Suivez-nous

Tech

Comment la pandémie de Covid-19 a démocratisé la télémédecine

Aux États-Unis, les patients semblent moins réticents à consulter virtuellement leur médecin.

Il y a

  

le

 
Télémédecine
© Flickr / MC4 Army

C’était une progression régulière mais très lente. La pandémie de coronavirus a largement accéléré le rythme de l’adoption de la télémédecine aux États-Unis selon une étude de l’Université du Michigan. Les chercheurs s’appuient sur un sondage mené auprès d’Américains de plus de 50 ans qui indique une tendance très nette. 26 % des répondants affirment avoir eu recours à une consultation virtuelle. Lors de la même consultation l’an dernier, ce chiffre s’établissait à 4 %.

600 000 téléconsultations en France entre janvier et avril 2020

Le Covid-19 y est pour beaucoup et 45 % des personnes âgées déclarent que la pandémie les a conduit à juger d’un autre œil la télémédecine. Les risques de transmission du virus liés au déplacement et aux contacts semblent donc beaucoup jouer. Pour d’autres, l’absence de disponibilité de leur médecin explique le recours à la téléconsultation.

En parallèle de ces préoccupations sanitaires, les compagnies d’assurances et les pouvoirs publics ont poussé au développement de cette pratique, ce qui a accéléré le mouvement. « Ces résultats ont des implications pour les prestataires de soins de santé qui ont rapidement intensifié les offres de télésanté, ainsi que pour les compagnies d’assurance et les agences gouvernementales qui ont rapidement modifié leurs règlements pour couvrir les visites virtuelles», précise Laurie Buis, chercheuse à l’Université du Michigan, qui a travaillé à l’élaboration du sondage et en analyse les résultats.

En France, le recours à la télémédecine semble aussi s’être renforcé et 600 000 téléconsultations ont été enregistrées entre janvier et avril 2020. Les conditions des consultations à distance ont par ailleurs été assouplies par deux décrets publiés les 10 et 20 mars dernier. Leur extension a depuis été prolongée par un nouveau décret jusqu’au 31 décembre de cette année au plus tard. Il sera intéressant de suivre l’évolution sur le temps long, pour voir si ces habitudes nées durant la pandémie vont perdurer.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À la une

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests