Technology Microelectronics System Research Institute Co (CASC), et le projet a été présentée lors d’un événement national de l’innovation qui s’est tenu à Chengdu la semaine dernière. Durant cet évènement, M. Wu a expliqué que les essais ont commencé il y a plusieurs années et que la technologie avait suffisamment progressé pour espérer son lancement dès 2020.

Une idée folle et réalisable, mais est-elle bonne ?

La probabilité que le projet aboutisse est encore incertaine, d’autant qu’il n’est pas tout à fait clair si la ville de Chengdu a déjà donné son accord ou non, d’autant que cela pourrait avoir un impact négatif sur l’écosystème. Certains scientifiques s’inquiètent du fait que la refléxion de la lumière naturelle puisse dérégler le cycle du sommeil des habitants, perturber les habitudes des animaux, ou encore nuire à l’observation spatiale.

En tout cas, l’idée n’est pas nouvelle. Par exemple en 2013, trois grands miroirs commandés par ordinateur ont été installés au-dessus de la ville norvégienne de Rjukan pour suivre le mouvement du soleil et réfléchir ses rayons sur la place publique.

Source

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests