Comptes vérifiés : Twitter fait le ménage

Aux Etats-Unis, Twitter a retiré le badge bleu de quelques comptes d’extrême droite.

Pour répondre à une polémique, Twitter décide de revoir sa politique concernant l’attribution des badges de vérification. Le petit symbole bleu qui accompagne certains profils sur la plateforme permet surtout de s’assurer qu’il ne s’agit pas d’un faux compte opéré par un usurpateur. Mais selon Twitter, cette vérification a été longtemps perçue comme « une approbation ». Et cette perception s’est empirée lorsque Twitter a commencé à vérifier les comptes des personnes qu’il n’approuve en aucun cas.

Il y a une semaine, Twitter avait attribué un badge vérifié à Jason Kessler, un (autre) suprématiste blanc, et organisateur de la manifestation « Unite the Right » à Charlottesville, aux Etats-Unis. Cela a fait couler beaucoup d’encre et conduit Twitter à suspendre les demandes de vérification.

Aujourd’hui, la plateforme de microblogging donne quelques clarifications. Twitter travaille sur une mise à jour du programme d’attribution de ces badges vérifiés et en attendant, la plateforme n’accepte donc pas les nouvelles demandes.

Par ailleurs, la plateforme clarifie également les raisons pour lesquelles un badge « vérifié » peut être retiré d’un compte. Et parmi ces motifs il y a la promotion de la violence et de la haine basés sur la « race, l’origine l’ethnie, l’origine nationale, l’orientation sexuelle, le sexe, l’identité de genre, l’appartenance religieuse, l’âge, un handicap ou une maladie ».

Le ménage a commencé aux Etats-Unis

Au pays de l’Oncle Sam, Twitter a commencé à notifier des utilisateurs dont les badges bleus ont été retirés. Laura Loomer, une activiste d’extrême droite qui a été bannie d’Uber et de Lyft à cause de ses plaintes adressées contre les chauffeurs musulmans, fait partie de ceux qui ont été privés de vérification.


Nos dernières vidéos

Répondre