Et ceux qui n’ont pas de blog ils font comment ?

Imaginons que je sois un citoyen lambda, un gars qui ne travaille pas le web mais qui l’utilise fréquemment pour ses besoins privés et professionnels, un gars qui n’est pas un geek mais qui s’intéresse quand même un peu aux nouvelles technologies, un gars qui n’a pas de blog mais qui va de temps en

Imaginons que je sois un citoyen lambda, un gars qui ne travaille pas le web mais qui l’utilise fréquemment pour ses besoins privés et professionnels, un gars qui n’est pas un geek mais qui s’intéresse quand même un peu aux nouvelles technologies, un gars qui n’a pas de blog mais qui va de temps en temps sur les blogs, un gars qui n’intervient pas les sites collaboratifs mais qui exprime de temps en temps une opinion dans un forum.
Que ce soit un forum sur la santé, l’automobile, la politique ou la meilleure façon de monter une mezzanine avec des solives de 7,5 sans qu’elles prennent trop rapidement de la flèche.
Bref, un gars comme vous et moi, mais qui est plutôt médecin, boulanger, banquier ou secrétaire général d’une association (sportive, politique…) que webmaster.
Un gars qui ne passe pas 16 heures par jour devant un écran, et qui ne se fait pas bouffer la vie par un agrégateur, Twitter et sa boîte mail.
Un gars normal quoi.
Vous y êtes ?
Imaginons maintenant que ce gars ait quand même quelques opinions à défendre, un point de vue à exprimer, un coup de gueule à pousser, une manifestation ou un évènement à annoncer, et qu’il ne soit pas question pour lui de monter un blog qui de toute façon ne serait lu par personne et présenterait un rapport temps investi/visibilité très défavorable.
Imaginons…
Question : comment fait-il pour s’exprimer et faire valoir publiquement son point de vue, le gars ?
Réponse : Il ne fait pas.
Ce constat revient fréquemment à mon esprit principalement lors des occasions suivantes :

  • quand je discute avec des proches qui ne bloguent pas mais aimeraient parfois réagir avec force à une actualité et faire entendre leur voix
  • quand j’entends les émissions de libre antenne très à la mode sur les radios en ce moment, au cours desquelles l’on fait participer les auditeurs en leur demandant par téléphone leur avis sur tout et rien, ce qui conduit souvent à de pitoyables moments de grande démagogie vaguement populiste qui flirtent dangereusement avec le café du commerce (à l’heure du Pastis).
  • lorsque le militant ou le responsable d’une association souhaite annoncer un évènement local (ou national) et qu’il n’a que peu de moyen pour le faire connaître

Autre constat, cruel mais réaliste : les applications web 2.0 de type collaboratif sont en fait des trucs de geeks, montés par des geeks pour des geeks, même si nous nous en défendons, et la plus grande difficulté aujourd’hui est d’essayer de sortir de cette bulle pour aller vraiment toucher et susciter l’intérêt auprès du grand public.
Et oui, entre mon citoyen lambda et le web 2.0, pas grand chose.
Voire même un trou noir.
D’où cette question : existe-t-il aujourd’hui des outils simples et abordables qui permettent aujourd’hui à un non initié de s’exprimer sur internet en ayant une chance de faire entendre un peu sa voix autrement qu’en passant par un forum ou un commentaire de blog ?
En cherchant bien, on trouve quelques réponses, mais elles ne sont pas pléthore.
Bien sûr il y a Agoravox, Contre-Feux, et dans un autre genre Yahoo Questions-réponses, mais leur thématique spécialisée oblige à faire un grand écart entre conseils pratiques de la vie quotidienne et grands débats de fond sur l’avenir de l’humanité (et de Sarkozy), d’où une dissémination.
Il faudrait inventer une plate-forme d’expression libre qui réponde aux 5 critères principaux suivants :

  • hyper facilité d’accès et d’utilisation
  • ergonomie claire, rassurante et incitative
  • design minimaliste mettant en valeur le contenu sans éléments parasites
  • garantissant un anonymat "intelligent"
  • une liberté éditoriale absolue, ouverte de la même façon à celui qui veut parler de la meilleure façon d’élever son chien qu’à celle qui veut faire connaître ses talents littéraires ou ses prises de position politiques

Après on ajoute les fonctionnalités courantes qui font vivre et rendent le truc pertinent (vote, passage en une des articles les plus appréciés, RSS, etc) mais sans trop en ajouter car je reste convaincu qu’une surabondance de gadgets peut s’avérer dissuasive pour le non-initié.
Nous aurions alors une sorte de gazette citoyenne à mi-chemin entre un Wikio duquel on aurait retiré sa fonction principale d’agrégation automatique et un Agoravox dépouillé de son exigence de qualité éditoriale sur les grands débats de société.
Comme souvent, un début de réponse est peut-être arrivé de là où on ne l’attendait pas, avec la nouvelle version d’Over-blog, une plate-forme de blogs devenue portail d’actualités et d’expression, ce qui constitue une initiative très intéressante.
A cela près qu’il reste quand même à franchir une étape qui est rédhibitoire pour la plupart : pour s’exprimer il faut d’abord créer un blog, avec toutes les contraintes que cela suppose, même minimalistes, même réduites à leur plus simple expression (choisir un template est déjà une étape de trop…).
Il faut inventer quelque-chose d’encore plus simple, une passerelle pour franchir le trou noir qui permettrait à chacun de bloguer sans le savoir, aussi facilement qu’il décroche son combiné pour appeler sa radio favorite.
Un méta-blog ?


Nos dernières vidéos

45 commentaires

  1. Bonjour,
    Je suis exactement dans le cas que tu décris : Pas Geek mais utilisant le web tous les jours, je lis des blogs et réagis parfois mais n’en tient pas un etc….
    Mais AUCUNE solution techno ne me fera changer…Il ne s’agit pas de ne pas savoir utiliser les interfaces 2.0 existantes, c’est juste le fait de ne pas avoir le caractère, la personnalité qui me pousserait à écrire 🙂
    Tu sembles tellement dans ton truc que tu as oublié ce détail, tous n’ont pas envie d’écrire, de se confronter aux autres ou d’expliquer leur pensées et analyses… Le Geek qui écrit est une espèce très rare, très restreinte, il ne doit pas y avoir 2000 bloggeurs un peu sérieux qui prennent le temps de rédiger des articles….sur 60 millions d’habitants, dont 30 sont adultes et équipés d’un ordi…2000/30000000 = 0.006%…
    C’est juste comme les écrivains, les journalistes, les cinéastes etc…il en faut peu pour distraire/informer des millions qui eux ne veulent pas faire d’articles, de films etc… au mieux (comme moi maintenant) une mini-vidéo sur son portable qu’on jette sur youtube…

    Mais cela me fait plaisir de te/vous lire…

    Bonne journée !
    Fabrice

  2. Je crois que le principal obstacle n’est pas tellement la plateforme technique mais ce que à quoi tu fais allusion dans l’article sans vraiment le développer : le rapport temps investi/bénéf’ quand on n’a qu’une chose à dire de temps en temps.
    Avant que ça vaille la peine de faire l’effort de dire ou d’écrire quelque chose, il faut s’être créé une audience. Et ça ça prends un temps fou donc c’est un effort qui ne mérite d’être fait que si on a souvent quelque chose à dire.
    Dans tous les autres cas, il faut aller grapiller du "temps d’antenne" dans un espace que d’autres ont créé.
    Et même là… ça marche pas vraiment. Parce que dans un forum, sur une radio, etc. il y a les habitués qui ont leur audience et les autres qui peuvent dire ce qu’ils ont à dire mais qui ne seront de toute façon pas très lu.
    Donc, à mon sens, pour créer une plateforme nouvelle, le problème est pas tellement technique mais plus structurel. Parce qu’il faudrait un espace "égalitaire" c’est à dire ne privilégiant pas les habitués. Or le lecteur n’aime pas ça parce qu’il aime bien se construire une petite routine 🙂

  3. @Benoît, très juste. D’où l’idée (et la nécessité) d’une plate-forme offrant une chance de visibilité égale pour tous avec un trafic minimal assuré, comme tu le dis "grapiller" de l’audience ailleurs.

  4. @Benoit@Eric:
    on ne peut pas à la fois dire que le lecteur "aime ses habitudes" et se choisit quelques auteurs réguliers, et en même temps proposer une plateforme, "assurant une visibilté égale"…

    Ma réponse:
    Que fait un non-blogueur qui ne veut pas bloguer mais s’exprimer: il va sur les blog des autres ? Il court en ce moment un sondage sur les commentaires de blogs… ca serait bien la prochaine fois d’avoir le distingo entre commentaires de blogueurs et de non-blogueurs, juste pour voir…

    Enfin, pour résoudre le problème, une approche par l’ "offre" (technique ou marketing) ne me semble pas très pertinente: il ne sert à rien d’apporter une enième plateforme, outils, etc.. à des gens qui ne savent pas qu’ils peuvent DEJA s’exprimer.. ou ne savent pas s’ils le veulent.
    Il s’agît plutôt d’une problématique de la demande, qu’il faut booster, en epxliquant et démontrant les bienfaits.. et en levant les freins.

    C’est dans cet esprit que nous avons décidé de sortir un livre blanc sur le travail collaboratif, qui sort très bientôt et qui sera envoyé à quiconque en fait la demande sur le site.

  5. Il y a effectivement un besoin de visibilité, tout le monde à plus ou moins la nécessité de se savoir lu et entendu. Mais pour autant, est-ce que le fait de s’exprimer doit forcément être suivi du plaisir de se sentir utile pour quelqu’un ? La confrontation d’idée a un but de meilleure compréhension d’un débat, mais toucher un grand nombre de lecteurs doit-il être un point incontournable ?

    C’est là que l’on constate que les geeks restent geeks et s’expriment sur la toile, alors que les personnes communes se tournent vers des débats IRL, parfois même plus constructifs.

    Alors un "méta-blog" serait-il si populaire que tu l’imagines Eric (bien que tu ne le dises pas clairement) ? Je ne sais pas, c’est un pari à prendre qu’un entrepreneur Web 2.0 tenterait certainement un jour ou l’autre…

  6. Cette nouvelle plate-forme ne peut-elle pas être une raison supplémentaire pour t’inciter très cher Éric à continuer ton blog sur Over-blog??? 😉

    On peut toujours rêver!!! 🙂

    Bonne continuation et bonne journée

  7. Gregory Gstalder on

    Et si le systeme serait la mise en place d’un genre de proposition de post que tous les bloggeurs peuvent lire du plus au moins influent et les blogueurs a qui l’article plait le post sur leur blog ou la il y a de la visibilité. Genre les blogueurs qui participent s’engagent à poster un article par semaine (ou par mois ou pas…) et en echange ils ont un lien sur le site ? un petit plus ranking quoi qui coute pas grand chose a mettre en oeuvre. Donc en gros ca serait du sponsoring de post pour permettre a des gens non bloggeurs de s’exprimer Grace a des bloggeurs. en esperant m’etre bien exprimé

  8. La situation que tu décris ma amené a créer un blog,j’avais besoin d’un espace pour m’exprimer autre que les forums spécialisés.Maintenant je pense que la visibilité est un problème si l’on souhaite faire partager des opinions que l’on pense essentielles ce qui n’est pour l’instant pas mon cas.

  9. Eric, nous en Italie on a au la chance de voir la sortie de Current TV by Al Gore. Mais c´est pas la meme chose que ecrir car filmer faut avoir une cam dans le moment du coup de boulle.

  10. Hmmm, la question est plutot: est-ce que ce type de personne a besoin de s’exprimer publiquement, ou en ressent le besoin?
    A 99,99% non, donc faut se sortir la tete de ses propres habitudes et rentrer dans la realité.
    Le web c’est bien, mais en grosse partie, on s’en fout du web!
    faut arreter de nombriliser sur les blogs..

    quand je lis"Il y a effectivement un besoin de visibilité, tout le monde à plus ou moins la nécessité de se savoir lu et entendu. " c’est surtout du n’importe quoi, de la psychologie de blog à deux balles!

  11. Un non blogueur utilise en premier… le mail. Parce que la meilleure traduction du blog c’est journal "extime" et non intime. Or, comme le dit Fabrice, tout le monde n’a pas vocation à raconter des choses à tout le monde.

    Cela explique en grande partie le succès des réseaux sociaux : on s’adresse au maximum à tout les membres du réseau, mais pas à la terre entière. Même quand il touche 200 millions de lecteurs, comme myspace.

    Et si c’est un problème d’outils, je fais un peu de pub pour webjam qui vient d’etre gratifier par webware de "Apple-like simplicity for site building". Cool non ? 🙂 http://www.webware.com/8301-1_10...

  12. Bonjour Eric. Tout d’abord merci de citer la nouvelle version d’overblog de cette manière 🙂

    Je vois le web comme une grande démocratie: il y a ceux qui publient leurs idées, et ceux qui y adhèrent; avec un rapport de 1 (qui publie) à 100 (qui lisent). Celui qui n’a ni le temps d’écrire, ni l’envie de le faire (car il n’y trouve pas une contrepartie) va commenter les articles des autres et créer du trafic en priorité sur les blogs qu’il "soutient".

    A partir de là, le problème n’est pas tellement l’outil utilisé pour publier, mais plutôt l’interprétation des contenus et des données de navigation. C’est d’ailleurs sur ce sujet que l’on consacre le plus gros de nos efforts chez overblog, et c’est loin d’être trivial 🙂

    En bref, je ne pense pas que vouloir centraliser les contributions sur une nouvelle plate-forme soit la solution, l’heure est plutôt à l’inter-opérabilité des systèmes. C’est du même ordre que la direction qu’avait pris google en son temps: ne pas se reposer sur des métas données qui sont généralement fausses ou inexistantes, mais plutôt savoir extraire soit même l’information dont on a besoin.

    Je te contact prochainement pour te parler de notre gros projet du moment qui donne une suite à cette conversation…

  13. Je pense que l’individu lambda mais pas trop qui veut pousser un coup de gueule ou simplement donner son avis à l’embarras du choix : pour le coup de gueule on a coupdegueule.com 😉 et pour donner son avis il y a la multitude des forums spécialisés qui restent largement utilisés.

    Pour moi la question de la participation écrite ou orale des utilisateurs d’internet suit la même courbe que la participation des citoyens à la politique : la part de ceux qui votent équivaudrait à la part des gens qui surfent et la part de ceux qui participent d’une façon ou d’une autre rejoint malheureusement la faible part de ceux qui militent dans la section locale d’un parti politique.

    En dehors d’événements politiques (élection, etc.) le nombre de militants est très faible en moyenne et peut ne représenter qu’une cinquantaine de personnes pour l’équivalent d’un arrondissement lyonnais, par exemple…

    On se retrouve finalement avec un très faible pourcentage de personnes motivées par l’effort d’une manière générale quelque soit le sujet 😉

  14. Merci, merci, merci. C’est tout à fait mon avis et je suis étonnée de voir qu’Internet est encore très méconnu par ses utilisateurs eux-mêmes et que les ‘geeks’ ne s’en rendent pas compte. A part quelques outils à grande échelle, la sociabilisation sur Internet a encore un long chemin à réaliser pour atteindre sa maturité.

  15. Bonjour
    Un peu radical non ?
    je crois que nous ne somme pas encore dépendant de la technologie au point de devoir, pour des raisons d’intégration (ou de désintégration, à voir) sociale, a tout pris avoir son blog.
    je vous assure, on vit très bien sans… et pourtant je passe mes journée de travail devant un PC, j’ai monté un site fonctionnel en full flash pour exposer mes travaux… à coté j’ai des amis, ma famille pour débattre, pousser des coup de gueule. enfin je ne me sent pas pousser le besoin d’ébranler le monde du web avec un billet enflammé sur les sujets rebattus (ou non d’ailleur)

    Enfin la liberté d’expression c’est aussi le droit de se taire et de choisir son moyen d’expression. La vie réelle et sociale existe encore. Le quidam qui n’a pas de blog exprime-t-il ses opinions ? oui évidement. La différence c’est que si c’est un con, vous n’aurez pas à vous presser de lui dire qu’il a tord.

    mais je me trompe peut être, la question de la virtualité et des barrière sociale que ça abat est un long débat, personnellement je pense que c’est une chose géniale pour ce qui est de la timidité et de l’idée de l’expression libre sans contrainte ni pression. D’un autre coté c’est la porte ouverte à la double personnalité, donc à certain danger, et aussi à l’effacement dans certains cas de vie sociale et à la création de gamins livides qui ne connaissent que leur chambre… et c’est terriblement triste. Enfin ça n’aide pas à la véritable confrontation… qui est je pense assez saine…

    Mais c’est instructif de voir a quel point cette pratique devient indispensable pour certains…

    have a good day !

    Zou

  16. Je ne pense pas que le problème provienne de la difficulté à trouver un moyen de communiquer mais plutôt du fait que la majorité des gens n’ont rien à dire.

    Je ne parle pas d’opinions, d’états d’humeurs … je parle d’une information avec une forte valeur ajoutée susceptible d’intéresser d’autres gens.

    Il faut arrêter de faire croire aux gens qu’ils ont tous des choses intéressantes à dire.

    Il ne faut pas se voiler la face, la grosse, très grosse majorité des blogs n’apportent absolument rien.
    Sur la plus part des blogs existant, soit les bloggeurs racontent leur vie dont on se fout royalement, soit ils reprennent des actualités vues des milliers de fois sur d’autres sites.

    Les systèmes comme agoravox ont très vites montrés leurs limites :
    – articles trop souvent superficiels et dont la véracité et l’exactitude laisse parfois à désirer
    – guéguerres entre les pseudos auteurs pour être à la une
    – commentaires peu constructifs, trolls voire même parfois haineux (ce site en a déjà fait les frais il me semble)

    Et je ne parle même pas des considérations techniques pour pouvoir écrire.

    J’ai la désagréable impression que l’information se dilue de plus en plus sur la toile. Heureusement que quelques blogs relèvent le niveau général avec des articles de qualités un minimum travaillés.

    Donc arrêtons de vouloir faire parler tout le monde. Ca n’a jamais fonctionné. De tous temps il y a ceux qui racontent, transmettent et ce qui écoutent.
    De nos jours tout le monde veut parler, diffuser sa science aussi insipide qu’elle soit.

    Pour conclure je dirais que pleins de gens ont des choses très intéressantes à dire et c’est vrai que parfois les supports peuvent manquer mais combien de ces personnes souhaitent vraiment s’exprimer publiquement ? prendre du temps à rédiger des articles intéressant ?

    De plus, partager des opinions, discuter sur le web est très frustrant de part la nature même du support ou les échanges se font de manières asynchrones obligeant les gens à suivre des conversations sur plusieurs jours, sur plusieurs sites …

    P.S. : désolé pour la longueur du propos.

  17. L’avis de Guillaume est bougrement pertinent.

    Je le suis totalement !

    D’ailleurs c’est grâce à moi que vous pouvez vous exprimer sur le net à l’heure actuelle. Car, je suis le gérant de la NetAttitude.

    Je contrôle tout le web, on me surnomme Big Brother.

    Je suis le héros des héros !

    Je,je,je et toujour je

    😉

  18. Je pense pour ma part qu’Eric voit juste …
    Nombre d’expériences ici le démontre.
    Pource qui me concerne (je suis vétérinaire), j’ai tenté de recueillir autour de moi des prétendants à un twit’ constitués de vétos qui aurait permis de faire connaître à notre foultitude les cas intéressants, les demandes de renseignements, ou même des micro petites annonces.
    J’y suis allé force mailing, facebook, et même dans la vraie vie … et ben, peau d’balle, j’ai pas recueilli un seul follower véto.
    Je crois donc que le référentiel de nous autres de la vrai vie est VRAIMENT éloigné de celui des geeks à un point tel qu’un truc que même moi je pensais simple et fédérateur (Twitter), se révèle être une lourde pierre à l’eau !
    En même temps, si des vétos (ou autres) passent par là, mon twit’ se trouve chez "lenico"

  19. @Frédéric Montagnon:
    merçi pour l’analyse, cela résume aprfaitement une bonne partie de la dicussion: ce que les gens qui ne s’expriment qu’occasionnellement (cad les non blogueurs, etc) souhaitent, c’est pouvoir extraire de l’info, éventuellement de différentes sources, la centraliser, en ensuite communiquer ce résultat à ses connaissance. Laplupart du temps, cette communication se fait par un mail, doté d’un lien avec des commentaires perso..

    Il faudrait un genre de Zlio-shop de l’info perso.

  20. Démarche super originale ton article. J’espere que tu en feras plus souvent.

    Plusieurs points concernant les non-initiés… alors… le non-initié :
    – il veut donner sa parole mais veut surtout echanger
    – il aime les forums et les zones de commentaires pour cette raison
    – il ne trouve pas un endroit ou parler… il le cherche… donc on doit trouver cette plateforme facilement sur les moteurs et ne pas croire qu’uniquement en la spirale infernale des blogs influents. En gros communiquer la ou ce non-initié consulte son info…
    – il a souvent des avis tranchés sur les sujets, souhaite participer… et va sur le blog de morandini pour debattre et exprimer son point de vue.
    – Contrairement au blogeur, il est pas egocentrique (attention ce n’est pas une critique… meme si ca va etre pris comme çà) donc il se fout de pas avoir son nom d’affiché… ou etre connu.
    – il ne connait qu’un seul site ou discutter d’un sujet. Contrairement aux initiés qui discuttent sur 20 blogs differents.

    Allez ce n’est que ma vision, j’avoue.

  21. si on veut bloguer on blogue, pas besoin d’être geek ou geekette (moi pas en être). Les outils, plateformes de blogs comme blogspot sont super faciles pour démarrer(d’accord avec Places de spectacles… pour le Post), ensuite c’est comme pour le reste on apprend sur le tas et on est un peu curieux. Mais ce n’est pas parce que l’on participe à une discussion sur le net que l’on doit nécessairement alimenter un blog régulièrement. C’est plus facile de participer à une conversation que bloguer tout seul dans son coin en espérant la provoquer. Cela dit le micro bloguing genre statut FB ou Twitter va peut-être augmenter le nombre de bloggeurs… Pas forcément le niveau des discussions.

  22. Eric,
    De par ton activité, tu es en contact avec des interlocuteurs probalement plus sensibilisés à la blogosphère et au web 2.0 que la majorité des citoyens de ce pays qui pense, avant de défendre son point de vue, à boucler ses fins de mois.

    Je ne dis pas qu’il n’existe plus rien à inventer dans ce domaine. L’idée serait certainement intéressante, mais en levant 5 minutes le nez du guidon, tu verras que les gens défendent leur point de vue et débattent : au boulot au détour de la machine à café, au bar, en discutant avec la gardienne, en promenant leur chien, et font connaître leurs assoces et événements en collant des affiches chez la boulangère.

    Le web 2.0 n’est pas le centre du monde, désolé.

    Le point de vue de Guillaumme est également très intéressant. Mon blog parle de moi, de ma vie, quand j’éprouve le besoin de parler d’un sujet qui me touche, je le fais, mais il n’apporte concrètement pas grand chose à la bonne marche de cette planète, comme 99% des blogs.

    Quand à donner la parole à n’importe qui, il suffit de regarder la nature des commentaires laissés sur 20 minutes ou les news LCI.FR…

  23. D’un point de vue socio-psychanalytique. Il faut effectivement se poser la question: Qu’est ce qu’internet dans le langage social et individuel?
    Le parallèle avec les radios libre antenne me parait etre une piste intéressante car dans vos commentaires, les termes VOIX et PAROLE sont fréquents. Je pense au répondeur de Là-bas si j’y suis qui offre aux auditeurs, un espace de parole. Comment dans notre société peut on offrir un lieu de parole pour etre entendu?…
    Le langage est indispensable pour se construire, uniquement s’il est entendu. Aujourd’hui les mots sont dilués dans les flots numériques. Il faut permettre une transversalité de cette parole.
    En ce jours anniversaires de Mai 68, on se souvient des slogan choc sur les murs. Mais moins de ceux qui se murmuraient devant les murs qu’ils auraient bien aimé dire la meme chose.
    Un psy qui s’interesse aux gens du web et aux autres

  24. Il ne faut jamais chercher trop loin quelques chose qui existe.

    Si Agoravox vous rebute par l’exigence de débat de société et de qualité éditoriale vous pouvez vous tourner vers l’Echo du Village.

    C’était un des premier journal en ligne collaboratifs en 1998.

    Nous existons toujours et nous accueillons régulièrement de nouveaux participants pour un ou deux articles voir plus si affinité.

    Lors de la dernière édition parue jeudi nous avons par exemple publié un article écrit par une communauté d’Emmaüs.

    Elle a été aidée par un membre de notre rédaction et leur article a bénéficié de notre aide pour la mise en page et le découpage.

    Ce n’est pas un article de la qualité d’un journaliste mais cela a permit à des "non geek" n’ayant pas une grande expérience en la matière de s’exprimer sur le web et d’être lut.

  25. Je rejoins l’avis de pas mal des commentaires déjà postés.
    Le non initié n’est pas seulement rebuté par les outils, il est de prime abord rebuté par le web lui même, qui bien souvent garde à ses yeux l’image un beau fouilli où ils ont du mal a se retrouver.
    On a tous des parents/amis qui sont loin d’être geek, penchez vous sur leur dos quand ils surfent, c’est très instructif, au point que je cherche depuis des mois une idée qui leur permettrait un accès hypersimplifié non pas à l’expression, mais à une lecture efficace et simple du web dans un premier temps.

    Une fois passé le pas de la lecture, et il y’a encore un gouffre à franchir à ce niveau, si le netsurfeur veux s’exprimer c’est plus souvent pour exprimer ses goût et ainsi montrer sa place dans la société, que pour exprimer des idées nouvelles, inédites où encore révolutionnaires.

    Rapprochons nous du monde réèl (on devrait toujours en tant que webmaster analyser le mécanisme éprouvés du monde réèl) si je n’ai pas l’intention d’écrire un roman, j’aime en revanche m’inscrire dans la liste des admirateurs de Djian, si je n’ai pas du tout d’oreille musicale, j’aime en revanche deviser des dernières créations musicales qui touchent mon oreille d’ignorant des notes.

    C’est là que je rejoint l’idée de GG, si l’utilisateur lambda, se fout royalement d’exprimer son opinion à la terre entière, je pense qu’il serait interressé à pouvoir partager avec ses proches ses trouvailles et avis dans les domaines qui l’interrèssent (et interrèssent ses proches).

    Reprenons l’usage principal d’internet, envoyer un mail avec un lien, une image, une video, un pps. Ce n’est pas a l’ensemble d’internet qu’il est envoyé mais souvent toujours à la même liste de proche.
    Voilà à mon avis l’un des défis du web à relever, transposer cet usage du mail au web. Ca pourrait passer par un saucissonage du web en multiple intranets persos. Par exemple un site qui permettrait de créer un espace d’échange de tout media connu ou inconnu, d’y inviter ses proches, et ce dans une totale transparance technique. Un site qui permettrait à n’importe qui de créer un fuzz/youtube/digg/flicker/[ajoute ici ton socialisateur préféré] tout en un, à seule destination de ses proches, qui eux même pourraient alors y contribuer. Recréer sur le net l’espace autour de la machine à café, le salon de grand maman, ou le café du coin, et ce même si les proches sont géographiquement très loin, ou temporellement peu disponible pour aller boire un café.

    Parce que l’etat actuel de l’expression sur le net, où l’on doit s’adresser au plus grand nombre possible, s’il convient au leaders d’opinion qui bloguent intensement et prennent le relais du journalisme traditionel, ne correspond pas, à mon avis, à nos habitudes individuelles de communication qui n’ont trouvé sur internet que le mail comme réèl support.

    C’est le coup de fil, le postit sur le frigo, la carte postale, la photo du petit dernier qu’on passe à la famille, le cd qu’on passe au pote qu’il nous faut transcrire numériquement et non pas le monde, géo, ou les inrocks. Du moins si on se place dans l’optique de fournir un service à l’utilisateur lambda non initié.

  26. Sur ce site soit disons de paris (jpari.com) j’ai vu pas mal de thèmes intéressantes passer. Je vous donne quelques exemples:

    – Pirate informatique: Téléchargement de Musiques , Films …
    – La cigarette et vous?
    – Pour ou contre les éthylotests dans les bars ?
    – Travailler plus pour gagner plus

    Je vois pas mal d’utilisateurs qui utilisent jpari pour s’exprimer sur un thème d’actualité qui les intéresse, poser des questions existentielles etc. Mais bon, c’est un site de jeu à la base…

  27. J’utilise lepost.fr (qui appartient au groupe Le Monde Interactif) et qui répond totalement a ce genre de problématique.

  28. En effet ça serait sympa mais j’ai du mal à concevoir un tel système d’une manière autre qu’un blog…
    Le non-geek utiliserait-il naturellement internet pour s’exprimer ?

    Si tu veux coder un tel système je suis là 🙂

  29. Analyse pertinente, générant commentaires intéressants.

    Bien vu Éric…

    Cependant, faire vivre un blog demande matières, foi, consécration, passion, curiosité,… bref beaucoup de temps…

    Autre point crucial… Les directions prises par l’ensemble des acteurs du Web (économiques, politiques, sociales) me semblent plus que dangereuses.

    Le réseau a profondément changé nos façons de communiquer, de créer, d’échanger, de partager,…, et la volonté de reprise en main de cet outil par les médias officiels n’augure rien de bon dans un proche avenir.

    Le web 3, une télévision-minitel bis pour demain ?

    Pourtant, l’interactivité reste incomprise, et sa richesse me paraît nécessaire pour faire face aux enjeux futurs de l’humanité.

    Pour ma part, étant dans le cas soulevé de cet article, je squatte les blogs des divers intervenants, comme presse-citron… Objectif nourrir les débats, faire passer des idées,…

    Et ça marche !!! en participant à l’audience de mes blogs préférés…

  30. Tu vois Eric faut pas laisser trop les internautes comme moi (ignare :P) s’exprimer quand je dis plus haut que TF1 networks doit être remercié pour la nouvelle version d’Overblog. En fait Tf1 Networks est un actionnaire minoritaire d’Overblog et n’a aucune implication dans le développement (dans tous les sens du terme) d’Overblog.

    Fallait que je fasse cette petit rectif par rapport à mon commentaire précédent.

    C’était du 2nd degré à propos de TF1 et non une attaque contre Overblog.

    En fait TF1 networks semble n’intervenir que dans la pub qui est mise sur les blogs…

    Enfin, voilà certains le savaient et moi pas et je remercie le monsieur qui m’a transmis ces infos!

  31. Merci Fabrice V. Ce que vous dites est très juste ! Et il y a aussi des professionnels du web qui n’ont pas cette disposition, "le caractère, la personnalité qui me pousserait à écrire ".
    Je me retrouve ainsi obligée de faire un blog très mort (ou très muet pour être moins sinistre) juste pour montrer à mes clients que je peux le faire techniquement.Perso, j’aime bien lire les autres mais pas écrire.

    Merci presse-citron que je lis avec plaisir et très régulièrement et dont j’apprécie l’esprit caustique.

  32. Qui fera la synthèse de ces nombreuses contributions ?

    Le blog que je n’est pas c’est pour ma part :

    1) celui sur mesure que je souhaiterai et que je ne peux développer car moi pas glop toomuch Php.

    2) ceux des autres qui me prennent du temps

    3) une envie d’anonymat dans des pratiques Don Juanesque de butinage.

    4) Le temps

    5) Le nom de domaine (ouioui)

    Bref, de piètres arguments, car quand on veut on peut.

  33. Tu me fais marrer on

    Tu me fais marrer !Et tu crois que les blog vont bouleverser l’opinion publique?alors que des tonnes de vieux préfère voir le JT contrôlé par l’état ? mais franchement ,dire des coup de gueule par blog ,défendre des idées ,personne n’en à rien à foutre de ce que tu penses !! Pour pouvoir être entendu il faut être important ,c’est la seule vérité qui compte ,c’est triste mais c’est comme ça ,t’aura beau gueuler ta vie sur ton blog ça fera pas changer le monde ,pour comparer fait pêter un missile nucléaire (exagéré) et là tu bouge .
    Alors les blog ,excuse moi mais bon ….

  34. oui, les blogs, s’ils sont bien référencés,permettent de diffuser de l’information, des informations, parfois banales, mais peu diffusées, qui trouvent un écho chez leurs lecteurs; et démultiplier le même contenu sur différents blogs peut aussi renforcer cette diffusion; et plus on rencontre certaines informations, plus on commence à voir les choses différemment, et à ne plus se laisser avoir, par la même information ultra-banalisée, pipolisée, standardisée, où la seule critique du dernier album de Carla Bruni tient lieu de conscience politique (où la seule critique récurrente de Microsoft, tient aussi lieu de Geek Attitude); au-delà de ces fadaises, le blog est un formidable instrument au service de la démocratie participative, de la transparence, de la critique et de la proposition raisonnée, et au final non pas d’une fade « démocratie participative », où les seuls droits (politiques) sont d’être poliment, mais vaguement écoutés, pour être remplacés par des droits effectifs, menant notamment à la codécision citoyenne dans les domaines les plus proches de la vie quotidienne des citoyens; après, l’outil, on en fera ce que l’on en fera; le vrai corollaire de la démocratie participative c’est aussi, l’économie participative, pour redonner un contrôle sur les dérives dans les grands groupes, et aussi les dérives des décisionnaires politiques; car de la démocratie représentative, on est passé à la démocratie élusive, entre soi, presque « censitaire », et là on dit stop;

  35. Tout à fait d’accord avec cet article, et c’est en partant du même constat que nous avons développé pnyx, un site communautaire de libre expression.

    Le principe est de pouvoir exprimer son opinion soit anonymement par l’intermédiaire de sondages, soit en prenant publiquement position grâce à des commentaires.

    Les sujets sont très variés, la création de questions/sondages est facile et permet d’ajouter vidéo, liens, texte, image, permettant d’illustrer le sujet.

    Allez jeter un oeil 😉

Répondre